Au beau milieu du centre-ville de Prague le 4 janvier 2010
photo : NordicFocus

J’ai encore le goût de punir mes jambes !

Vendredi 8 janvier 2010

Il ne reste plus que deux jours de compétition au Tour de ski. Je suis fatigué, mais tout le monde l’est ! Ceux qui vont réussir à récupérer le mieux feront bonne figure au 20 km classique demain, j’espère être l’un d’entre eux !

C’est la première participation de ma carrière au Tour de ski. Je ne savais pas vraiment trop à quoi m’attendre, mais je m’étais fixé l’objectif de terminer parmi les 30 premiers au cumulatif pour empocher un maximum de points de Coupe du monde. Je voulais aussi avoir une ou deux grosses performances d’une journée pour revenir chez moi avec de la confiance.

Le Tour a donc débuté à Oberhof, en Allemagne, avec un prologue 3,8 km patin. J’ai fait belle figure avec une 18e place, très près du podium. Le lendemain, c’était une poursuite 15 km classique avec les temps de la veille pour déterminer l’ordre de départ. Je suis parti le pied au fond et après 2,5 km, j’étais déjà revenu dans le peloton de tête. J’ai rapidement trouvé mon chemin vers l’avant du groupe et je me sentais très bien. Rendu à 10 km, un Russe m’a poussé en dehors de la piste. J’ai été très frustré par son geste et j’ai dépensé beaucoup trop d’énergie à essayer de me replacer en avant du peloton et j’ai finalement cassé à 2 km du but. Bien que grandement déçu après la course, il a fallu que j’oublie la journée et que je me prépare pour le sprint classique du lendemain.

La qualification de ce sprint a été très moyenne pour moi. Pourtant, c’était un bon parcours pour moi, avec deux belles montées et des conditions difficiles. J’ai simplement mal skié et j’ai perdu un dixième ici et là dans des descentes et des virages pour terminer en 32e position, 16 centièmes en dehors des rondes.

Immédiatement après mon cool down, j’ai sauté dans une camionnette d’équipe pour me rendre à Prague, 5h plus loin, pour un sprint patin.

Le set up de Prague était à faire rêver. Au beau milieu du centre-ville, beaucoup de spectateurs, en soirée, sous les projecteurs. La seule chose qui manquait, c’était une bonne surface pour skier. On était dans la soupe ! Nos bottes étaient enfoncées dans six pouces de sel et on arrivait à peine à skier. Même que dans certaines sections, la plupart des skieurs optaient pour la double poussée, donc sans utiliser les jambes ! J’ai eu une excellente qualification avec le 20e temps. J’étais surpris par ma performance parce que ce type de sprint, au centre-ville, donc super plat avec tout plein de virages, ne me convient pas spécialement.

Un peu plus tard, dans les quarts de finale, j’ai fait mon meilleur sprint à vie, en me bataillant aux devants, en jouant bien du coude et en saisissant les rares opportunités de dépassement, mais j’ai faibli un peu en fin de parcours pour finalement prendre le 19e rang.

Enfin, on a eu droit à un jour de repos. Il fallait quand même passer de la République Tchèque à l’Italie, en faisant une escale à Munich pour la nuit. Le Tour de ski, c’est 8 courses en 10 jours, dans trois pays. Du char, on en fait comme c’est pas possible !

Une fois rendus à Toblach, on s’est installé à l’hôtel et on est allé skier un peu pour se délier les jambes. La course du lendemain était une des plus spectaculaires du Tour. En partant de Cortina, suivant un vieux chemin de fer, passant par de vieux tunnels étroits pour les trains et terminant 39 km plus loin, à Toblach.

Quand j’ai pris connaissance de l’horaire du Tour de ski, en mai dernier, je voyais cette étape comme la meilleure pour moi. Longue, en patin, rendu dans la deuxième moitié du Tour, bref, tous les éléments étaient réunis pour une belle performance de ma part.

Le matin de la course, je me sentais bien, un peu stressé parce que je savais que je devais partir vite pour revenir sur le groupe de tête le plus tôt possible, mais quand même, en contrôle de mes moyens. Finalement, les choses ont tourné au vinaigre après même pas 5 minutes de course. J’avais des ennuis à bien respirer et je ne pouvais pas prendre le rythme de la course. Ma cage thoracique était comme compressée et j’avais des spasmes dans les muscles intercostaux, très inconfortables et même un peu effrayant. J’ai donc perdu beaucoup de places et encore plus de temps sur les meneurs. Rendu à 15 km, les choses se sont replacées, mais le mal était fait. J’ai tout de même bien terminé avec force pour grappiller plusieurs places dans le dernier 5 km et franchir la ligne en 21e position, déçu, frustré, un peu apeuré mais surtout, affamé pour le 10 km classique du lendemain.


6 janvier 2010
photo : NordicFocus

La course idéale pour moi est en patin, longue et difficile mais surtout, en départ de masse.

Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’ai encore un peu de misère à m’imposer moi-même le bon rythme dans les premiers kilomètres d’un départ individuel pour rester dans la game. Pourtant, dans les départs de masse, je suis capable d’imposer ce même rythme aux autres après une dizaine de kilomètres…

Je suis donc parti avec le couteau entre les dents, ce jeudi, et j’ai skié ma meilleure course individuelle à vie ! J’ai terminé 9e de ce 10 km classique avec un excellent dernier 5 km et j’ai finalement été capable de mettre mes deux journées un peu plus sombres derrière moi.


7 janvier 2010
photo : NordicFocus

Aujourd’hui, on a eu notre deuxième journée de repos. Nous sommes rendus à Val di Fiemme et un 20 km classique départ groupé nous attend demain après-midi. Le parcours est des plus exigeants et parions qu’avec la fatigue des 6 dernières courses, le peloton va exploser tôt. Je me sens encore plutôt bien, j’ai de la facilité à récupérer entre les efforts mais surtout, la tête est encore bien là et j’ai encore le goût de punir mes jambes !

Le général est pas mal joué pour moi. Je suis en 19e position et la 18e place est environ 2 minutes devant moi. Je vais peut-être plutôt skier pour Devon et lui donner la possibilité d’aller chercher des secondes de bonus dans les sprints intermédiaires et me concentrer pour avoir un bon dernier kilomètre et un bon résultat.

source : alexharvey.ca



Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive