Cyclisme sur piste – Championnats du monde

Alexandre Cloutier et Martin Gilbert contraints à l’abandon

Montréal, le 3 août 2003 — Alexandre Cloutier et Martin Gilbert n’ont pu terminer la course à l’Américaine des championnats du monde de cyclisme sur piste, dimanche, à Stuttgart. La paire québécoise, qui accusait trois tours de retard sur les meneurs, a été sortie de l’épreuve avec 25 tours à faire.

Ce sont les Suisses Bruno Risi et Franco Marvulli ont mis la main sur le maillot arc-en-ciel de champions du monde grâce à un total de 13 points. Gregory Henderson et Hayden Roulston de la Nouvelle-Zélande sont montés sur la deuxième marche du podium, alors que les Argentins Juan Esteban Curuchet et Walter Perz ont pris le troisième rang.

Affaibli par un taux de fer sanguin au cours des dernières semaines, Alexandre Cloutier a souligné qu’il avait retrouvé son état de santé normal pour sa course la plus importante de la saison. Par contre, les jambes n’ont pas suivi.

« Notre voyage en Italie pour participer à des courses de type six jours n’a pas été profitable comme on le pensait. En bout de ligne, je crois que nous étions mieux préparés pour les Coupes du monde que pour les championnats du monde. »

Après un bon départ où ils ont pris la tête avec un demi-tour d’avance, le manque d’entraînement s’est fait sentir à la mi-course pour l’athlète de Québec. « Nous manquions de vitesse et nous nous sommes fatigués plus vite que prévu, ce qui m’a fait manquer un relais à la mi-course. Cela a été fatal. Finalement, nous étions comme une fusée dont la deuxième partie n’a jamais décollée », a expliqué Cloutier avec son sens de l’humour habituel malgré la tournure des événements.

Également à sa première présence aux Mondiaux sur piste, Martin Gilbert a avoué ne pas avoir été impressionné par le caractère prestigieux de l’événement. « Ça ressemblait beaucoup aux Coupes du monde, sauf que seulement les meilleurs étaient présents. Malgré la déception, c’est encourageant pour l’année prochaine. Nous apprenons de nos erreurs et nous serons plus prêts. »

« En général, c’est positif car nous ne devions même pas être ici. C’est sûr qu’une fois sur place, on veut faire de notre mieux, mais le bilan de l’année est quand même réussi », a souligné Cloutier, en guise de conclusion.

La paire québécoise pourra profiter d’une semaine pour recharger son énergie avant de remonter en selle le 12 août prochain, aux Jeux panaméricains.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive