30 septembre 2000

Jeanson trébuche, Clara Hughes épate et Leontien écrase ses rivales

Pierre Hamel

Contre-la-montre sur route La Lachinoise s'est plantée dans son premier rendez-vous avec les meilleures spécialistes au monde de cette exigeante épreuve. Elle a terminé en 15e position à 2m32s de la Hollandaise volante. Quant à Clara Hughes, l'autre Canadienne (!) inscrite à ce contre-la-montre, elle a brillé en décrochant la 6e place, à 1m12s de Leontien Zijlaard, la reine incontestée du cyclisme à ces Jeux du millénaire.

Partie dans le deuxième vague réservée aux favorites, Geneviève Jeanson ne s'est pas fait d'illusions longtemps. «Dans le premier faux-plat, je le savais que ca n'irait pas bien. Je n'avancais pas», a expliqué la recrue de 19 ans longtemps (à peu près 90 minutes) après la fin de sa course. À la fin du premier tour (15,6km), elle pointait déjà en 13e position à 1m20s de la meneuse. «J'étais à bloc tout le long. Mes pulsations tournaient autour de 190 à la minute.»

Pas grand chose d'autre à dire sur la course puisqu'elle ne l'avait tout simplement pas. Mais encore... «La saison a été longue. J'ai dû réaliser de grandes performances en début de saison pour obtenir ma pre-qualification puis il y a eu les Championnats canadiens. J'ai manqué de jus,» a-t-elle reconnu. André Aubut, celui qui l'entraîne et la conseille a rencheri: «À cause de tous ces objectifs que nous devions atteindre, on n'a pas pu faire tout ce que nous voulions. Par exemple, on a arrêté la musculation en janvier parce qu'elle devait partir pour le Tour de Snowwy, puis la Flèche Wallonne.»

Aubut a aussi expliqué d'une façon plus imagée ce qui s'est passé dans la tête de sa protégée. «Après les Championnats canadiens où Geneviève a obtenu sa qualification pour les Jeux, il y eu un certain relâchement de sa part. Un peu comme quand on était étudiant et qu'on remettait tous nos travaux de session à la dernière minute. Mentalement, ça devenait difficile pour elle de faire des entraînements à haute intensité.»

«J'en ferai pu une saison comme ça, a conclu Geneviève Jeanson. On va courir plus (une quarantaine de jours de courses selon Aubut), se fixer un ou deux objectifs et on va faire plus de musculation.» Si vous en doutiez encore, Geneviève Jeanson a une confiance illimitée en son mentor. «C'est avec lui que je veux continuer à apprendre. Autrement j'arrête.»

Si Jeanson a connu une journée difficile, Clara Hughes, la sympathique rouquine qui a élu domicile à Glenn Sutton, en a épaté plusieurs. Malgré une santé déficiente au cours du dernier mois, la Manitobaine a confirmé qu'elle était bien l'une des meilleures au monde dans cette spécialité. «Je suis tellement contente. La semaine dernière, je filais vraiment pas bien. Je suis même déménagée au Village des athlètes pour obtenir l'appui des autres. Alison (Sydor) m'a répété que j'étais celle qui pouvait le plus souffrir, le plus se dépasser. Mon mot d'ordre aujourd'hui c'était d'ailleurs cela : suffer, suffer.»

Hughes a aussi raconté que Jeannie Longo lui avait dit que ce parcours était fait sur mesure pour elle. «C'est vrai que je suis très habile quand il y a des virages serrés et des parties techniques. J'ai tellement fait de critériums aux États-Unis.»

Malheureusement, c'était la dernière course sur route («Je n'aurai plus à souffrir!») de Hughes. L'an prochain, elle retourne au patinage de vitesse tout en se spécialisant en poursuite individuelle sur piste.

Un dernier mot sur Leontien, la triple médaillée d'or à ces Jeux. Lorsqu'elle est venue faire un tour en Australie en janvier dernier, Zijlaard a eu ce commentaire en voyant le parcours du contre-la-montre. «J'hais ce parcours. Il y a beaucoup trop de virages. J'aime bien mieux un long parcours droit avec un ou deux virages.» Ouf! On l'a échappé belle...

Surprise, Ekimov devance Ullrich et Armstrong
Quand on a vu le temps-canon (57m40s, moyenne de 48,69 km/h) du Russe Viacheslav Ekimov apparaître à l'écran géant, on s'est dit que ce ne serait pas facile à battre mais bon, Ullrich et Armstrong n'étaient pas encore partis. Eh bien, nos deux champions ont eu beau poussé et tiré sur les pédales comme des forcenés, ils n'ont jamais été capables de déloger le Russe, coéquipier de Lance Armstrong au sein de la formation US Postal. Un duel particulièrement intéressant et passionnant puisque l'Allemand a échoué à 8 secondes du vainqueur pendant que l'Américain terminait à 34 secondes d'Ekimov sur une distance de 46,8 km. «Le 10 septembre, j'ai terminé 2e du contre-la-montre individuel du Tour de Pologne et je me suis dit que c'était la dernière fois que je me classais deuxième cette saison, a expliqué le plus sérieusement du monde Ekimov. Ce matin, quand j'ai vu la liste de départ, je me suis dit que finir parmi les cinq premiers serait très bien. C'est vraiment le plus beau jour de ma vie dans le sport.»

L'Allemand était lui aussi très heureux de la tournure des événements. «Je ne pensais mème pas décrocher une médaille. Après ma victoire lors de la course sur route, je n'ai eu que deux jours pour me préparer au contre-la-montre. Vous savez, c'est dur de se concentrer après une grande victoire comme celle de mercredi.»

Lance Armstrong a déclaré qu'il était bien content de sa médaille mais permettez-nous d'en douter. L'Américain visait l'or, rien de moins. «Je me sentais bien. J'ai fait tout ce que j'ai pu. Mon dernier tour n'a pas été très bon (7e meilleur temps). Je n'ai pas d'excuses», a conclu le vainqueur du Tour de France.

À noter la très bonne performance (20e a 2m54s) de l'Ontarien Eric Wolhberg.


nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d'autre ?

Page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net