Les cyclistes québécois prêts pour la nouvelle saison

Montréal, 16 février 2007 – Les cyclistes québécois sont de plus en plus nombreux dans les pelotons professionnels et 2007 n’échappe pas à la règle. C’est dimanche que s’amorcera la nouvelle saison nord-américaine, alors que la deuxième édition du Tour de Californie se mettra en branle à San Francisco. Si Charles Dionne sera le seul Québécois en lice, ses compatriotes ne sont pas en reste en peaufinant leur préparation en vue de la nouvelle campagne.

Les principales courses au calendrier des coureurs québécois seront le Tour de Géorgie (16-22 avril), les Championnats panaméricains (17-20 mai), la série de courses de Philadelphie (début juin), le Tour de Beauce (12-17 juin) et le Tour Montréal-Boston (5-12 août).

Sportcom dresse un portrait des principaux acteurs québécois qui seront à surveiller cette année.

Charles Dionne : 2007, la saison du renouveau
Charles Dionne avait de grandes attentes en 2006. Premier Québécois à signer chez une équipe du Pro Tour, l’espagnole Saunier Duval-Prodir, Dionne a vu sa saison s’arrêter brusquement après les classiques du printemps à cause d’une blessure persistante à la jambe gauche. Opéré en octobre dernier, l’athlète de Saint-Rédempteur se donne un peu de temps avant de retrouver sa pleine forme.

« J’ai hâte de commencer, mais en même temps, ça arrive assez vite », a-t-il expliqué en entrevue à Sportcom plus tôt cette semaine. « J’ai seulement commencé à rouler en décembre. Ma jambe va bien et c’est ce qui est important. Pour ce qui est de la forme, ça va s’en venir tranquillement, mais ce n’est pas encore au point. Je pense quand même être assez prêt pour en profiter pour sortir plus fort du Tour de Californie qu’au début. C’est mon objectif », ajoute celui qui dit ne pas avoir d’attentes particulières avant cette première course en 2007.

Le passage en Europe de Dionne n’aura duré qu’un an avant qu’il ne signe au sein de la formation américaine Colavita/Sutter Home.

« Je suis content de courir aux États-Unis cette année. Je veux avoir le choix d’y retourner (en Europe) si ça me tente. J’avais encore un contrat pour courir en Europe cette année, mais j’ai décidé de ne pas y retourner et je continue de croire que c’est la bonne décision. J’aurais quand même aimé être là avec une meilleure forme », précise Dionne, qui croit qu’il aura plus de temps pour se refaire une forme en Amérique, ce qui n’aurait pas été le cas s’il était demeuré chez Saunier Duval-Prodir.

Rédaction : Mathieu Laberge


une page mise en ligne par

Guy Maguire, webmestre, SVPsports@sympatico.ca

veloptimum.net