Cyclisme sur route – Saison 2009

Les Québécois bien présents dans les pelotons internationaux

Montréal, 11 février 2009 – Le coup d’envoi de la saison nord-américaine de cyclisme sur route sera donné samedi, à Sacramento, alors que sera présenté le prologue du Tour de Californie. Si l’on peut d’ores et déjà affirmer que Lance Armstrong sera celui qui fera le plus tourner les têtes, les Québécois se feront aux aussi remarquer, car ils seront plus présents que jamais dans les pelotons internationaux.

Parmi eux, Dominique Rollin et Charles Dionne seront en Californie, alors que Martin Gilbert, François Parisien, Keven Lacombe et leurs coéquipiers québécois de l’équipe Planet Energy roulent déjà sur les routes cubaines depuis mardi à la Vuelta a Cuba. Voici donc un résumé des principales têtes d’affiche québécoises masculines.

La promotion de Dominique Rollin
L’irrésistible ascension de Dominique Rollin amorcée en 2006 à la suite de son titre national sur route se poursuit en 2009. Ses résultats obtenus l’an dernier, dont une victoire d’étape et le maillot de meilleur sprinter au Tour de Californie, ont valu à l’athlète de 26 ans l’honneur de signer un contrat avec la toute nouvelle formation Cervélo Test Team. L’équipe compte notamment parmi ses rangs l’Espagnol Carlos Satre, vainqueur du Tour de France 2008, et le Norvégien Thor Hushovd, meilleur sprinter du Tour en 2005. L’équipe du fabricant cycliste canadien est basée en Suisse et ne fait pas partie du Pro Tour. Toutefois, elle pourrait très bien recevoir des invitations pour les grands tours nationaux d’Italie, de France et d’Espagne.

« Comme expérience jusqu’à maintenant, c’est très enrichissant. J’ai du fun avec les gars, on s’entend bien et l’ambiance est bonne. Et on l’a bien vu avec le carnage que les gars ont fait au Tour du Qatar : nous ne sommes pas là pour jouer les figurants », a commenté le Bouchervillois en entrevue à Sportcom depuis Dallas, la semaine dernière, où il évaluait des nouveaux produits du commanditaire principal de son équipe. « L’équipe a été montée autour de Carlos (Sastre) pour le Giro d’Italie et le Tour de France, ainsi que pour les Classiques, alors c’est flatteur d’avoir été embauché par une équipe de cette envergure. »

S’il avouait l’an dernier qu’il avait tendance à être une peu juste dans les 50 derniers kilomètres des épreuves qui en comptent 250, Rollin a mis les bouchées doubles pour remédier à ce problème.

« Les entraînements sont plus longs et l’intensité est là. Aux États-Unis, les courses les plus longues sont de 180 kilomètres, tandis qu’en Europe il y en a 70 de plus. Cette année, je vais enchaîner les courses après le Tour de Californie, ce qui n’était pas le cas l’an dernier », soutient celui qui a déjà plus de 6000 kilomètres dans les jambes depuis le mois de décembre.

« J’ai déjà une bonne forme et l’endurance est là. Mon rôle dans l’équipe sera de seconder Thor Hushovd pour les sprints de fin de course. Je ne serai pas le dernier coureur devant lui, ça sera Brett Lancaster, mais je ferai partie du train qui l’amènera à la ligne d’arrivée. Dans le peloton, nous ne voulons pas nous asseoir derrière et laisser faire les autres équipes. »

Charles Dionne veut rebondir
Après une saison difficile qui a été minée par les blessures, Charles Dionne espère que 2009 sera l’année du renouveau. L’athlète de Saint-Rédempteur roulera au sein de l’équipe australienne Fly V-Successful Living, née à la suite d’une fusion entre deux formations. L’ancien double vainqueur de la course de San Francisco a été embauché en janvier seulement, lui qui croyait amorcer sa saison en mars. Le cycliste devra donc puiser dans ses réserves pour terminer le Tour de Californie, qui compte deux étapes de plus que dans le passé.

La filière québécoise de Planet Energy
L’équipe Planet Energy, menée par nul autre que Steve Bauer, le plus grand cycliste de l’histoire au pays, comptera parmi ses rangs huit coureurs provenant du Québec sur quatorze, soit Éric Boily, Joël Dion-Poitras, Martin Gilbert, Keven Lacombe, Bruno Langlois, François Parisien, Charly Vives et Maxime Vives.

Seule formation canadienne classée continentale du circuit américain, l’équipe menée par l’ancien détenteur du maillot jaune du Tour de France permettra à plusieurs athlètes de la Belle Province de faire à nouveau équipe. En effet, Boily, Gilbert, Lacombe, Langlois et Parisien ont tous fait leurs classes au sein de l’équipe Volkswagen-Trek dirigée par Josée Robitaille.

« Le but de Josée Robitaille était de former des jeunes pour qu’ils montent chez les professionnels et je pense qu’elle a démontré que ça marchait bien. Maintenant, Steve Bauer et Josée Larocque prennent la relève à un niveau supérieur et le temps va nous dire ce que ça va donner, mais j’ai vraiment confiance. C’est impressionnant de les voir travailler », soutient Parisien, qui courait pour cette équipe l’an dernier, alors qu’elle s’appelait Team R.A.C.E. Pro.

« J’ai déjà été dans des équipes où il y avait une dizaine d’employés, alors qu’ici, ils ne sont que deux, mais ils sont très professionnels. En connaissant déjà plusieurs gars, nous n’aurons pas à bâtir une chimie d’équipe. Nous devrons toutefois faire nos preuves si nous voulons être invités à de grandes courses comme le Tour du Missouri par exemple », d’ajouter le Repentignois.

Nouveaux arrivés au sein de cette équipe à la suite de leur départ de Kelly Benefit Strategies – Medifast, Gilbert et Lacombe ont surtout été motivés de revenir au sein d’une équipe canadienne.

« J’attendais qu’une structure canadienne puisse m’offrir le même niveau de course que j’avais aux États-Unis. Cette année, je ferai moins de courses, mais ça sera plus des courses de qualité », indique Gilbert, seul cycliste québécois masculin aux Jeux olympiques de Pékin. « Le vélo, c’est un sport d’équipe et lorsque les coéquipiers sont en plus des amis qui se respectent, ça me permet de mettre encore plus d’énergie. C’est n’est plus qu’un simple travail. Il y a aussi un effet émotif qui entre en ligne de compte. »

Keven Lacombe est de cet avis : « Martin et moi, on se complète bien. Si nous arrivons au sprint bien frais, nous pouvons faire de bons résultats. Nos objectifs seront surtout au mois de juin, notamment avec la semaine à Philadelphie et le Tour de Beauce », ajoute celui qui est originaire d’Amos, qui a signé sa première victoire de la saison mardi, en enlevant la première étape de la Vuelta a Cuba.

David Veilleux préfère la stabilité
David Veilleux est désormais le seul représentant québécois au sein de l’équipe Kelly Benefit Strategies – Medifast après les départs de Gilbert et Lacombe. Le double champion canadien U23 sur route 2008 a décidé de poursuivre sa carrière au sein d’une équipe américaine comme il l’a fait depuis les deux dernières saisons.

« J’ai connu une très belle saison l’an dernier et je trouve que Kelly a une bonne structure d’équipe. Je ne vois pas pourquoi j’aurais changé d’équipe, à part le fait de courir pour une équipe canadienne. Ici, je suis très bien encadré et j’aime travailler avec mes coéquipiers », soutient l’athlète originaire de Cap-Rouge, ajoutant qu’il aime que tout le monde dans sa formation ait sa chance de mériter la victoire pendant la saison.

Veilleux, qui a amorcé ses études à l’École polytechnique de Montréal l’automne dernier, confirme qu’il sera au meilleur de sa forme pour les épreuves présentées en mai et juin, notamment au Tour de Beauce, où son équipe devrait être présente, ce qui sera une première depuis sa création.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive