Challenge des îles Baléares

Charles Dionne chute mais termine sa course

Montréal, 8 février 2006 – Charles Dionne a souffert selon ses propres dires lors de la quatrième étape du Challenge des îles Baléares, un archipel espagnol en pleine Mer Méditerranée, terminant à plus de 22 minutes du vainqueur, l’Italien Paolo Bettini (Quick Step - Innergetic).

Bettini a parcouru les 150,6 kilomètres en 3 heures, 47 minutes et 10 secondes, devançant les Espagnols Antonio Colom (Caisse d’épargne - Îles Baléares) et David Bernabeu (Comunidad Valenciana) au sprint. Dionne, de Saunier Duval Prodir, a fini 125e, à 22 minutes et 34 secondes du gagnant.

L’étape entre Sóller et le port de Sóller offrait aux coureurs quatre longs cols de deuxième catégorie. « Ç’a été pas mal difficile », a admis l’athlète de Saint-Rédempteur, qui excelle surtout sur le plat. « J’avais regardé le profil de l’étape et je savais que ça allait être extrêmement difficile. Ce n’était pas une étape très longue, mais les quatre montées étaient de plus ou moins huit kilomètres. »

Dès le début, un col culminant à 501 mètres et une surface mouillée ont donné du fil à retordre à Dionne. « J’étais dans un groupe derrière le peloton quand, dans un virage, je me suis planté. On m’avait dit que les routes étaient assez glissantes quand elles étaient mouillées, mais je ne savais pas jusqu’à quel point. Là, je l’ai su, parce que je n’ai quand même pas tourné très agressivement. »

L’athlète de 26 ans a toutefois pu poursuivre l’étape, s’en sortant avec quelques éraflures à une cheville, et a même retrouvé un groupe d’une vingtaine de cyclistes non loin du peloton. Les tentatives du groupe de rattraper le peloton ont cependant été infructueuses, le rythme de ce dernier s’accentuant à chaque sprint intermédiaire ou spécial.

« Dans la deuxième montée, ç’a explosé encore de partout, a poursuivi Dionne. Je me suis retrouvé dans un groupe d’une vingtaine de coureurs. Après cette montée-là, la plupart ont arrêté. Je me suis ramassé seul pour le reste de la course. Je dois avoir fait 75 kilomètres à essayer de trouver mon chemin. »

Le Québécois a malgré tout affirmé acquérir beaucoup d’expérience. « C’était prévu que j’allais souffrir et j’ai souffert pas mal. Tant qu’à souffrir, je me suis dit que j’allais souffrir comme il faut, pour faire mieux la prochaine fois. Je me suis rendu jusqu’à la fin. J’ai au moins eu cette satisfaction là. »

Jeudi, la cinquième et dernière étape du Challenge des îles Baléares sera disputée sur 149,3 kilomètres entre Magalluf et Palmanova. Cinq cols seront au programme : trois de deuxième catégorie et deux de troisième catégorie.

« Demain, ça ne sera pas plus facile, a indiqué Dionne. Certains m’ont dit que c’était encore plus dur. C’est donc une autre étape difficile à prévoir. À force d’en faire (des étapes montagneuses), je vais m’améliorer. »

Rédaction : Éric Gaudette-Brodeur


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive