2 mars 2011


Alex et Pierre Harvey en 2010
photo : Daniel Mallard
Cliquez sur la photo pour voir l´agrandissement

« Maintenant, c’est moi qui suis dans l’ombre d’Alex »

« Ce n’est plus Alex Harvey, le fils de Pierre. Maintenant, c’est moi qui suis dans l’ombre d’Alex. »


Journal de Québec

Pour la première fois dans le tourbillon de la journée, Pierre Harvey venait de parler avec son fiston en Norvège lorsque Le Journal de Québec l’a joint. Dans ce court échange entre Oslo et Québec, le paternel avoue avoir eu peu de choses à ajouter à cette évidence d’une performance qu’il a qualifiée d’« exceptionnelle ».

« Avec tout ce qu’il réussit à accomplir, il vient un temps où il n’y a plus rien à dire. Je n’ai plus de mots pour lui témoigner ce qu’il fait », avoue-t-il tendrement.

« Après avoir remporté le championnat mondial U23, je le félicite en lui disant : bravo, tu l’as eu. Mais là, on parle des championnats mondiaux seniors. Il n’y a rien de plus gros, sinon qu’une médaille aux Jeux olympiques. Il n’y a plus de mots. »

« Le serrer dans mes bras »
Debout depuis 4h du matin pour ne pas rater la demi-finale du concours, Pierre Harvey dit avoir ensuite partagé l’exploit de son fils avec plus de journalistes qu’avec son entourage. Il prévoyait même décliner une invitation d’amis qui allaient souligner l’exploit du jour. Sa façon spéciale de célébrer cette médaille, il la réserve pour le retour au pays de celui qui en a été l’auteur, dans quelques semaines.

« J’ai hâte d’être seul avec lui quand il va revenir pour le serrer dans mes bras », dit-il seulement.

Prochaine étape : les JO
Cette médaille d’or élève le jeune athlète de 22 ans dans la même liste des célébrités sportives canadiennes à laquelle appartient son père depuis une trentaine d’années. Son passé de fondeur et de cycliste l’autorise à projeter Alex dans l’avenir.

« À la vitesse qu’il progresse et s’il ne lui arrive pas d’accident, la prochaine étape pour lui est une médaille aux Jeux olympiques. Il a démontré qu’il se situe parmi les meilleurs au monde », affirme fièrement le père.

« Il faut que le rejeton pousse plus loin que le bonhomme ! »


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive