23 juillet 2003

C'est le Tour de Raphaël Tremblay

Pierre Hamel

Trois étapes, trois leaders différents, trois Québécois. Le Tour de l’Abitibi se joue à la seconde et à ce petit jeu, les Québécois sont très habiles. Raphaël Tremblay est le nouveau porteur du maillot brun. Le Hollandais Eddy Van Ijzendoorn remporte l’étape.

Val-d’Or. Au départ de la 3e étape entre Rouyn et Val-d’Or, les six membres de l’équipe du Québec occupaient la tête du classement général dans le même temps suite à leur succès au contre-la-montre par équipe. Le grand Kevin Lacombe affichait fièrement son maillot brun.

Tout au long de cette première course sur route (116 km), on a eu droit à quelques tentatives d’échappées qui n’ont jamais abouti. La plus sérieuse, animée par Raphaël Tremblay, le Champion canadien sur route , n’a guère compté plus d’une minute d’avance. La consigne chez les coureurs de l’équipe du Québec était assez simple. Il fallait avoir un gars dans toutes les tentatives d’échappée. " Quand un coureur a attaqué, j’ai suivi, a expliqué Tremblay. Et j’ai continué pour récolter des secondes de bonification. " Le jeune en a décroché une seule mais (il ne le savait pas à ce moment-là) elle lui a permis d’enfiler le maillot brun à la fin de la course.

En arrivant à Val-d’Or, à 6,5 km de la fin, le peloton a laissé filer deux coureurs qui ont cependant été vite rejoints au centre-ville. Les coureurs devaient alors compléter trois tours sur le petit circuit de Val-d’Or. L’équipe de la Hollande, celle de la France et la formation belge Sweet Paradise ont mené la charge pour préparer le sprint final pendant que Kevin Lacombe de l’équipe du Québec se frayait un chemin parmi tous ces étrangers !

Eddy Van Ijzendoorn, le Hollandais de l’équipe belge Sweet Paradise, a donné un dernier coup de rein pour devancer le Français Mathieu Chiocca et son coéquipier Jurgen Roelandts. " C’est chiant, a lancé un peu dépité le Français Chiocca qui récolte les deuxième places depuis le début de ce Tour. J’ai gagné les sprints de bonification et j’ai pris la bonne roue, celle de Van Ijzendoom. C’est mon plus sérieux rival depuis le début de la saison et il m’a encore battu. " Chiocca peut quand même se consoler puisqu’il s’empare du maillot orange (meneur au classement aux points) et se retrouve à une petite seconde de Raphaël Tremblay.

Kevin Lacombe était aussi déçu de sa fin de course. " On dirait que j’ai de la difficulté à me placer pour le sprint, a confié l’orgueil d’Amos. Aujourd‘hui, je me suis un peu endormi durant la course. " Quand on lui a souligné qu’il était plutôt sévère avec lui-même, le grand a rétorqué : " Pantoutt. Je cours pour gagner à tous les jours. Je la voulais celle-là aussi. " Un coureur comme on les aime. Un vrai.

Demain, c’est l’étape la plus spectaculaire de ce Tour de l’Abitibi. Un contre-la-montre individuel de 13 km qui pourrait décider de l’ultime vainqueur de ce 35e Tour . Mais c’est l’endroit qui en fait tiquer certains. Le départ est donné 380 m sous terre dans la mine de la Cité de l’Or. Tous les vélos sont descendus dans la mine ce soir et les coureurs débarquent au départ sous-terrain par groupe de 40. Plutôt inusité comme départ. Paraît que ce n’est pas tous les coureurs qui ont bonne mine.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net