20 février 2010

Les fondeurs canadiens offrent une performance historique à Whistler

Les Canadiens Alex Harvey, Ivan Babikov, George Grey et Devon Kersaw ont écrit une grande page d'histoire du ski de fond canadien samedi, à Whistler, quand ils se sont hissés au premier rang des nations lors de la poursuite de 30 km chez les hommes.

Michel Lajeunesse

Ils ont montré au reste du monde qu'ils forment une équipe redoutable, une équipe qu'il faudra avoir à l'oeil mercredi lors du relais 4x10 kilomètres, une des épreuves-reine des Jeux olympiques.

« Oui, les Canadiens sont très forts, a dit l'Allemand Tobias Angerer, médaillé d'argent de l'épreuve. Ivan, Alex, George et Devon sont tous des valeurs sûres. Il faudra les surveiller. Mais il y aura d'autres équipes qui seront fortes aussi. »

Les Canadiens, eux, parlaient de moment historique.

« Je suis tellement fier de mes coéquipiers, a dit Kershaw, vétéran de l'équipe qui a pris le 16e rang. C'est tellement fantastique de voir trois de nos gars parmi les neuf premiers. Cela montre comment notre programme fonctionne bien. Il s'agit maintenant de garder la forme pour le relais. Nous pourrions réaliser de grandes choses dans le relais. Du moins, je l'espère. Je suis tellement fier. Ma course a été moyenne, mais mes coéquipiers me donnent tellement d'énergie que je sais que je vais moi aussi revenir en force. »

Alex Harvey, fils de Pierre Harvey, le plus grand fondeur de l'histoire canadienne, a bouclé l'épreuve en neuvième place, confirmant son grand talent aux yeux de tous. Il a filé le train au grand Norvégien Petter Northug tout au long de la course, et l'a devancé à la fin.

« C'est une course formidable pour moi, mais elle l'est encore plus pour l'équipe, a dit Harvey. C'est magique pour nous et pour le pays. C'est du jamais vu. On est la meilleure nation aujourd'hui. Ca n'a aucun sens. Nous avons tous travaillé très fort cet été et cet automne. Les 'farteurs' ont fait un travail exceptionnel, les entraîneurs aussi. Tout le monde a contribué à ce succès. On n'a pas une grosse histoire en ski de fond au pays, mais là on devra commencer à considérer le Canada comme une des puissances mondiales. C'est certain que c'est un moment historique. Nous n'avions jamais eu mieux qu'une 14e place individuelle chez les hommes. Nous avons maintenant trois gars dans les neuf premiers. »

Grey, qui avait fait équipe avec Harvey pour mériter une médaille de bronze au sprint par équipe l'an dernier en Coupe du Monde à Whistler, a devancé Harvey d'une seule place pour réaliser son meilleur résultat individuel.

Et il l'a fait avec une fracture au pouce droit.

« Je me suis blessé il y a deux jours. Le pouce était viré à l'envers. Et ça faisait mal. Mais je me suis dit qu'il fallait que tout mon corps me fasse souffrir, ou du moins encore plus que mon pouce, aujourd'hui (samedi), et ce fut le cas. Les résultats parlent d'eux-même. C'est un grand effort d'équipe. Les gars, les techniciens, les skis, tout a fait que nous avons pu atteindre ce résultat. Ce n'est pas juste moi, Ivan, Alex ou Devon, c'est toute une grande équipe qui a réussi aujourd'hui. »

Babikov, qui voudrait tellement donner au Canada, son pays d'adoption, une médaille olympique, avait des sentiments partagés. Il sentait qu'il était venu si près, soit à 6,3 secondes du podium, mais qu'il était encore si loin.

« Nous venons de gravir un grand échelon aujourd'hui, espérons que nous en gravirons un autre lors du relais, a dit Babikov, un Russe d'origine, qui en est à ses premiers Jeux sous les couleurs du Canada. Tout le monde a mis la main à la pâte aujourd'hui. Nous pouvons aussi compter sur un grand entraîneur en Inge Braten. Il a toute l'expérience du monde et il sait nous motiver avant une course. La foule a aussi été merveilleuse. Elle nous a aidés beaucoup. »

Mais Babikov en veut encore plus.

« Pour moi, j'ai eu l'impression de souffrir beaucoup en début de course dans la portion classique. J'ai dépensé trop d'énergie. J'ai bien tenté de rejoindre le peloton de tête vers la fin. Je ne pensais plus à rien, je souffrais, tout simplement. Mais j'ai gagné quelques secondes dans la dernière montée. S'il y avait eu une montée de plus, j'aurais sans doute pu faire mieux encore. »

Les nouvelles de ski de fond et de biathlon
des Jeux olympiques de Vancouver
sur veloptimum.net


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

matériel et techniques mise en forme où faire du ski condition des pistes la course autres sites