28 juillet 2004

Nos prédictions : médailles à l'horizon (une ou deux)

Pierre Hamel

L'or ne scintillera pas au cou de l'un de nos athlètes canadiens. L'argent ou le bronze pourrait cependant orner le maillot à feuilles d'érable. C'est en vélo de montagne que les chances de médaille sont les plus grandes. En particulier chez les femmes.

Marie-Hélène Prémont est régulière comme une horloge depuis le début de sa saison en Coupe du monde. Contrairement à ses rivales, la Québécoise a commencé tardivement sa saison de vélo de montagne. Durant l'hiver, elle a fait plusieurs séances de ski de fond et de vélo stationnaire, entrecoupées de cours à l'Université Laval où elle a terminé son baccalauréat en kinésiologie. Résultat : le niveau de ses performances ne cesse de s'améliorer plus la saison avance.

Elle a réduit considérablement l'écart qui la sépare de l'intouchable Norvégienne Gunn-Rita Dahle. Et le parcours lui convient bien. «Il n'est pas très technique, mais il comporte beaucoup de montées. Ça devrait m'avantager.» Alison Sydor, la grande star du vélo de montagne au Canada, pourrait aussi se faufiler sur le podium. L'athlète de 37 ans a d'ailleurs terminé troisième à l'épreuve disputée sur le parcours olympique en mai. Mais on devra se méfier de l'Italienne Paola Pezzo, médaillée d'or à Atlanta et Sydney, qui tente un retour après avoir fondé une famille.

Chez les hommes, Ryder Hesjedal représente un autre espoir de médaille s'il retrouve la forme du début de saison. Le grand blond de la Colombie-Britannique en a épaté plusieurs lorsqu'il a enfilé le maillot de la US Postal (route) en début de saison. Mais le retour au vélo de montagne a été plus difficile que prévu. Dans un grand jour, Hesjedal est l'un des meilleurs montagniers du monde. On regrette évidemment la présence de Roland Green qui court après la forme depuis l'an dernier. L'ancien double champion du monde n'en finit plus de soigner ses bobos.

Sur piste, la seule athlète canadienne présente à ces Jeux n'est pas une deux de pique. L'Albertaine Lori-Ann Muenzer a terminé troisième dans l'épreuve de vitesse aux récents Championnats mondiaux disputés à Melbourne (Australie). Mais, dans une discipline où la moindre erreur tactique peut vous sortir du carré d'as en moins de deux, elle aura fort à faire pour accéder au podium. Dans l'autre épreuve (500 m contre la montre) à laquelle elle participe, un top 5 serait vraiment un très bel exploit de sa part.

Enfin, sur route, il ne faut pas s'attendre à des miracles. Chez les hommes, un top 10 serait vraiment une très, très grande performance. Michael Barry en est capable, mais la compétition est vraiment féroce de ce côté. Et la chaleur risque de changer complètement la donne dans cette épreuve de 224 km. Lyne Bessette et Sue Palmer-Komar représentent des atouts certains pour le Canada dans la course féminine. Un top 10 est tout à fait envisageable et peut-être que leur «fameux travail d'équipe», avec la complicité de Manon Jutras, les amènera parmi les cinq premières. Mais ça, on en doute un peu beaucoup. Au contre-la-montre individuel, un top 5 serait vraiment un très bel exploit.

Le Canada risque donc de faire mieux qu'aux Jeux de Sydney. Faut dire que ce ne sera pas très difficile puisqu'à cette occasion la délégation canadienne était revenue bredouille. Un gros contraste avec Atlanta (1996) où Clara Hughes, Curt Harnett, Brian Walton et Alison Sydor avaient mis la main sur cinq médailles (trois d'argent et deux de bronze).


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net