22 mars 2011


photo : René Baillargeon

Retour triomphal d’Alex le Grand !

Rien de trop beau pour Alex Harvey ! Fraîchement atterri à Québec en direct de la Suède, la coqueluche du ski de fond canadien a eu droit à ses amis, sa famille et, bien sûr, les innombrables micros et caméras de mise pour l’occasion. Un traitement digne d’un champion du monde, quoi !

Harvey a mis le pied à l’aéroport Jean-Lesage aux environs de 23 h, armé de son éternel sourire. Peu importe la fatigue d’une longue saison, le décalage horaire où son envie de retrouver sous les draps, les gens sur place se sont chacun arraché une partie d’Alex le Grand avant de la laisser filer en douce dans la saison morte.

« Ça fait du bien de revenir ! », a laissé tomber celui qui a conquis le titre de champion du monde par équipe au sprint dans la capitale mondiale du ski de fond à Oslo, il y a trois semaines.

« J’ai hâte de retrouver mon lit, mes amis et ma blonde. C’est toujours le fun de rentrer à la maison. Je l’ai à peine vue en arrivant », a-t-il continué.

Expérience inoubliable
Le fondeur de 22 ans s’est vite transformé en figure mythique en Norvège avec une médaille d’or partagée avec Devon Kershaw, mais il s’agissait de son premier bain médiatique québécois depuis sa célèbre conquête.

« C’est incroyable d’avoir pu concrétiser ce grand moment en Norvège, dans la Mecque du ski de fond. Je n’en vivrai peut-être jamais d’autre championnat du monde là-bas », a-t-il commenté.

Si le parcours de Harvey s’est terminé de façon grandiose avec sa médaille d’or à Oslo et son dixième rang au cumulatif de la Coupe du monde ce week-end après la dernière étape en Suède, c’est avant tout la folie contagieuse des Scandinaves pour le sport qu’il chérit qui l’a marqué profondément.

« Oui il y a la médaille, mais c’est tellement plus que ça. Ce qu’on a vécu comme expérience à Oslo avec les spectateurs partout, c’était complètement fou ! », a-t-il noté.

Saison surprise
Bien que les dernières années aient laissé poindre une bonne idée de tout le talent qui habitait Harvey, les résultats prodigieux qu’il a connus cet hiver s’avéraient inespérées pour un athlète de son âge.

« C’est une saison de surprises. Devon et moi on voulait une médaille, mais de remporter l’or, c’était vraiment inattendu. Il y avait les Norvégiens, les Russes… Je ne m’attendais pas à ce qu’on batte tout ce monde-là en même temps. »

Maintenant, la jeunesse en quête de modèles pourra compter sur les prouesses d’un nouveau héros sur skis.

« Je n’ai pas été au Québec depuis deux mois, mais j’espère que je peux avoir inspiré des jeunes. Pas seulement pour faire du ski de fond, mais pour bouger tout simplement. »

Au terme de cette saucette à l’aéroport, le jeune prodige pouvait enfin regagner la quiétude de la portion plus anonyme de sa vie.

Une fin de soirée avec ses amis l’attendait, de même que sa copine portant fièrement un chandail sur lequel on pouvait lire « My boyfriend is world champion (mon chum est le champion du monde) ». Ça promet !


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive