Le Temple de la renommée
du cyclisme québécois

Chris Koberstein


Gilles Durand, Eric Van Den Eynde, Chris Koberstein et André Michaud
photo : Guy Maguire Tous droits réservés.

Chris Koberstein entame sa carrière cycliste à l’âge de 15 ans. Celui qui deviendra un habitué des podiums signe son premier à l’issue d’une course disputée à Montréal-Nord, en septembre 1983, laquelle il remporte alors qu’il évolue sous la bannière du club West Island. À sa deuxième année chez les cadets, l’athlète natif d’Hudson devient porte-étendard pour le club cycliste Glengarry et clame son premier titre de champion québécois.

Ayant connu un début prometteur, c’est toutefois lors des ses années juniors que Chris Koberstein montre toute l’étendue de son talent. Fraîchement débarqué dans les rangs juniors, le coureur qui arbore désormais les couleurs des Espoirs de Laval rafle l’ensemble des titres provinciaux à l’enjeu sur la route. Au niveau national, il est sacré vice-champion de la course sur route et de la poursuite individuelle et décroche deux médailles d’argent aux Jeux du Canada. Cette même année, il flirte avec le succès international; il ravit la seconde place au Tour de l’Abitibi et gagne la Classique cycliste Ice Cream. En 1986, il est couronné champion québécois et canadien sur route. Favori pour l’emporter au Tour de l’Abitibi, des problèmes mécaniques anéantissent malheureusement ses chances de victoire.

En 1987, Chris Koberstein fait le grand saut chez les seniors. Il ne tarde pas à s’affirmer et s’impose aussitôt comme une des vedettes montantes du cyclisme au pays. Il termine notamment deuxième du Grand Prix cycliste de Beauce, et prend part à ses premiers Mondiaux, où il est cependant contraint à l’abandon en raison d’une chute. Reconnu pour ses grandes qualités de rouleur, il est sélectionné à l’âge de 20 ans au sein de l’équipe canadienne de contre-la-montre qui enregistrera le 19e temps lors des Jeux olympiques de Séoul, en 1988. En plus de remporter le classement du meilleur jeune au Tour du Texas, il livre la deuxième meilleure performance canadienne et la cinquième meilleure chez les amateurs au Grand Prix des Amériques en vertu d’une 16e place.

Chris Koberstein ne cesse de progresser. Son palmarès de 1989 compte, entre autres, une 7e place au prologue du Tour de Trump, une 3e place au Grand Prix Mennen et une 31e place à la course sur route présentée aux Mondiaux et durant laquelle il a parcouru la quasi-totalité de la distance dans le groupe de tête.


Chris Koberstein
photo fournie par la FQSC

Spécialiste du contre-la-montre par équipe, il conduit la formation de l’unifolié à la 2e place lors des Jeux du Commonwealth, ainsi qu’à la 13e lors des Mondiaux de 1990. Aux Championnats canadiens, il a mené l’équipe du Québec vers la victoire. Vainqueur du classement général de la série nationale Canadian Tire et de celui de meilleur grimpeur lors du Grand Prix cycliste de Beauce, il est décoré d’argent au terme du Tour du Saguenay Lac-Saint-Jean. Il conclut finalement le Tour du Canada au sixième rang, après avoir revêtu le maillot de meneur pendant plusieurs étapes.

En 1991, il enlève les grands honneurs de la Vuelta of Bisbee (USA), de même que ceux de la Kitchener-Hamilton Classic. Troisième du Grand Prix cycliste de Beauce et d’une étape du Circuit Franco-Belge, il perce deux fois le top-10 lors Tour des Flandres Occidentales. Aux Championnats du monde, l’équipe canadienne du contre-la-montre dont il fait partie s’inscrit au 19e rang.

Chris Koberstein amorce la saison suivante en Europe, où il participe à plusieurs courses, dont la Semaine Bergamasque. Il sort victorieux du Tour du Canada et est de nouveau retenu au sein du contingent canadien dépêché aux Jeux, qui ont cette fois lieu à Barcelone. Bien en jambes, il est la locomotive du quatuor qui signe une 13e place.

Chris Koberstein conclut une brillante carrière en 1993, alors qu’il n’a que 25 ans. Malgré une retraite hâtive, il aura laissé un legs considérable. Pour mesurer tout le talent de cet athlète, il suffit de compter le nombre de Championnats du monde de Grands Jeux auxquels il a participé; d'aucuns il n’a été exclu de la formation nationale, et ce, durant les sept années où il a concouru chez les seniors.


Chris Koberstein est félicité par Louis Barbeau
photo : Guy Maguire Tous droits réservés.

Intronisé au Temple de la renommée du cyclisme québécois le 5 novembre 2011.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?

page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net