Coupe du monde de vélo de montagne

Marie-Hélène Prémont quatrième, malgré une sévère chute

Mont Sainte-Anne, 23 juin 2007 (Sportcom) – Marie-Hélène Prémont espérait certainement un scénario identique à celui des deux dernières années où elle s’était imposée devant les siens, au mont Sainte-Anne. Samedi, la championne canadienne a démontré tout son talent en récoltant une impressionnante quatrième place, malgré une sévère chute qui aurait pu la mettre K-O. Et si la course avait compté un tour de plus, plusieurs auraient parié leur mise sur l’athlète de Château-Richer qui n’a terminé qu’à 46 secondes de la gagnante, la Russe Irina Kalentieva.

Grâce à cette victoire, Kalentieva remporte sa deuxième épreuve de la saison et met la main sur le maillot bleu de meneuse du circuit. La Chinoise Ren Chengyuan (à 10s) termine deuxième et l’Allemande Sabine Spitz (à 24s) troisième.

L’accident de la vice-championne olympique est survenu dans une descente au deuxième tour. « La Chinoise qui était devant moi avait fait trois erreurs techniques, alors j’ai décidé de la dépasser », a-t-elle indiqué en entrevue d’après course. « Ma roue avant a viré, j’ai culbuté et je suis tombée sur la tête et sur mon épaule. J’ai dû arrêter un bon 30-45 secondes. Je pense avoir fait une commotion cérébrale, car je ne voyais plus rien. Tout était noir ! Quand j’ai repris mes esprits, je suis repartie. Là je me suis dit : « Marie, prend ton rythme et remonte tranquillement ». Et plus ça avançait, mieux ça allait. »

Lentement, mais sûrement, la grande favorite de la foule a comblé l’écart, mais bien peu croyaient en ses chances de revenir sur les meneuses. Dans l’avant-dernier tour, Prémont avait visiblement retrouvé ses esprits et a mis les gaz pour revenir dangereusement sur le groupe de tête qui comptait Kalentieva, Spitz, Chengyuan et Margarita Fullana, en plus de l’Américaine Georgia Gould qui était intercalée entre le groupe et elle.

« Je les voyais en avant et j’essayais d’aller les chercher », a soutenu la porte-couleurs de la formation Rocky Mountain/Haywood en ajoutant qu’elle a donné tout ce qui lui restait dans le dernier tour. « Je croyais que je pouvais les rejoindre une par une. Je suis restée dans ma bulle et concentrée sur mon effort sans penser à la douleur, même si j’avais mal à mon épaule quand je tirais sur le guidon. S’il y avait eu un tour de plus, je pense que j’aurais eu ma chance, mais bon, ça sera pour l’année prochaine », a conclu Prémont avec un grand sourire.

Kalentieva était surprise de sa victoire, car elle a dû retourner à Moscou pour passer ses examens universitaires il y a quelques jours à peine. Elle est arrivée au Québec il y a seulement deux jours.

« Dans ces conditions, je ne pensais pas pouvoir gagner, mais aujourd’hui (samedi), c’était ma journée ! Je me sentais faible dans les premiers tours et je ne pouvais pas attaquer. Au dernier tour, il faisait chaud et Fullana était forte, alors j’ai décidé d’attendre un peu. Je n’avais pas beaucoup forcé en début de course, alors je devais tout donner à la fin », a commenté celle qui aura maintenant pour objectif de terminer première au classement du circuit.

La grande rivale de Prémont des dernières éditions de l’épreuve du mont Sainte-Anne, la Norvégienne et championne du monde en titre, Gunn-Rita Dahle Felsha, a raté sa deuxième Coupe du monde de suite en raison d’un virus à l’estomac persistant.

Julie Sanders est l’autre Québécoise à avoir complété le parcours. Elle a pris le 50e rang à 17min 29s de la gagnante. « Mon objectif était de ne pas me faire sortir par les officiels et j’ai réussi ça facilement, alors je suis vraiment contente. La stratégie, était de partir comme si je n’avais que quatre tours à faire au lieu de cinq. J’étais à bloc au début et il me restait encore de l’énergie au dernier tour. »

Les autres Québécoises en lice, Caroline Villeneuve, Kathleen Villeneuve, Karine Travaillaud et Mathilde Hupin-Debeurme n’ont pas terminé l’épreuve.

Absalon roi et maître chez les hommes et Kabush sur la troisième marche du podium
À l’épreuve masculine, le Français et champion du monde en titre, Julien Absalon, a remporté sa deuxième victoire de suite au mont Sainte-Anne après avoir durement bataillé contre l’Espagnol José Antonio Hermida (à 23s). Geoff Kabush, de la Colombie-Britannique, a réalisé une superbe course pour prendre le troisième rang à 1min 26s du champion olympique.

Hermida a pris la fuite dès la première descente du parcours et il aura fallu attendre le cinquième des sept tours avant qu’il ne soit rejoint par Absalon.

« J’avais tout le temps des informations sur l’écart qui me séparait de lui et je réussissais à grappiller des secondes », a expliqué le Français qui signe une troisième victoire cette saison. « Quand je l’ai dépassé, il a eu un petit coup de barre. Il m’a distancé un peu sur le moment, mais par la suite, je l’ai rejoint avant la section en zigzag. À ce moment, j’étais en difficulté, mais il avait encore plus mal que moi. Et c’est là que j’ai réussi à gagner du temps. Sur un circuit comme ça, il faut être très propre au pilotage. »

À sa première sortie en Coupe du monde cette saison, Mathieu Toulouse a pris le 37e rang, lui qui a partagé son temps entre la montagne et la route depuis le début de l’année.

« Je ne suis pas déçu, mais pas nécessairement content non plus. J’aurais été satisfait d’un top 25. J’avais une mauvaise position de départ avec le dossard 67, mais au moins, j’ai réussi à me rapprocher de la tête pour la prochaine course, ce qui fera en sorte que j’aurai une meilleure place au départ », a indiqué le Montréalais, qui ne s’est pas dit surpris de la troisième place de son coéquipier chez Maxxis.

En ayant une meilleure position au départ de l’épreuve de Saint-Félicien la semaine prochaine, Toulouse pourra éviter les bouchons comme ceux survenus samedi dans l’imposant peloton qui comptait 104 inscrits.

« À certains moments, j’étais presque à l’arrêt. J’ai passé l’âge de paniquer quand ça arrive et je reste patient, sauf que ces secondes perdues, je ne peux pas les récupérer. Il y a plus de coureurs et de profondeur en Coupe du monde et ici, chaque erreur coûte beaucoup plus cher en terme de rang. »

Geoff Kabush a lui aussi été pris dans la même situation que Toulouse en partant en 25e place. « Finir troisième, c’est très bon pour la confiance et j’espère que la semaine prochaine, j’aurai une meilleure place sur la ligne de départ. C’est mon meilleur résultat cette saison ! Je me suis bien entraîné, je suis resté en santé et c’est très gratifiant de voir que tout s’est mis en place aujourd’hui, même si les premiers étaient vraiment forts », a conclu celui qui a réussi son standard de qualification olympique en se classant dans les 16 premiers.

Raphaël Gagné (62e), qui visait une place dans les 30 premiers après sa 33e obtenue l’an dernier à la première Coupe du monde de sa carrière, n’a pas connu une bonne sortie en étant arrêté par les officiels avec un tour à faire. Benoît Simard (59e à 1 tour) et Frédéric Bussières (72e à 2 tours) ont subi le même sort.

Les spécialistes du cross-country demeureront au Québec afin de participer à la prochaine étape de la Coupe du monde qui sera présentée le dimanche 1er juillet à Saint-Félicien.

Rédaction : Mathieu Laberge


une page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive