2 décembre 2010


Alex Harvey a fièrement reçu le titre d’athlète de l’année pour une deuxième année de suite. Il s’agit d’un cinquième titre dans la famille, puisque le paternel, Pierre, en a décroché trois durant sa carrière.
photo : Annie T Roussel

Alex le magnifique

Un vieux dicton du sport proclame qu’il est difficile d’atteindre le sommet, mais qu’il est encore plus ardu d’y rester. Hier soir, Alex Harvey a prouvé qu’il fait bel et bien partie de la crème du paysage sportif québécois en remportant le titre d’athlète de l’année pour une deuxième année de suite, au 42e Gala Victoris Desjardins.

La grande fête des athlètes des régions de Québec et de la Chaudière-Appalaches, présentée au Hilton Québec, a couronné le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges, qui fait désormais partie d’un illustre groupe d’athlètes ayant représenté la région.

En effet, seules Sylvie Bernier, Myriam Bédard, Caroline Brunet (6), Marie-Hélène Prémont et Kalyna Roberge ont obtenu cette reconnaissance deux années de suite, par le passé. Harvey devient par le fait même le premier représentant de la gent masculine à s’illustrer de la sorte.

« C’est réellement un groupe sélect. Ce sont tous des gens exceptionnels à tous les points de vue, qui sont avant tout des sportifs reconnus, mais aussi de bonnes personnes et des gagnants dans l’ensemble de leur vie », a d’abord souligné le jeune prodige sur skis de 22 ans.

Tout en reconnaissant le caractère unique de rejoindre cette élite sportive, Harvey a ajouté du même souffle qu’il ne se sentait pas encore digne d’une telle reconnaissance.

« Pour être honnête, je ne me considère pas encore l’un deux. Je n’ai que 22 ans et j’ai encore pas mal de croûtes à manger avant d’en arriver à leur niveau », a lancé celui qui, quelques instants plus tôt, avait aussi reçu le Victoris du coéquipier/partenaire international de l’année.

Beaucoup à faire
Pour Alex Harvey, le moment était parfait. L’an dernier, lorsqu’il a reçu le même sacre, il était retenu à l’extérieur pour l’entraînement en vue de la Coupe du monde. Les années précédentes, lorsqu’il recevait des prix dans d’autres catégories, il était aussi éparpillé autour du globe.

« Je suis vraiment content d’être là. Mes résultats aux Jeux ont été incroyables et je ne pouvais rien demander de plus. Je suis fier de ce prix, mais il reste encore plusieurs courses à gagner dans les pistes », a-t-il prévenu.

Merci Louis Bouchard !
Et comme un honneur n’est jamais célébré seul, le mentor d’Alex Harvey, Louis Bouchard, a été élu entraîneur international de l’année. Justice a donc été faite, du moins aux yeux de son protégé.

« Je suis tellement heureux pour lui! Il est dévoué et a monté un programme fort comme celui de l’équipe nationale dans la région. Je suis sûr que je n’aurais pas été le même athlète sans lui. L’année où j’ai joint le centre d’entraînement, j’ai connu une énorme progression », a louangé Harvey, qui a reçu le Victoris à la place de son entraîneur absent.

Aux côtés de Bouchard depuis les six dernières années, Harvey a désormais la chance de l’avoir à ses côtés lors des épreuves de Coupe du monde et en tire largement profit.

« J’ai obtenu de super bon résultats en début de saison et ce n’est pas un hasard. On peut ajuster mon entraînement au jour le jour et je m’en porte mieux. »

En voilà donc deux qui pourraient être synonymes de Victoris pour nombre d’années à venir…

Les faits saillants de sa saison
Quatrième place au sprint par équipe, septième position lors du relais 4x10 km et neuvième place au 30 km aux JO de Vancouver.
Neuvième place au 10 km et treizième place au 20 km lors de la Coupe du monde en Italie.


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive