18 novembre 2003


Les représentants des médias étaient nombreux pour écouter, photographier
et filmer la version des faits de Geneviève Jeanson.

photo : Jacques Bourdon

Des articles de Martin Smith

« Je ne peux empêcher personne d'avoir une opinion mon sujet, mais je suis en paix avec moi-même », a-t-elle souligné.

Son avocat, Alain Barrette, croit que sa cliente pourra faire entendre toute sa version des faits sous peu si la preuve recueillie par le Collège des médecins finit par être disponible... « si elle existe », ajoute-t-il.

« Quand le docteur Duquette a plaidé coupable devant le comité de discipline, c'est comme s'il plaidait coupable au nom de Geneviève Jeanson sans qu'elle ait un seul mot dire », dit-il.

Une absurdité, selon Barrette. Il espère donc avoir l'occasion de faire valoir les droits de Geneviève Jeanson devant les autorités sportives que sont l'Association cycliste canadienne et la Fédération québécoise des sports cyclistes « s'ils jugent utile et nécessaire de faire comparaître la cycliste », précise son avocat.

Au fond des choses
Les responsables des instances en question semblent avoir bel et bien l'intention d'aller au fond des choses avec Jeanson.

« Elle a contacté l'Association canadienne la fin de la semaine dernière pour dire qu'elle souhaitait pouvoir venir s'expliquer devant un comité », a indiqué Louis Barbeau, directeur technique de la fédération québécoise.

« On a besoin de savoir pourquoi son nom se retrouve sur des chefs d'accusation dans l'affaire du docteur Duquette. Il y a encore des questions sans réponse comme celle de son taux d'hématocrite... »

Un comité comprenant des membres des instances québécoise et canadienne et du centre canadien pour l'éthique sportive sera formé pour entendre Geneviève Jeanson.

« On essaiera d'avoir accès la preuve du Collège des médecins. Précisons que nous n'accusons pas Geneviève de quoi que ce soit. Pour qu'il y ait éventuellement suspension, il faudrait soit un aveu (ce qui n'est pas le cas), soit des preuves suffisamment accablantes pour qu'on puisse constater une infraction de sa part. »

Dans le camp de Jeanson, aucun autre recours n'est prévu pour le moment. « Cependant, si on constate que des dommages ont été causés, on avisera », a indiqué son avocat.



nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net