25 mars 2005

Drôle de soirée

Pierre Hamel

La médaillée d’or aux Jeux d’Athènes, Lori-Ann Muenzer, claironne qu’elle n’a pas obtenu toute la reconnaissance qu’elle devrait suite à cette performance.

Los Angeles – « Je n’ai pas beaucoup de support de la part de l’Association cycliste canadienne (ACC), a déclaré Muenzer après s’être classée 7e au 500 m contre-la-montre. Je suis à Los Angeles depuis plus de deux semaines et c’est moi qui s’occupe de mes affaires. » La cycliste d’Edmonton reconnaît aussi que les commanditaires ne se sont pas bousculés à la porte suite à son exploit d’Athènes. « Je sais bien qu’on est au Canada mais je ne comprends pas ce manque de reconnaissance à mon égard. » Les responsables de l’équipe canadienne ont fait la moue lorsqu’on leur a répété les paroles de Muenzer. « J’ai un budget annuel de 55 000 $ pour toute l’équipe de piste » a simplement laissé tomber Éric Van den Eynde, entraîneur de l’équipe nationale de piste.

La volubile athlète de 38 ans n’a renoué avec la compétition qu’en décembre dernier ici même lors de la deuxième manche de la Coupe du monde sur piste. « C’est sûr que je ne suis pas tout à fait au même niveau qu’à Athènes mais je vais donner tout ce que j’ai lors du tournoi de vitesse. »

Dans cette première finale de ces Championnats mondiaux, on attendait l’Australienne Anna Meares (nouveau record du monde à Athènes et médaillée d’or) mais c’est finalement la Biélorusse Natalia Tsylinskaya qui a reconquis le titre qu’elle détenait en 2002 et 2003. Elle a devancé Meares d’un fil (14 centièmes de seconde).

À la vitesse par équipe chez les hommes, le formidable trio anglais composé de Chris Hoy, Jason Queally et Jamie Staff a réussi le meilleur temps des qualifications pour ensuite décrocher la médaille d’or face à l’équipe hollandaise. Les Allemands ont ensuite sorti les Français de la ronde des médailles. L’équipe canadienne a terminé avant-dernier, à 2.5 secondes des Anglais. Malgré tout, Éric Van den Eynde était relativement satisfait de la performance de ses hommes. « Ils ont retranché une demi-seconde à l’écart qui nous sépare des grandes équipes de ce genre d’exercice. »

Dans la dernière finale de la soirée, la course aux points de 40 km, le sympathique Martin Gilbert en a arraché. On n’était pas à la mi-course et déjà il traînait de la patte. Après avoir perdu deux tours sur un peloton qui n’en finissait plus d’accélérer, Gilbert a lancé l’éponge. « C’est très frustrant a-t-il raconté après la course. Je suis limité par ma vitesse. C’est parti très vite et dès que les autres en mettaient un peu plus, je n’étais pas capable de suivre. Je m’en doutais un peu. Tous ces coureurs ont participé aux six-jours cet hiver ou ils ont roulé dans un vélodrome couvert. » Ce qui n’est évidemment pas son cas. Cet hiver, il a alterné entre la raquette, le computrainer (2 jours chacun par semaine) et le ski de fond. À la finale de la Coupe du monde à Sydney, il a réussi à se faufiler en 6e place pour mériter sa sélection aux Championnats du monde mais il a souffert comme jamais. « La course que j’adore, c’est le madison mais j’ai perdu mon partenaire (Alexandre Cloutier) cette année et je n’ai pas été capable de m’en trouver un autre. » Sans oublier ses études en pharmacologie qui l’occupe une partie de l’année. Bref, malgré cette contre-performance, Martin Gilbert n’est pas découragé pour autant. « Je me prépare pour les Jeux de 2008. »

C’est l’Ukrainien Volodymyr Rybin, un sapré bon coureur, qui l’a emporté devant la surprise de la soirée, le Grec Ioannis Tamouridis et un autre habitué du podium de la course aux points, l’Espagnol Juan Llaneras.

Au programme demain (25 mars), le début du tournoi de vitesse chez les femmes, la course aux points (25 km) féminine, la finale de la poursuite individuelle chez les hommes, le kilomètre contre-la-montre et la finale du keirin.

Les citations du jour
« C’est pas en roulant en vélo de montagne à – 40C en hiver qu’on prend de la vitesse. »
Martin Gilbert

« Je suis vraiment très contente de ma deuxième place. Je ne m’étais pas entraînée pour cette épreuve. Mais je vais revenir au cours des prochaines années. »
L’Australienne Anna Meares


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net