25 septembre 2003

C'est le temps de la chasse...

Pierre Hamel

Le temps de la chasse approche et l’élite du cyclisme féminin en profite au Grand Prix international du Canada. La chasse ??? Oui, la chasse aux secondes de bonification.

Roberval. À ce p’tit jeu, les Allemandes en ont glané plusieurs pendant l’étape d’aujourd’hui, un circuit routier de 98 km. Judith Arndt, la grande rivale de Lyne Bessette, a récolté cinq secondes lors des sprints intermédiaires en plus des deux qu’elle a obtenues grâce à sa troisième place lors de cette première étape. "Au départ, ce n’était pas une stratégie d’équipe. Mais, comme j’étais bien placée aux sprints intermédiaires, je les ai faits à fond", a expliqué la nouvelle leader au classement général. "Il y a plusieurs filles qui peuvent gagner des étapes au sein de notre équipe et on travaille en fonction de cela."

Et comment. À un kilomètre de la ligne d’arrivée, Arndt a servi de poisson-pilote à sa coéquipière Regina Schleicher. L’Allemande de 29 ans, spécialiste des courses d’une journée, n’a pas raté sa chance. Elle a facilement devancé au sprint la jeune Belge Sarron Van Dromme qui se retrouve maintenant à deux secondes de Judith Arndt au classement général.

Lyne Bessette, que l’on a vu à plusieurs reprises en tête du peloton, était plutôt satisfaite de sa journée de travail, la première de la coureuse depuis presqu’un mois. "Quand j’ai vu la pluie ce matin, j’ai eu un peu peur, a expliqué la grande brune. Mais les filles de mon équipe ont bien travaillé et ç’a m’a permis de me remettre dedans plus facilement." Lors du sprint final, elle s’est faufilée en 5e position. Bessette a dégringolé en 4e position au classement général, à 9 secondes de Judith Arndt. Une poignée de secondes qui risque de partir en fumée lors du contre-la-montre individuel (23 km) de samedi à Hébertville.

L’autre point de mire de cette course par étapes, la jeune Audrey Lemieux, a suivi le rythme imposé par les coureuses européennes. "C’est dur avec le vent de face. Il y a eu des bordures et notre moyenne frôle le 38 km. C’est assez vite. J’aurais aimé ça mieux me placer au sprint final mais quand les Allemandes se sont installées à l’avant, je n’ai pas été capable de les suivre."

Demain, la deuxième étape est un autre circuit routier de 110 km autour de la ville de La Baie.

Les bleuets du jour
• Le maire de Roberval a serré beaucoup de mains ce matin au départ de l’étape. C’était toutefois assez particulier de le voir déambuler parmi les voitures des équipes en train d’expliquer ce qu’il faisait dans la vie. Fallait voir le faciès incrédule des Allemandes, des Russes et des Lithuaniennes…

• "C’est ma mère qui va être contente", s’est exclamée Lyne Bessette en voyant sa photo à la Une du Quotidien, le journal de la région.

• La plupart des officiels et des bénévoles de ce Grand Prix logent au Havre de l’hospitalité, un endroit où l’on peut se retirer pour méditer. Comme le couvre-feu est fixé à 23h00, on a appris que certaines personnes étaient allées "méditer "au Crapaud, le bar hot de la ville d’Alma.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net