Jeux panaméricains

Québécois et Québécoises ratent de peu leur podium

Montréal, 21 juillet 2007 – Les Québécois Keven Lacombe, Charles Dionne et Dominique Rollin ont pris respectivement le cinquième, septième et 22e rang de l’épreuve de cyclisme sur route disputée à Rio dans le cadre des Jeux panaméricains.

Le Dominicain Wendy Cruz a remporté la course de 156 kilomètres grâce à un temps de 3 heures, 38 minutes et 50 secondes. Signe d’une fin de course très serrée, les 33 premiers concurrents ont terminé l’épreuve en même temps.

Une échappée de trois cyclistes, dont faisait partie le Bouchervillois Dominique Rollin, a maintenu l’avance durant les cents premiers kilomètres avant d’être rattrapée par le peloton. « Après un tour (20 km), nous étions trois en échappée, mais deux seulement qui travaillaient. On n’avait pas assez de repos, alors quand le peloton a décidé d’accélérer au cinquième tour, on s’est fait ramasser », a expliqué Rollin, 24 ans.

Dionne, 28 ans, semblait déçu en parlant du dernier tour. « À la fin c’était un peu décousu, a mentionné l’athlète de Saint-Rédempteur. Il a fallu que je parte en avant à 450 mètres de la fin pour rejoindre les deux coureurs devant moi, ce qui est très tôt pour un sprint. À 115 mètres de la fin, cinq coureurs m’ont dépassé. »

Même son de cloche à l’épreuve féminine sur route, totalisant 76 kilomètres, laquelle s’est terminée en sprint, sacrant vainqueur la Cubaine Yumari Gonzalez en 2 heures, 4 minutes et 52 secondes. Les dix-huit premières athlètes ont affiché le même temps, dont la Montréalaise de 39 ans Anne Samplonius (8e rang) et la Lavalloise de 19 ans Joëlle Numainville (9e). Les deux Québécoises ont travaillé de concert en multipliant les attaques durant le parcours.

« La course d’aujourd’hui n’en était pas une qui sollicitait mes habiletés, a prétendu Samplonius. C’était une course de sprint, et je ne suis pas très bonne là-dedans. Donc moi et Joëlle avons essayé d’établir des cassures dans la course en attaquant à plusieurs reprises, mais sans réussir à demeurer en échappée jusqu’à la fin. Il y avait beaucoup de vent aujourd’hui, et c’était très dur de manœuvrer. »

Numainville aurait préféré un podium, mais la course d’aujourd’hui lui a été très instructive. « J’apprends beaucoup avec Anne, quand attaquer par exemple, a-t-elle mentionné. C’est une athlète d’expérience. »

Rédaction : Pierre-Philippe Gouin


une page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive