25 mars 2005

Lori-Ann Muenzer est en vacances

Pierre Hamel

La Championne olympique commet une erreur impardonnable et ne passe pas le cap des quarts de finale.

Los Angeles – « J’aurais dû être un peu plus patiente », a déclaré Muenzer après sa déconfiture contre la Russe Tamilia Abassova. Et comment. Après avoir joué au jeu du chat et de la souris avec la Russe, la même qu’elle avait battue facilement en finale du tournoi de sprint à Athènes, Muenzer a pris la tête de la course avec plus de deux tours à faire. Quand Muenzer a lancé le sprint, Abassova l’a facilement débordée dans l’avant-dernier droit. L’Albertaine a bien tenté de revenir mais ce fut trop peu, trop tard.

Pourtant, la matinée avait bien commencé pour la médaillée d’or. Lors des qualifications ( 200m lancé ), elle avait obtenu le cinquième meilleur temps ce qui lui a valu une huitième de finale relativement facile. Devant la Lithuanienne Simona Krupeckaite, Muenzer ressemblait beaucoup à celle que l’on avait vue à Athènes en août dernier. Une victoire facile qui était de bon augure pour la suite des événements.

Après sa défaite en quarts de finale – un nouveau règlement stipule qu’il y a maintenant une seule manche en quarts de finale, au grand déplaisir de la plupart des entraîneurs nationaux – Muenzer a participé au sprint pour déterminer la 5e à la 8e place. Elle s’est contentée de la 7e place alors que la grande favorite, la Biélorusse Natallia Tsylinskaya, auteure d’un temps canon en qualification mais disqualifiée en quarts de finale, a dû se contenter de la 5e place.

Plus tard, en soirée, on assistera à plusieurs finales : course aux points chez les femmes, poursuite individuelle masculine, kilomètre contre-la-montre chez les hommes et le keirin.

La citation du jour
« L’élimination directe en quarts de finale est une aberration. J’ai fait des représentations auprès de l’Union cycliste internationale (UCI) pour qu’il revienne à l’ancienne formule. Aujourd’hui, on aurait certainement eu d’autres résultats s’il y avait eu deux manches comme auparavant. Muenzer, qui a couru une manche atroce contre la Russe, aurait pu se reprendre et je ne suis pas sûr que ma coureuse (Kerrie Meares) serait venue à bout de la Biolérusse Tsylinskaya dans ce contexte. Le sprint est la plus vieille discipline sur piste et la plus appréciée des spectateurs. Je ne comprend vraiment pas ce règlement. D’autant plus que le Keirin profite toujours d’une ronde de repêchage. »
Martin Barras, entraîneur de l’équipe australienne


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net