17 novembre 2010

Alex Harvey est... un adulte !

Ses podiums aux mondiaux juniors et en Coupe du monde remontent à sa vie de jeunesse. Des tests le révèlent : Alex Harvey est maintenant un adulte.

L’entraîneur de la vedette montante du ski de fond canadien, Louis Bouchard, s’amuse à raconter ce qu’il a appris durant l’été. Des analyses physiologiques ont démontré que l’athlète de 22 ans, identifié génétiquement «à développement tardif», correspond maintenant à la définition de l’âge adulte.

« Disons qu’on était contents de l’entendre, celle-là ! », affirme Bouchard.

Harvey entame, samedi en Suède, ce qui deviendra sa deuxième saison complète en Coupe du monde de ski de fond. Son été d’entraînement et son automne sur la neige lui laissent entrevoir un hiver agréable. Déjà, son niveau de forme d’aujourd’hui se situe en avance sur celui de l’an dernier à la même date.

Lors d’une Coupe FIS, dimanche dernier en Suède, Harvey s’est classé cinquième à une épreuve relevée de 15 kilomètres, tout juste derrière son coéquipier Devon Kershaw, mais surtout à seulement quelques secondes d’un podium formé entièrement de Suédois, tous médaillés olympiques. Fait non négligeable : la course en était une de style libre, pour lui qu’on dit plus à l’aise en style classique, mais il a tout de même devancé plusieurs habitués des podiums en Coupe du monde.

« Je ne suis pas reconnu pour avoir de bons débuts de saison en Coupe du monde. Je finissais autour des 30e et 40e rangs avec l’objectif de progresser jusqu’en fin de saison. Cette année, par contre, je sens que c’est différent. J’entends me positionner régulièrement parmi les 30 premiers d’ici aux fêtes, et même me rapprocher du top 10 à mes bonnes journées », projette Harvey, joint sur la route vers Gaellivare.

Déjà des indices
Il reste encore des années avant d’atteindre une pleine maturité d’athlète, mais la charge d’entraînement supplémentaire qu’il a acceptée durant l’été le rassure. À l’aube d’une carrière parmi les grands de la neige, le fondeur de Saint-Ferréol envoie des indices prometteurs aux dirigeants de l’équipe nationale.

« Ce qu’on voit de lui jusqu’à maintenant nous dit que ça pourrait être surprenant », observe Louis Bouchard, actuellement en Scandinavie lui aussi.

« On peut fixer des objectifs réalistes. Le ski de fond n’a pas la réalité des autres sports et il est difficile de faire un podium à chaque course en Coupe du monde, mais un podium peut survenir à tout moment et n’importe où avec lui », dira plus tard son entraîneur.

Après trois résultats parmi les 10 premiers aux Jeux olympiques de Vancouver, la jeune coqueluche pourrait personnaliser le portrait qu’il fait de l’équipe canadienne avec son éloge des Devon Kershaw, George Grey et Ivan Babikov.

« Le Canada est maintenant une nation mieux établie », croit-il.


Les études en parallèle

Les rares cases vides dans le calendrier servent à Alex Harvey à plonger dans ses livres de droit.

Le début de saison de la Coupe du monde, aussi tard qu'à la fin novembre, lui permet de s'adonner à deux cours durant la session d'automne, à l'Université Laval. Son retour à la maison, après les deux premières Coupes du monde, coïncidera avec les examens. « Je reviens pour deux semaines et demie. Je vais dormir dans mon lit et m'en tenir à des entraînements sans changer de ville. Ça adonne bien pour remettre tous mes travaux », explique-t-il.

Le calendrier d'Alex Harvey
20-21 nov. : Coupe du monde à Gaellivare, Suède
26-28 nov. : Coupe du monde à Kuusamo, Finlande
18-19 déc. : Coupe du monde à La Clusaz, France
31 déc-9 janv. : Tour de ski, Allemagne et Italie
31 janv. : Épreuve de 30 km aux championnats mondiaux des –23 ans, Estonie
19-20 janv. : Coupe du monde à Drammen, Norvège
23 fév.-6 mars : Championnats mondiaux à Oslo, Norvège
12-13 mars : Coupe du monde à Lahti, Finlande
16 mars : Coupe du monde à Stockholm, Suède
18-20 mars : Coupe du monde à Falun, Suède


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive