Paracyclisme – Saison 2007

Encore une marche à gravir pour Stéphane Côté et Pierre-Olivier Boily

Montréal, 26 avril 2007 – Vice-champions du monde à la course en ligne en tandem l’an dernier, Stéphane Côté et son pilote Pierre-Olivier Boily n’auront qu’une chose en tête cette année : mettre la main sur le maillot arc-en-ciel de champion du monde. À la veille de leur début de saison qui se fera vendredi au Défi Sportif présenté à Montréal, les deux athlètes, qui étaient passés par toute la gamme des émotions il y a à peine un an, sont confiants de connaître la meilleure campagne de leur carrière.

« Nous partons sur de bonnes bases. En fait, c’est comme retomber dans une bonne vieille paire de pantoufles ! » lance Stéphane Côté à la blague, à l’aube de sa nouvelle saison. « Aux derniers Championnats du monde, je regardais les gars sur le podium avec le maillot de champion du monde et ça faisait mal. Je me suis dit que moi aussi j’en voulais un. Mais encore là, nous n’avons pas de garantie, sauf que nous commençons l’année avec les chances de notre côté. Au Défi Sportif, nous allons mesurer notre forme et nous comparer aux autres pour ensuite nous améliorer à l’entraînement. »

Voilà de bonnes nouvelles pour l’athlète de Québec qui a connu un hiver 2006 difficile avec le décès de son père et le grave accident de la route de son coéquipier.

« L’an dernier, ça m’a pris un bon coup de pied au derrière pour remonter sur mon vélo. Mais cette année, la motivation est là. Oui, le retour de P.-O. a été rapide, mais il sait souffrir à l’entraînement, alors il a fait la même chose en réadaptation. Et s’il y a quelqu’un qui pouvait le faire aussi vite, c’était lui. Cet hiver, je n’ai pas pu participer à des camps d’entraînement dans le Sud, parce que je travaillais à temps plein. Par contre, cet été j’aurai plus de temps, car mon employeur, l’Agence de l’efficacité énergétique, a accepté de remanier mon horaire de travail. »

Pour sa part, Pierre-Olivier Boily partagera son temps entre l’entraînement, les courses et la préparation de l’ouverture de son pub-brasserie, à Sherbrooke, qui devrait se faire en septembre prochain si tout se déroule comme prévu.

« Le maillot de champion du monde, ça serait la cerise sur le sundae. Aux mondiaux, nous ne serons pas là pour finir vingtièmes, mais bien pour gagner. Les parcours des mondiaux de cette année et des Jeux paralympiques seront plus sélectifs que ceux des Championnats du monde 2006, ce qui pourrait être à notre avantage. Il y aura moins de chances que la course se finisse au sprint et si ça monte un peu ou que c’est plus technique, nous avons de bonnes chances de finir dans les premiers. »

Les autres Québécois membres de l’équipe nationale sont Mark Beggs et Rico Morneau en cyclisme à main, Éric Bourgault (LC2) et Mark Breton (LC1) chez les amputés et Jean Quévillon (CP3) dans la catégorie des paralytiques cérébraux. L’année 2007 marque également le retour d’Alexandre Cloutier à titre de pilote de tandem. Cloutier, qui avait joué ce rôle aux Jeux paralympiques de 2000, fera équipe avec Daniel Chalifour.

Côté et Boily sont déjà présélectionnés pour les Championnats du monde et ils aimeraient bien que la nouvelle paire québécoise obtienne elle aussi sa sélection pour les courses qui auront lieu à Bordeaux.

Le paracyclisme maintenant intégré à l’Union cycliste internationale
En février dernier, l’Union cycliste internationale (UCI) annonçait que le paracyclisme, la nouvelle appellation du cyclisme paralympique, serait désormais chapeauté sous sa gouverne. Auparavant, c’était le Comité international paralympique qui régissait les compétitions internationales. Cette intégration s’est faite en partie grâce au travail du Québécois Louis Barbeau, directeur général et directeur technique route et piste à la Fédération québécoise des sports cyclistes, qui occupe aussi la présidence de la nouvelle Commission UCI de paracyclisme. Actif dans le sport paralympique depuis de nombreuses années, M. Barbeau avait également été le chef de mission de l’équipe canadienne aux Jeux paralympiques d’Athènes.

Stéphane Côté, qui a pratiqué le goalball et l’athlétisme avant de se consacrer au cyclisme, soutient que ce changement administratif pourrait avoir des répercussions positives pour les athlètes.

« Le fait d’adhérer à l’UCI, va faire en sorte que nous aurons des commissaires formés. Nous allons bénéficier d’une organisation qui connaît le vélo et maintenant, nous sommes chapeautés par des fédérations cyclistes du haut en bas de la pyramide. C’est donc une très bonne intégration. Quand tout le monde pousse dans la même direction, ça ne peut que donner de bons résultats. Louis croit au paracyclisme et il va pousser le sport vers le haut. Il a réussi à le faire au niveau national et il le fera à l’international. »

C’est d’ailleurs grâce au regroupement des athlètes handicapés et non handicapés que Pierre-Olivier Boily a fait son incursion dans ce milieu.

« Au Québec, le programme de paracyclisme a toujours été intégré à celui de l’équipe du Québec. Et c’est un peu à cause de ça que je suis devenu pilote de tandem, car je savais que ça existait. »

Reste à voir si d’autres sports emboîteront le pas de ce qui pourrait commencer à devenir la norme dans le monde du sport.

Rédaction : Mathieu Laberge


une page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net