24 mars 2005

Sous le signe de l'intimité

Pierre Hamel

Les États-Unis reçoivent les Championnats mondiaux sur piste pour la deuxième fois en moins de deux ans.

Los Angeles – En 2004, ce sont les juniors qui avaient foulé cette superbe piste de 250 m fabriqué avec du pin sibérien de Russie. Et en décembre dernier, on y a disputé la deuxième manche de la nouvelle Coupe du Monde Classics devant une foule enthousiaste de 2 450 spectateurs – la capacité totale du vélodrome du Homme Depot Center.

Depuis la réforme instaurée en 2002 par l’Union cycliste internationale (UCI), on a tenté plusieurs expériences en vue de redonner ses lettres de noblesse à la piste. La plus importante étant de présenter les Championnats mondiaux en mars, donc en hiver, plutôt qu’en été comme cela était le cas depuis des lunes. Le pari de Hein Verbruggen, président de l’UCI, est assez simple. En éloignant la saison de la piste de celle de la route, il espère donner du lustre à une discipline qui était plus souvent qu’autrement à la remorque de l’autre. Le « milieu » n’a pas très bien réagi à cette nouvelle façon de faire mais il a quand même accepté de jouer le jeu. Résultat : on a l’impression que la piste a repris un peu du poil de la bête. La télévision s’y intéresse et la jeune génération de champions (le Hollandais Bos, l’Australien Bailey, l’Anglais Hoy) a la cote auprès d’une nouvelle clientèle.

Par contre, de nombreux pays, dont le Canada, sont désavantagés par cette réforme. Sans vélodrome couvert, les coureurs (pensez à nos deux Québécois Martin Gilbert et Yannick Morin) doivent s’expatrier pour s’entraîner dans des conditions plus favorables. Et comme le budget de l’Association cycliste canadienne (ACC) n’a rien, mais absolument rien à voir avec celui de l’Association australienne, par exemple, on se retrouve avec deux classes de coureurs.

N’empêche, l’équipe canadienne, composée de six athlètes et menée par l’entraîneur national Éric Van den Eynde n’est pas ici pour faire de la figuration. Lori-Ann Muenzer, la médaillée d’or d’Athènes en sprint, participera au 500 m contre-la-montre et au tournoi de vitesse. Après un lent début de saison, la madame d’Edmonton, est montée sur le podium (3e) au 500 m et a décroché une quatrième place en vitesse lors de la finale de Coupe du monde disputée à Sydney en Australie. Quant à Travis Smith de Calgary, il a terminé 4e à cette même Coupe du monde dans le kilomètre contre-la-montre. Il fera aussi équipe avec le Montréalais Yannick Morin – un spécialiste du bobsleigh – et son compatriote Cam MacKinnon dans le tournoi de vitesse par équipe. Mandy Poitras de Vancouver se frottera aux meilleures dans la course aux points et le scratch de 10 km. Enfin, le dernier mais non le moindre, Martin Gilbert ex-Champion des Mardis de Lachine, participera à la course aux points (6e à Sydney).

Tout ce beau monde, à l’exception de Mandy Poitras, sera en piste dès ce soir (24 mars). Au menu la finale de la vitesse par équipe, le 500 m contre-la-montre et la course aux points (40 km) chez les hommes.

Les citations du jour
« Des médailles, il y en a à vendre pas très loin d’ici dans un magasin à chaîne »
Éric Van den Eynde, entraîneur de l’équipe nationale, en réponse à la sempiternelle question « pis, on vas-tu gagner des médailles ? »

« J’ai amené de jeunes espoirs pour ces Championnats mondiaux. On les prépare pour 2012 ! »
Martin Barras, entraîneur de l’équipe australienne

Roue Libre
Au pays d’Arnold et de Georges

• Le Home Depot Center, où loge le vélodrome, est une zone aménagée de 50 hectares située à Carson (pas très loin de Long Beach). Ce complexe est situé sur le campus de la California State University à Dominguez Hills. Il regroupe un stade de football de 27 000 places, un stade de tennis de 13 000 places, des installations d’athlétisme de 20 000 places et le vélodrome couvert de 2 450 places. Désigné site d’entraînement officiel des Jeux olympiques aux États-Unis, ce complexe a coûté 150 millions de dollars. Sa mission : promouvoir la forme physique et l’entraînement auprès de toutes les communautés avoisinantes. Tout autour, on retrouve des courts de tennis, des terrains d’entraînement de football et une piste de jogging de trois milles ainsi que douze salles de fitness. De quoi donner des idées à Jean-marc Fournier, Ministre du Loisir et du sport dans le cabinet Charest.

• Il n’y a aucun doute, votre chroniqueur préféré est bien au coeur de l’action. Ce matin, en sortant de sa chambre, il s’est presque enfargé dans trois Colnago qui trônaient au milieu du passage. Il a ensuite pris le déjeûner avec l’entraîneur de la meilleure équipe au monde (Australie), le Québécois Martin Barras.

• Discuter du temps qu’il fait n’est pas l’apanage des Québécois. Ici, on n’arrête pas parler de la pluie. « Il pleut tout le temps. On n’a jamais vu ça », nous a-t-on raconté lors de notre accréditation. C’est vrai, il tombe un p’tit crachin et le mercure indique 18C. Mais les bosquets sont en fleurs et les palmiers ont fière allure.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net