23 août 2004

Encore les Australiens !

Pierre Hamel

Les Australiens ont ajouté une médaille d’or à leur tableau de chasse. La plus prestigieuse, celle de la poursuite par équipe. Lori-Ann Muenzer est à quelques longueurs de vélo d’une médaille.

Athènes – « Lori-Ann (Muenzer), c’est toute une coureuse. Elle ne fait à peu près pas d’erreurs et elle est dans une forme resplendissante. » C’est Martin Barras, l’entraîneur en chef de l’équipe australienne, qui parle ainsi de l’Albertaine. Et il en rajoute. « On a étudié les films de ses courses depuis quelques mois. C’est sans doute la rivale la plus sérieuse d’Anna (Meares). »

On le croit sur parole, puisque Muenzer a rencontré l’Australienne à deux reprises depuis le début de l’année. Et, les deux fois, Meares l’a emporté dans la troisième manche. Aux Championnats mondiaux de Melbourne, en mai dernier, quelques centimètres séparaient la médaillée d’or au 500 m plus tôt cette semaine de la Canadienne. La principale intéressée croit en ses chances de battre sa rivale en demi-finale. « J’ai confiance en moi en ce moment. J’ai réussi mon meilleur temps sur le 200 m cette année et, plus tôt cette semaine, j’ai battu le record canadien sur le 500 m arrêté. »

Elle revient de loin la Muenzer. Elle fait de la compétition depuis 17 ans (elle a couru quelques années au Québec avec le Club Espoirs Laval) et a choisi la piste il y a dix ans. Son entraîneur, Steen Madsen, un ancien sprinter, la suit depuis cinq ans. « L’an dernier, on a changé quelques petites choses dans la façon de m’entraîner. Mais ça n’a pas donné les résultats escomptés. Cette année, on est revenu à la base », explique la très sympathique Muenzer. « Ça faisait tellement du bien de monter sur le podium (3e) lors des Championnats mondiaux de Melbourne. Je n’y avais pas mis les pieds depuis 2001 à Anvers en Belgique. »

Alors, quelle sera la couleur de la médaille de l’Albertaine ? Disons que Meares a été très impressionnante depuis le début des compétitions sur piste. On a l’impression qu’elle va battre de nouveau Muenzer de justesse. Si tel est le cas, l’athlète de 38 ans – elle n’arrête pas de parler de son âge – affrontera l’une des deux Russes qui se font face dans l’autre demi-finale. Muenzer a déjà battu Tamilla Abassova à Melbourne mais celle-ci est dans la meilleure forme de sa vie selon Martin Barras. L’autre Russe n’est pas un deux de pique puisque c’est l’actuelle Championne du monde. Et elle semblait à son mieux aujourd’hui après un lent départ dans ce tournoi de vitesse. Y en aura pas de facile…

Fait à noter. Dans l’une des manches opposant la Russe Tamilla Abassova et la Lithuanienne Simona Krupeckaite, on a eu besoin d’une photo-finish pour essayer de déterminer une gagnante. Peine perdue, c’était tellement serré qu’on a déclaré la manche nulle et on l’a reprise.

Chez les hommes, les cinq meilleurs sprinters au monde étaient de la partie aujourd’hui. Comme la dernière manche opposait les deux Français, Laurent Gané et Mickael Bourgain, il y a en un qui a forcément été éliminé. Les deux demi-finales seront composées du vice-champion du monde, Laurent Gané, qui affrontera l’Australien Ryan Bayley pendant que le Champion du monde, le jeune Hollandais Theo Bos en découdra avec l’Allemand Rene Wolff. Un tournoi de vitesse très relevé qui nous fait déjà saliver. On vous en reparle plus en détail demain.

La dernière épreuve inscrite au menu était la poursuite par équipe. Un ballet athlétique si vous voulez mon avis. La finale, qui opposait l’équipe australienne à sa grande rivale, la formation britannique, a vite tourné à l’avantage du quatuor australien. « On avait beaucoup de pression sur les épaules.Ça fait trois ans qu’on est champion du monde, deux ans qu’on a battu le record du monde. On n’avait pas le choix. Il fallait gagner », a reconnu Luke Roberts, l’un des membres de l’équipe. Un seul petit regret. Hier, dans des conditions idéales, ils avaient battu leur record du monde. On s’attendait à ce qu’ils répètent leur coup de force lors de la finale. « Ce soir, c’était un peu venteux. », a expliqué Brett Lancaster. Ils l’ont raté par un peu moins de deux secondes. Pas fort les boys…

Les citations du jour
« La médaille d’or olympique en poursuite par équipe, c’est, pour les Australiens, aussi important que le triomphe des Canadiens au hockey lors des Jeux olympiques de Salt Lake City. »
Martin Barras

« J’ai beaucoup de plaisir ici. J’ai ma caméra, je prends des photos. Il y a plein de monde dans les estrades et des records du monde sont battus à tous les soirs. Qu’est-ce que je peux demander de plus ? »
Lori-Ann Muenzer

Roue Libre
Au pays de Maria Callas

• Certains journalistes du Canada anglais ont vraiment un sentiment d’appartenance à « leur plus meilleur pays ». Ils frétillent quand ça sent la médaille et ils ont le drapeau canadien tatoué partout. On en a aperçu un avec une petit ventilateur manuel à l’effigie du drapeau canadien. Une vision vraiment rafraîchissante.

• Message à Pascal Yacouvakis et Jocelyne Blouin, les météorologues de Radio-Canada. Il n’y a pas de job pour vous ici. À la télévision, je n’ai vu aucun présentateur de météo. On voit toujours le même petit cercle jaune à côté d’Athènes. On n’a pas besoin d’explications.

• Votre chroniqueur préféré est en feu, côté prédictions. Il avait prévu les trois médaillés de la poursuite par équipe et dans l’ordre s’il-vous-plaît. Il a reçu, en fin de soirée, un e-mail de Jojo Savard…


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net