Ça fait quand même du bien d’avoir un break parfois

Livigno, dimanche 6 décembre 2009

La Coupe du monde à Kuusamo, en Finlande, a été un vrai fiasco ! J’ai eu l’impression que le ciel nous est tombé sur la tête. Le mercredi, notre entraîneur, Inge Braten, est tombé en revenant du souper et s’est fracturé la hanche. Ensuite, il y a eu quelques perturbations à l’interne dans l’équipe. Au bout du compte, j’ai eu un des pires week-ends de compétition de ma vie !

En parlant à plusieurs personnes de mon entourage, j’ai été capable de mettre tout cela derrière moi et l’équipe s’est ensuite dirigée vers Livigno, en Italie, pour un camp d’entraînement d’une dizaine de jours en altitude.

J’adore faire des compétitions, mais ça fait quand même du bien d’avoir un break parfois. Je suis arrivé en Europe il y a déjà quatre semaines et depuis, j’ai fait deux courses par week-end, 3 semaines de suite !

Livigno est située à une altitude de plus de 1800 m, cette ville est un endroit idéal pour l’entraînement. On marche 200 m à partir de notre hôtel pour atteindre les pistes de ski le matin, le soleil est toujours présent, la neige est en quantité industrielle et la nourriture italienne est plus que parfaite pour nous assurer un apport suffisant en glucides.

L’après-midi, après la siesta, on peut se promener dans la ville et passer d’une boutique à l’autre ou encore savourer d’excellents expressos, question de bien se réveiller pour le deuxième entraînement de la journée.

En soirée, après l’entraînement, on descend dans la cave de l’hôtel au sauna. Là, on peut accélérer la récupération de nos muscles en faisant des bains contrastes et ensuite, relaxer pendant quelques instants sur des chaises longues.

C’est donc un deux pour un. L’entraînement est plus qu’idéal et la récupération est facilitée par une nourriture de la meilleure qualité et une ambiance très relaxante.

Ciao

source : alexharvey.ca



Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive