Le Temple de la renommée
du cyclisme québécois

Gianni Vignaduzzi


Serge Roussel, Louise Lalonde, Gianni Vignaduzzi et André Michaud
photo : Guy Maguire Tous droits réservés.

C’est aux Championnats du monde route et piste présentés à Montréal, en 1974, que Gianni Vignaduzzi a son premier contact avec le cyclisme. Deux ans plus tard, il assiste aux Jeux olympiques de Montréal, où il a une révélation. Cet événement déclenchera chez lui une passion pour la discipline à laquelle il se dévouera à partir de l’âge de 14 ans.

Le cycliste originaire de Montréal fait ses débuts avec le Club Astral, formation avec laquelle il connaît instantanément du succès. À sa troisième saison, il fait cependant le saut chez les Espoirs Laval, une équipe au sein de laquelle il évoluera en sol canadien jusqu’à la fin de sa carrière, soit de 1982 à 1992.

Talentueux et polyvalent, Gianni Vignaduzzi excelle autant sur la route que la piste, grâce à sa pointe de vitesse et à sa lecture de la course. En 1984, alors qu’il concourt dans la catégorie junior, il participe à ses premiers Mondiaux, où il signe une 21e place à la course sur route, de même qu’une 8e place à la course aux points.

Même s’il s’exécute régulièrement sur la route, c’est avant tout sur l’ovale que l’athlète fait sa marque et qu’il consentira la plupart de ses énergies au cours des années subséquentes. Ce dur labeur sera d’ailleurs couronné de succès lors des éditions 1985, 1986 et 1987 des Championnats du monde, où il terminera respectivement 17e, 25e et 8e à la course aux points. Ses études complétées, il s’envole pour l’Italie pour y effectuer un séjour de plusieurs mois ayant pour finalité de parfaire sa préparation avant l’ultime rencontre sportive : les Jeux olympiques. Il rafle la 17e place au terme de la course aux points disputée à Séoul.


Gianni Vignaduzzi
photo fournie par la FQSC

En 1989, Gianni Vignaduzzi délaisse la piste pour désormais ne se consacrer qu’au cyclisme sur route. Il décide également d’élire temporairement domicile en Italie et de joindre les rangs de la formation Vini Ricordi. Il s’impose de belle façon dans le peloton italien. Auteur d’une excellente saison en 1992, il s’inscrit au 8e rang du classement général du Giro dell'Umbria et décroche la 26e place aux Olympiques, où il arbore le maillot de l’unifolié.

Après une brillante carrière chez les amateurs, au cours de laquelle il a remporté plus de 60 courses sur route, dont la Classique de Montréal (1987), le GP Détroit (1986), le Bocholt GP en Allemagne (junior - 1984), la CHIN Pic-Nic à Toronto (1987), et 80 épreuves sur piste, Gianni Vignaduzzi franchit une nouvelle étape importante; en 1993, il est mis sous contrat par l’équipe professionnelle Amore & Vita. Fraîchement débarqué dans l’arène des grands, sa nouvelle formation lui confie un rôle d’équipier. Il participe notamment au Tour de Suisse, son premier, où il termine au 89e rang.

En 1994, il devient porte-étendard pour l’équipe Jolly Cucine. Il prend alors part à de nombreuses épreuves prestigieuses, parmi lesquelles comptent le Tour des Flandres (87e), le Tour d’Espagne (121e au classement général et 12e de la dernière étape), le Tour de Galicia (5e de la dernière étape). Il passe à un cheveu de la victoire lors du Tour des Six Communes (Suisse), où il est devancé par un coureur Suisse au sprint final. Il boucle sa saison et sa carrière à l’âge de 28 ans, même s’il avait un contrat pour l’année suivante. Son dernier tour de piste, il l’effectue lors du Paris-Tour, qu’il conclut au 137e échelon.

Il quitte la compétition la tête haute, ayant atteint tous les objectifs qu’il s’était fixé, c’est-à-dire de se qualifier pour les Jeux olympiques, ce qu’il réussit deux fois plutôt qu’une, et de courir professionnel. De son propre aveu, le cyclisme aura été une école de vie extraordinaire, qui lui aura permis de devenir l’homme qu’il est aujourd’hui.


Gianni Vignaduzzi est venu d´Italie, pour l´occasion
photo : Guy Maguire Tous droits réservés.

Intronisé au Temple de la renommée du cyclisme québécois le 5 novembre 2011.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net