Tour de Beauce

Danny Patte survole le contre-la-montre
et grimpe en deuxième place au général

25e, le jeune David Veilleux fait sa marque

Montréal, 16 juin 2006 – L’Américain Danny Patte (Tiaa-Creef) a été le plus rapide au contre-la-montre de 15,2 km du Tour cycliste de Beauce, vendredi matin, à St-Jean-de-la-Lande. L’ancien champion du monde espoirs de la spécialité a enregistré un temps de 20min 40s pour devancer l’Ukrainien et vainqueur de la première étape, Valeriy Kobzarenko (Navigators, à 16 secondes.) Premier jeudi au sommet du Mont Mégantic, l’Ouzbek Sergey Lagutin (Navigators) a accusé un retard de 33 secondes sur l’Américain.

Le champion canadien de la spécialité, Svein Tuft (Symmetrics), a terminé au pied du podium à 3 secondes de la troisième place.

Le classement général a donc été considérablement modifié à la suite de l’étape. Kobzarenko reprend le maillot jaune qu’il avait perdu à la deuxième étape, alors que Patte passe de la quatrième à la deuxième place.

L’Allemand et maintenant ancien détenteur du maillot jaune Stefan Parinussa a fini 33e à 1min 28s du vainqueur. Il est désormais quatrième au général en accusant un retard de 40s sur l’Ukrainien.

Au général, Mark Walters (Navigators, à 5min 51s) est le meilleur Canadien en 14e place, tandis que Jean-Sébastien Maheu (Équipe du Québec, à 9min 22s) est le meilleur Québécois au 24e rang.

« C’est vraiment bien de gagner aujourd’hui (vendredi) et de battre les Navigators parce qu’ils nous ont battus depuis le début de la semaine, a soutenu Patte. Je savais que j’avais des chances de gagner et c’est satisfaisant d’avoir atteint cet objectif. »

Depuis le début du Tour, Patte a été bien appuyé par ses coéquipiers, notamment François Parisien, pour qui il a eu de bons commentaires. Le Québécois, qui a ménagé ses forces pour les étapes à venir, a terminé 54e.

« François est un super coéquipier qui a beaucoup travaillé pour moi. J’aime l’avoir dans mon équipe et j’espère qu’il pourra à nouveau gagner les prochains championnats canadiens (ndlr : qui seront présentés à Québec dans un peu plus d’une semaine). En fait, ça serait bien qu’il gagne encore, car nous n’avons pas de maillot régulier pour lui », a-t-il lancé à la blague en faisant allusion au maillot de champion national que porte le Québécois depuis le début de la saison.

Chez les Québécois, le jeune David Veilleux (Garneau Optik) s’est fort bien tiré d’affaire avec un chrono respectable de 22min 12s, bon pour le 25e rang. « J’ai bien géré mon effort et à la fin je n’ai pas manqué d’énergie. J’ai monté les côtes toujours au même rythme et j’ai gardé en ligne de mire le coureur de Jittery Joe’s qui était parti une minute avant moi », a soutenu celui qui a été le meilleur Québécois dans cette étape.

Vainqueur au Tour de l’Abitibi en 2005, Veilleux poursuit son apprentissage alors qu’il en est à sa première saison chez les seniors.

« Ça se passe super bien. Les étapes sont longues et dures, mais je récupère bien. Ça prend beaucoup d’heures en selle pour que le corps s’habitue à récupérer », d’ajouter l’athlète de la région de Québec.

Veilleux pourrait viser le maillot de meilleur jeune, mais ça ne sera pas pour cette année. « D’ici deux ans, c’est sûr que ça sera un de mes objectifs. Mais pour l’instant, je veux apprendre la course, voir comment ça se passe et continuer à bien gérer mes efforts sur des longues courses comme ça. Je veux apprendre à en faire juste assez et pas trop. »

Du côté de l’ancien meneur au classement général, Stefan Parinussa (Sparkasse) trouvait qu’il avait été en mesure de limiter les dégâts, lui qui n’est pas un spécialiste de l’effort en solitaire et qui s’attendait à être dépossédé du maillot jaune.

« Je suis surpris d’avoir aussi bien fait, car je pensais être plus lent », a soutenu Parinussa. La course se termine dimanche, alors ce n’est pas fini. »

L’étape 4B, un critérium de 60 km sera présentée jeudi soir, à St-Georges, en bordure de la rivière Chaudière. À noter que cette étape ne comptera pas pour le classement général du Tour.

Samedi, les coureurs se mesureront au sélectif parcours de Québec où ils devront gravir la côte Gilmour dix fois.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive