13 février 2010

Alex Harvey respire de confiance

C'est sur les pistes du Parc olympique de Whistler l'an dernier que le jeune Alex Harvey a connu ses premiers succès en Coupe du monde de ski de fond quand il a fait équipe avec George Grey pour mériter la médaille de bronze au relais par équipe.

Il a montré au monde que ce succès était pleinement mérité en terminant troisième en toute fin de saison au 50 kilomètres de Trondheim en Norvège, une des épreuves-reines de la saison en Coupe du Monde.

Il ne veut certes pas aller jusqu'à prédire qu'il va se couvrir d'or aux Jeux de Vancouver, mais le jeune homme de 23 ans respire la confiance à la veille du début des compétitions.

"Je sais qu'il y a une trentaine de gars qui peuvent l'emporter lors des épreuves de longue distance, a dit Harvey. Il y a trois de ces gars-là qui vont monter sur le podium et il y en a 27, qui ont pourtant autant de talent, qui seront déçus. Mais je sais aussi que je peux faire partie de ceux qui seront sur le podium."

Les succès qu'il a connus en jouant dans la cour des grands au cours de la dernière année ont fait qu'il déborde de confiance.

"Je n'ai peur de personne, dit-il. Si je parle ainsi, c'est que je sais que je peux battre n'importe qui. J'ai déjà devancé chacun des 30 meilleurs au monde en Coupe du Monde. Je sais que je peux les battre."

Le Norvégien Petter Northug est le grand favori de ces Jeux. Le Tchèque Lukas Bauer vient de remporter le Tour de Ski devant le Norvégien et le Suisse Dario Cologna, gagnant de la Coupe du Monde l'an dernier, semble en super forme. Ce sont eux ses principaux adversaires.

"Dans les courses de longue distance, on dirait qu'il y a toujours un peloton de quatre ou cinq coureurs à la fin. On sait tous que Northug peut battre n'importe qui au sprint. Mais ce n'est pas le cas des autres.

"Bien sûr, l'idéal c'est de devancer sérieusement Northug en arrivant dans le stade, mais si je me retrouve nez à nez avec lui à un kilomètre de l'arrivée, je sais que je peux quand même le battre. Je sais que je suis assez rapide, assez fort pour le faire. Je sais que j'ai assez d'énergie pour y parvenir."

Depuis quelques jours, on a recommencé à parler de dopage aux Jeux et la FIS a confirmé que cinq fondeurs russes avaient subi des contrôles positifs.

Les Russes avaient, semble-t-il, déjà cette mauvaise habitude du temps où Pierre Harvey, père d'Alex, participait aux Jeux olympiques.

"C'est dommage, mais nous, comme athlètes, nous ne pouvons rien y faire, a dit Alex. Je cours contre la montre. Tout ce que je peux faire, c'est de présenter le meilleur temps possible. On ne peut pas condamner ces athlètes avant qu'ils soient pris sur le fait.

"Ils sont présumés innocents jusqu'à preuve du contraire", a rappelé l'étudiant en droit.

Harvey ne participera pas aux épreuves de sprint à Vancouver. Il se consacrera aux courses de longue distance.

"Je dois dire par ailleurs que je n'en reviens pas de me retrouver ici aux Jeux. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu participer aux Olympiques. Je réalise certes au rêve."

Les nouvelles de ski de fond et de biathlon
des Jeux olympiques de Vancouver
sur veloptimum.net


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

matériel et techniques mise en forme où faire du ski condition des pistes la course autres sites