21 août 2004

Une poursuite infernale

Pierre Hamel

La Néo-Zélandaise Sarah Ulmer établit un autre record du monde et les Français sont détrônés dans le spectaculaire tournoi de vitesse par équipe.

Athènes – Il se passe de drôles de choses au Vélodrome Olympique. Prenez aujourd’hui lors des qualifications pour la poursuite individuelle féminine. À deux reprises, on a brisé le record du monde. L’Australienne Katie Mactier a été la première à le faire grâce à un départ canon, sa marque de commerce. Elle a franchi la distance de 3000 m en 3m29s945, retranchant quelques dixièmes de secondes à l’ancien record (3m30s604) détenu par Sarah Ulmer. Dans la manche suivante, la dernière de ces qualifications, Ulmer, Championne du monde à Melbourne en mai dernier, a littéralement pulvérisé le nouveau (!) record de Mactier. Elle a stoppé le chrono à 3m26s279. En quelques mois, elle a donc coupé plus de quatre secondes à son propre record du monde. C’est é-n-o-r-m-e.

Et que penser du tournoi de vitesse par équipe. Les Français, Champions en titre, et disons-le franchement l’une des grandes équipes des dernières années, perd son titre et réussit, in extremis, à arracher la médaille de bronze aux Australiens, très décevants aujourd’hui. « On est déçu parce que ce n’est pas la médaille qu’on voulait, a expliqué Laurent Gané, membre du trio français. Il n’y a rien à dire. » Pourtant, quelques minutes plus tard, il ajoutait : « On a réussi un meilleur temps qu’à Sydney mais Arnaud (Tournant) était un peu fatigué à cause de son kilo d’hier. »

Piètre excuse puisque l’Allemand Stefan Nimke a lui aussi participé au kilo contre-la-montre où il a mérité la médaille de bronze. Ce qui ne l’a pas empêché d’être le dernier wagon du train allemand qui a décroché la médaille d’or à la surprise d’un peu tout le monde. Jens Fiedler, multiple médaillé et Champion du monde au sprint et ancien rival de Curt Harnett, était particulièrement heureux de cette médaille. Après le tour d’honneur, il est allé chercher son jeune fils de 4 ans, l’a placé sur son guidon et a fait un autre tour de piste. Une image qui va faire le tour du monde. Le vétéran (34 ans) de ce trio a expliqué qu’il pensait à ce truc depuis longtemps.. « Ce sont mes quatrième Jeux olympiques et probablement ma dernière course à vie. C’était très émotif et je voulais partager ça avec mon fils. »

Quant aux Japonais, médaillés d’argent de ce tournoi, ils ont été très peu loquaces. Mais, à leurs sourires, on devinait qu’ils étaient peut-être aussi surpris que nous.

Enfin, on a eu droit à la finale de la poursuite individuelle chez les hommes. Aucun suspense puisque l’Anglais Bradley Wiggins, après avoir battu le record olympiques hier, a survolé son match avec l’Australien Brad McGee. « J’étais mort à un tour de la fin alors qu’habituellement, je suis plus rapide en finissant », a expliqué, très longtemps après la fin de sa course, Wiggins. Lui aussi était complètement à l’envers après sa victoire. Il a pleuré à chaudes larmes dans son stand, pédalé durant plusieurs minutes sur son rouleau et étiré les conversations avec ses entraîneurs. « Ça fait douze ans que je rêve de ce jour, a raconté l’Anglais. Quand j’ai vu Chris Boardman remporter la médaille d’or à Barcelone, c’est devenu mon objectif. » Il a ensuite expliqué comment, après ses pauvres performances en poursuite individuelle en 2002, il a décidé de se concentrer sur cette discipline. « Au vélodrome de Manchester, en octobre 2002, je me suis assis avec un groupe d’entraîneurs et Chris Boardman. On est reparti à zéro et j’ai changé ma façon de m’entraîner. » L’année suivante Wiggins remportait la poursuite individuelle aux Championnats du monde de Stuttgart. L’or n’était déjà plus un rêve.

Demain, le tournoi de sprint (hommes et femmes) se met en branle. La Canadienne Lori-Ann Muenzer, troisième aux récents Championnats mondiaux de Melbourne, est de la partie. Elle nous a avoué humblement qu’un podium serait vraiment un bonus. On est assez d’accord avec elle. On surveillera aussi la finale de la poursuite individuelle chez les femmes entre l’Australienne Mactier et la Néo-Zélandaise Ulmer. Leontien dites-vous ? Elle va courir pour la médaille de bronze. On vous en reparle.

Les citations du jour
« On a prétendu que les Grecs ne seraient pas prêts à accueillir les Jeux. On a même dit que certains équipements ne seraient pas complétés. En tout cas, en ce qui concerne les sandwichs, ils étaient prêts depuis deux mois… »
Un photographe de La Presse Canadienne

« Et il y a avait deux 747 plein de fans anglais dans les estrades. »
Brad McGee, en complétant les propos de Wiggins qui disait que toute sa famille était à Athènes.

« Ce genre d’événement, on le voit à la télévision mais on ne pense pas que ça peut nous arriver. »
Bradley Wiggins, à propos de sa médaille d’or

« J’adore cette rivalité sur la piste. Mais c’est surtout le fun d’avoir un ami contre qui tu cours. »
Brad McGee, en comparant l’atmosphère de la piste à la route

Roue Libre
Au pays de Maria Callas

• Avez-vous vu à la télévision un grand monsieur, bien habillé, qui vient voir les gagnants de chacune des épreuves sur piste tout de suite après leurs prestations ? Il les amène ensuite à la cérémonie protocolaire au grand dam des journalistes qui aimeraient bien faire leurs entrevues à chaud (!) Ce monsieur est un Québécois. Le Docteur Pierre Blanchard est aussi Président de la Fédération québécoise des sports cyclistes.

• Le complexe Olympique d’Helliniko où a eu lieu, entre autre, les compétitions de canoë-kayak (slalom) est installé sur l’ancien site de l’aéroport d’Athènes. On a fermé cet aéroport il y a deux ans et on a rénové plusieurs hangars et bâtiments afin d’y installer quelques stades (softball, baseball, hockey et escrime). Vous ne trouvez pas que ce serait une très belle vocation pour l’aéroport de Mirabel. Quant à l’aménagement pour la tenue des compétitions de canoë-kayak, on a pensé à l’aéroport de La Macaza appelé pompeusement l’aéroport international de Mont-Tremblant.

• Votre chroniqueur préféré a échoué lamentablement dans ses prédictions aujourd’hui. Seulement deux médailles sur une possibilité de six et pas de la bonne couleur en plus. À sa décharge, il n’est pas le seul à s’être trompé de la sorte.

• Pour ceux et celles que ça intéresse encore, la saga de la douche à l’eau froide est chose du passé. L’eau chaude est réapparue et la climatisation a été réparée. Notre pénitence est terminée.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net