16 juin 2005

Un Irlandais sous la pluie

Pierre Hamel

Encore un temps de chien. Dominique Rollin encore en jaune.

Saint-Joseph – Le temps est toujours aussi maussade en Beauce mais ça n’empêche pas les prétendants à la victoire finale de faire leur travail. Ou plutôt de faire travailler leurs coéquipiers comme il est de mise dans un tel cas. Aujourd’hui, l’équipe Navigators, la formation de Nathan O’Neill (2e l’an dernier et grand favori cette année) de Mark Walters et Jeff Louder, respectivement 2e et 3e au classement général, a tenté à plusieurs reprises de faire sauter la baraque. Elle n’a pas réussi mais l’un de ses coureurs a tout de même remporter l’étape. L’Irlandais David O’Loughlin a maintenu une mince avance d’un quinzaine de secondes durant les deux tours du circuit fermé qui complétait l’étape de 142 kilomètres. Il a finalement devancé, in extremis, son coéquipier Vassilli Davidenko et l’Italien Domenico Passuello déjà 3e lors de la première étape.

L’équipe américaine Health Net, dont le leader John Lieswyn est 5e au classement général à 20 secondes de Dominique Rollin, a travaillé très fort pour contrecarrer les plans des Navigators. Les deux Mike (Jones et Sayers) et Doug Ollerensahw ont été constamment dans les roues des coureurs de Navigators. Le manège a persisté pendant une bonne trentaine de kilomètres. Le peloton a même explosé en quelques occasions. Finalement, le calme est revenu au grand plaisir de l’équipe du Québec.

Parce qu’il faut bien le dire, les Rollin, Laroche, Nadeau et Béland ont passé un sale quart d’heure durant cette période. Mais ils ont réussi à s’accrocher et la tempête a passé. « Quand on est revenu à l’avant du peloton, je pense qu’on les a un peu endormis », a expliqué en riant Jean-Sébastien Béland. « Ils ont fait un travail remarquable », a répété à quelques reprises Dominique Rollin.

Il a fallu attendre au 100e km pour que ça grouille de nouveau dans le peloton. Tim Johnson (Jittery Joe’s) s’est échappé et Dominique Perras a, par la suite, tenté sa chance. Quatre kilomètres plus loin, l’aventure était terminée. À une vingtaine de kilomètres de la fin, le peloton a été secoué par de violentes accélérations. C’est encore l’équipe Navigators qui a parti le bal. O’Loughlin et Ollerenshaw (Health Net) ont réussi à creuser un écart de 25 secondes qu’ils ont maintenu jusqu’à l’entrée du circuit fermé. À la flamme rouge, Ollerenshaw a été avalé par le peloton pendant que l’Irlandais filait vers la victoire.

Dominique Rollin a terminé dans le peloton et il voit toujours la vie en jaune. Ce qui n’était pas nécessairement le cas au départ de l’étape lorsqu’on a constaté que son cadre de carbone avait une légère fissure au niveau du pédalier. Heureusement, son coéquipier Pierre-Olivier Boily, qui avait abandonné lors de la terrible étape de Lac Etchemin et qui a sensiblement le même gabarit, lui a passé son vélo. « Pis comment il était mon vélo? », a demandé Boily à Rollin à la fin de la course. « Ben correct, mais je n’avais plus de frein à la fin », a rétorqué Rollin. « T’es ben trop gros ! », a conclu, en riant le magicien Boily (oui, oui, il l’est à se heures).

Demain, c’est l’étape de vérité. Un long contre-la-montre (27 km) disputé à Saint-Jean-de-la-Lande. À surveiller John Lieswyn (« Je me suis blessé au Minnesota la semaine dernière et je ne suis pas très confortable sur ma selle ») qui est à 20 secondes de Rollin et qui possède 57 secondes d’avance sur l’archi-favori, l’Australien Nathan O’Neill (c’est l’un des meilleurs au monde selon Lieswyn). À ne pas oublier aussi Svein Tuft (Symmetrics) qui se retrouve à égalité avec Lieswyn et qui semble en superbe forme. Et Rollin dites-vous ? Il est très bon dans ce genre d’exercice mais quand même une coche en-dessous des spécialistes comme Lieswyn, O’Neill ou les Canadiens Tuft ou Wohlberg. Un top 10 serait vraiment très bien. Ce qui voudrait dire qu’il se retrouverait entre la 5e et la 8e place au classement général. Mais, sait-on jamais… Un maillot de leader, « ça pousse dans le cul » a-t-il répété aujourd’hui. Une petite réglisse rouge avec ça ?

Les citations du jour
« Vous savez, je viens de l’Irlande… »
David O’Loughlin lorsqu’on lui a demandé si la pluie l’avait dérangé depuis le début de ce Tour.

« Jesus Christ ! »
L’exclamation de Mark Walters (Navigators) à sa sortie du lobby de l’hôtel ce matin. Il tombait des cordes.

« Ça va nous faire moins long à contrôler. »
Dominique Rollin lorsqu’il a appris que l’étape d’aujourd’hui serait amputée de 38 km.

Roue Libre
• Au départ de l’étape d’aujourd’hui, un collègue a offert une réglisse rouge à Jean-Sébastien Béland. Le grand n’en a fait qu’une bouchée évidemment. À la mi-course, dans une longue ascension beauceronne, Béland, en queue de peloton, est passé à côté de nous et a lâché : « Amenez-en de la réglisse! ». Devant une telle demande, notre cœur a chaviré. Lorsqu’on est entré dans la zone de ravitaillement, on a repéré celle (l’ex-coureuse Émilie Roy) qui donnait les musettes aux coureurs de l’équipe du Québec. On lui a demandé de mettre une réglisse rouge dans la musette de Béland. Dans la voiture de presse, on riait déjà de l’expression du grand baroudeur lorsqu’il fouillerait dans sa musette. Le problème (on l’a appris après la course) c’est qu’il n’a pas eu la musette avec la réglisse rouge. On soupçonne que c’est Dominique Rollin qui l’a ramassé. Et comme ceci explique cela, Rollin a conservé son maillot jaune !!!

• Après quelques discussions entre les commissaires, les organisateurs, certains coureurs et directeurs de course, on a décidé d’écourter l’étape de 38 kilomètres. On a invoqué le temps maussade mais aussi d’importants travaux de réfection de la chaussée. Quand la caravane a filé sur le circuit en direction du nouveau départ, on a constaté que le premier GPM aurait vraiment été disputé dans des conditions très difficiles. Les travaux de réfection étaient majeurs. Le signal de départ a donc été donné à Saint-Jules par le maire de Saint-Joseph. On ne sait toujours pas si la population de Saint-Jules l’a réalisé !


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net