1973

- 3e de la course sur route à sa première course à vie lors des finales régionales des Jeux du Québec à Rimouski
- participation à la Finale des JJeux du Québec à Rouyn-Noranda

« J'étais blasé de nager. L'entraîneur du club de Rimouski était chum avec mes frères. Un jour il vient faire un tour dans la maison et on est dans le garage en train de placoter. Il y avait deux vélos accrochés sur le mur du garage. L'entraîneur me dit : « Dans trois semaines c'est la sélection pour les Jeux du Québec, à Rouyn-Noranda, on prend les quatre meilleurs juniors de la région pour aller là. Si tu veux t'entraîner, le parcours, on part de Rimouski on va virer au village à côté à Luceville, aller-retour, si tu es dans les 4 premiers tu viens aux Jeux du Québec ». Je m'entraîne pendant les 3 semaines qui restent. Tous les matins je pars de la maison en vélo, je fais le parcours, je reviens. Arrive le matin pour la sélection, ça prenait un casque. Moi j'avais pas de casque. Je suis sur la ligne de départ et l'officiel me dit : « Non, tu n'as pas le droit de partir ». Un des parents, dont le jeune courait dans la catégorie juvénile et qui venait de terminer sa course, vient me voir et me dit « Mets le chapeau ». Dans ce temps-là on ne pouvait pas appeler ça un casque, C’étaient des bandes de cuir que tu avais sur la tête. Donc je suis parti, j'ai fait la course, j'ai terminé 3e. J'étais classé pour aller aux Jeux du Québec. Je devais avoir 15 ans. C'est là que j'ai commencé à voir que j'avais un talent pour les sports d'endurance. Les chips et la tv, ça a commencé à diminuer !»

extrait d’une entrevue réalisée par Mathieu Laberge en 2012.



nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net