27 juillet 2003

Le numéro de Kai Reus

Pierre Hamel

Le Hollandais Kai Reus remporte la 35e édition du Tour de l’Abitibi et sème la consternation à Val-d’Or. Kevin Lacombe, meneur avant cette dernière étape, est écarté du podium final.

Val-d’Or. C’était l’ultime étape, un critérium de 70 km au centre-ville de Val-d’Or. Le temps était maussade et le vent balayait une bonne partie du parcours. En fait, dans la p’tite bosse du critérium (32 tours X 2.2 km) sur le boulevard Forest, à l’endroit précis où les gagnants des étapes précédentes ont forgé leurs victoires, le vent frappait de plein fouet les coureurs.

Le déroulement des dix premiers tours ne laissait rien présager de la suite des événements. Kevin Lacombe était dans la roue du Français Jaunet et de l’Américain Matt Crane, ses plus sérieux rivaux au classement général. Tout était au beau fixe pour l’équipe du Québec. Puis, une petite échappée de trois coureurs s’est formée au sein duquel se trouvait le Champion canadien Raphael Tremblay. Elle a pris le large et maintenu sa mince avance pendant cinq tours. Un scénario parfait pour Kevin Lacombe puisque son coéquipier Tremblay empêchait tous les aspirants au maillot brun de contrôler la course.

Mais, à la mi-course, le Tour a basculé. Une quinzaine de coureurs ont rejoint le trio de tête. Toutes les grosses pointures du peloton sont là, notamment les Américains Matt Crane,Steven Cozza et Zach Taylor, le Hollandais Kai Reus et l’Ontarien Brandon Crichton. Aucune trace de Kevin Lacombe et du Français Anthony Jaunet. " J’ai été un peu surpris de ne pas voir Kevin, a expliqué Raphael Tremblay. Je voyais tous les meilleurs arriver un par un et je capotais un peu. " Le principal intéressé n’avait pas beaucoup d’explications. " Je les ai vus partir mais… "

L’avance de cette échappée royale s’est maintenue sous les 30 secondes jusqu’à 9 tours de la fin. C’est là que Kevin Lacombe chute lourdement. " Les Hollandais et les Américains n’arrêtaient pas de nous couper ", raconte le jeune homme d’Amos. Le visage ensanglanté et avec quelques ecchymoses un peu partout sur le corps, il remonte sur son vélo et repart de plus belle. Son chamaillage avec les coureurs américains lui a coûté quelques secondes.

À six tours de la fin, l’entraîneure de l’équipe du Québec demande à Raphael Tremblay, qui fait partie de l’échappée de tête depuis le début, d’attendre le peloton principal pour aider Lacombe à revenir sur les meneurs. Mais c’est peine perdue. Le Hollandais Kai Reus a pris les commandes de la course. " Je savais que j’étais le plus fort. À chaque fois que je menais cette échappée, j’ai remarqué qu’on avait de la difficulté à me suivre ", a souligné le nouveau leader de la Coupe du monde juniors.

Quand Reus a décidé de démarrer à cinq tours de la fin, seul le Belge Simon Collard a été capable de le suivre. Les autres sont restés collés. " Il était très fort ", a reconnu l’Américain Steven Cozza. Et Kevin Lacombe, résigné au milieu du peloton principal, a baissé les bras. À la ligne, Reus a laissé la victoire d’étape au Belge.

Kevin Lacombe, finalement 6e au classement général à 1m06s du Hollandais, était particulièrement déçu de ce résultat. " On s’est battus toute la semaine. Crime, on en perd une sur huit pis on perd le maillot. Ils nous ont eus. " Natacha Tremblay, l’entraîneur de l’équipe, était tout de même fière de sa troupe. " Ils ont tout fait cette semaine. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de gens qui auraient parié sur les chances de l’équipe du Québec avant le début de ce Tour. "

L’Abitibi a vibré au rythme de son héros pendant une semaine. Lacombe a loupé la bonne échappée mais on n’a pas fini d’entendre parler de lui. Quant à Kai Reus, on va le revoir à Hamilton en octobre. On aura une meilleure idée de sa valeur au niveau international.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net