Coupe du monde

Doublé canadien à Bromont grâce à Pendrel et Prémont

Montréal, 3 août 2008 – Les Canadiennes sont fin prêtes pour les Jeux olympiques de Pékin ! Dimanche, Catharine Pendrel et Marie-Hélène Prémont ont réussi un doublé canadien en cross-country à la Coupe du monde de vélo de montagne de Bromont. Pendrel, originaire du Nouveau-Brunswick et qui habite maintenant en Colombie-Britannique, a devancé la Québécoise et meneuse au classement de la Coupe du monde de 1min 53s sur un parcours boueux et ravagé par l’eau de pluie qui s’écoulait dans les sentiers. La Tchèque Katerina Nash (à 2min 39s) et coéquipière de Pendrel chez Luna Team, a pris le troisième rang.

Prémont a détenu une avance de 50 secondes à la fin du premier des quatre tours avant de voir sa compatriote prendre la tête en première moitié du deuxième tour. L’avance de Pendrel est alors passée à 50 secondes à la mi-course.

« Dès le premier tour, j’ai constaté que c’était glissant et que je devais être prudente dans les descentes. Je me suis dit que je n’avais pas de risque à prendre et c’est l’attitude que j’ai adoptée dans les dernières semaines. Je suis vraiment satisfaite de ma course dans de telles conditions », a commenté Prémont, de l’équipe Rocky Mountain, visiblement nullement déçue de son résultat.

La Québécoise a dû faire deux arrêts à la zone de réparation mécanique afin d’ajuster son dérailleur arrière qui fonctionnait mal en raison de l’accumulation de boue.

« Je suis super contente pour Catharine et même avant la course, je m’attendais à ce qu’elle pousse fort dans les montées. Elle n’a pas lâché les freins dans les descentes et elle mérite pleinement cette victoire », a ajouté la vice-championne olympique, qui a concédé qu’elle avait plus à perdre qu’à gagner à cette épreuve.

Notons qu’il s’agissait d’un septième podium en sept courses pour Prémont en 2008, elle qui est maintenant presque assurée de remporter le titre de championne de la Coupe du monde. Afin d’être détrônée, il faudrait que Pendrel remporte les deux prochaines courses et que Prémont ne marque aucun point.

Du côté de la gagnante, elle pouvait difficilement trouver un meilleur moment pour remporter la première Coupe du monde de sa carrière à moins de deux semaines de son baptême olympique.

« Je n’avais jamais été en tête dans une Coupe du monde. Je savais que je pouvais gagner, mais que les autres filles seraient fortes, a révélé Pendrel. J’avais la victoire en tête et cette victoire est incroyable ! »

À l’opposé de Marie-Hélène Prémont, la vice-championne canadienne a avoué qu’elle ne craignait pas de se blesser dans la course. « Les risques de blessure sont plus grands lorsque l’on court timidement, alors je n’ai rien changé dans mon pilotage, car j’avais confiance. J’ai seulement ralenti un peu à certains endroits. »

Deuxième meilleure Québécoise et 23e de l’épreuve, Marie-Claude Surprenant, de Sutton, a terminé à 18min 36s de la tête. Âgée de 20 ans, la cycliste au petit gabarit n’a pas été intimidée par l’état du parcours qui se détériorait à vue d’œil.

« Il s’agissait des pires conditions de courses dans lesquelles j’ai roulé depuis les dernières années. Même dans les montées, je n’avais pas d’adhérence à certains moments. Heureusement, je reprenais du temps dans les descentes, ce qui est ma force. J’ai acquis beaucoup d’expérience au cours des deux dernières semaines en Coupe du monde. »

Absalon, roi et maître en sol québécois, Mathieu Toulouse 20e
Chez les hommes, le Français Julien Absalon a signé une deuxième victoire consécutive, lui qui avait été couronné sept jours plus tôt au Mont Sainte-Anne. L’ancien champion du monde a pris les commandes dès le début de l’épreuve pour ne plus être inquiété par la suite. La lutte pour les deuxième et troisième places a été serrée, mais c’est finalement le surprenant Suisse Lukas Flückiger qui a franchi l’arrivée 2min 14s après le Français. L’Américain Adam Craig (à 3min 46s) a pris le troisième rang, tandis que le Britanno-Colombien Geoff Kabush (à 5min 06), a effectué une spectaculaire remontée pour finir quatrième.

Mathieu Toulouse a été le seul Québécois à rallier le fil d’arrivée en terminant au 20e rang. Le Montréalais a dû s’arrêter à la zone de réparation mécanique au quatrième tour pour tenter de faire réparer son dérailleur arrière, car sa chaîne demeurait sur le même braquet. Toulouse, qui fêtait son 32e anniversaire ce dimanche, a dû terminer l’épreuve en ne pouvant utiliser que son dérailleur avant.

« J’ai probablement accroché la patte de mon dérailleur. Je ne pense pas que sans cela j’aurais été sur le podium, mais ça m’a freiné un peu. Compte tenu des circonstances, j’ai fait une belle course. Rouler dans de telles conditions, ça devient une guerre de survie et ce sont ceux qui sont capables de gérer l’adversité qui ont un bon résultat. Mentalement, j’ai bien géré ça, même si mon état se détériorait après chaque tour », a-t-il lancé dans à la blague. « C’est une performance honnête, sans que ce soit la course de ma vie »

Victime d’une spectaculaire défaillance aux Championnats du monde en juin dernier alors qu’il luttait pour le premier rang, Julien Absalon a démontré qu’il était de retour au sommet de sa forme et qu’il pourra défendre son titre olympique.

« C’était une course très extrême et très difficile. Lorsque la pluie a cessé, les conditions étaient encore plus difficiles parce que la boue collait encore plus sur le vélo, a déclaré le champion français. Il me reste encore 20 jours à travailler avant le jour J. Je ne devais pas venir ici, sauf que de gagner deux manches de la Coupe du monde, c’est vraiment bon pour le moral. »

Raphaël Gagné, de Lac-Beauport, a connu sa part d’ennuis en étant victime d’une crevaison au troisième des six tours de course. Le champion canadien chez les espoirs a pu réparer le tout, mais l’écart qui le séparait de la tête était devenu trop grand et il a été arrêté par les commissaires de course avec deux tours à faire.

« J’ai ajouté de l’air dans mon pneu avant d’attaquer la grosse descente, car je ne voulais pas prendre de chance. Mais même malgré cela, je sentais que je n’avais pas de punch et techniquement, je n’étais pas sur la coche », a-t-il indiqué.

Résultats des autres Québécoises
28- Caroline Villeneuve (à 24min 53s)
30- Marie Allaire (à 26min 06s)
35- Véronique Fournier (à 1 tour)
Abandon- Karine Travaillaud

Résultats des autres Québécois
38- Raphaël Gagné (à 2 tours)
41- Francis Morin (à 2 tours)
50- Leni Trudel (à 3 tours)
Abandon- Julien Fillion

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive