Vélo de montagne – Coupe du monde, descente

Domination britannique au mont Ste-Anne

Montréal, le 28 juin 2003 — Les représentants de la Grande-Bretagne ont fait la loi, samedi, aux épreuves de descente comptant pour le circuit de la Coupe du monde de vélo de montagne du mont Ste-Anne. Chez les hommes, Steve Peat (1 minute 41,17 secondes), également vainqueur l’an dernier, a devancé Greg Minnaar de l’Afrique du Sud par 6 centièmes de secondes. Le Français Cédric Garcia a pris le troisième rang avec un chrono de 1 minute 41,77 secondes. L’Australie a impressionné en classant cinq coureurs dans les dix premiers.

Blessé depuis le début de la saison, Peat n’a pas manqué son retour à la compétition : « Je savais qu’il fallait une descente quasi parfaite pour remporter l’épreuve. J’ai été un peu lent la première section boisée, mais j’ai ensuite réussi à reprendre de la vitesse en bas de parcours. Aujourd’hui (samedi), c’est celui qui faisait le moins d’erreurs qui l’emportait. Cette victoire au mont Ste-Anne a une plus grande valeur que celle de l’an dernier car j’ai été ralenti par les blessures. »

Jordie Lunn (1 minute 43,85 secondes), de la Colombie-Britannique, a été le meilleur Canadien avec une 11e place. Lunn a occupé le siège du meneur durant quelques minutes avant d’être délogé par l’Australien Samuel Hill, qui a finalement pris le septième rang. « C’était la première fois que je me retrouvais dans cette position et c’était pas mal cool. Je savais que je ne pouvais pas rester là pour toujours, mais j’en ai profité. »

Du côté québécois, alors qu’on attendait Mathieu Laurin, champion canadien en titre de la spécialité, c’est plutôt le Montréalais Frédéric Bélanger qui a été le meilleur en terminant 30e. « Je suis quelqu’un de fort et d’assez technique alors le parcours me convenait bien », a expliqué Bélanger, qui en était à une troisième participation en Coupe du monde. « Mon résultat, c’est quelque chose ! » a-t-il poursuivi tout en demeurant modeste. « Mon nom est quand même resté un bon bout de temps sur le tableau des meneurs… »

Bien classés dans la demi-finale, Hugo Donais (abandon) et Mathieu Laurin (44e) ont connu leur part d’ennuis dans la dernière descente. Donais a chuté après le dernier saut et Laurin a eu des problèmes avec son garde-chaîne. « J’étais sur le plat en train de pédaler et tout à coup, il n’y avait plus rien, a souligné Laurin, très déçu de la tournure des événements. Ce n’est pas une pièce qui se brise habituellement. Je pense que c’est le boulon qui a lâché. »

Notons que l’Australien John Waddell a fait une sérieuse chute au saut final. Une bonne quinzaine de minutes s’est écoulée avant qu’il ne soit ramené à l’infirmerie sur une civière. L’hécatombe s’est poursuivie par la suite alors que quatre autres coureurs ont poussé un peu trop la limite pour ensuite piquer du nez à l’atterrissage. Au moment d’écrire ces lignes, Waddell était toujours inconscient, mais dans un état stable, à l’hôpital Enfant-Jésus de Québec.

« C’est un gros saut et quand tu arrives à cet endroit, tu es fatigué et certains ne savent pas comment bien sauter la bosse et se font déporter », a commenté la Peat à propos de la bosse qui a propulsé quelques coureurs en orbite.

Première victoire pour Fionn Giffiths
Chez les femmes, Fionn Giffiths (1 minute 54,99 secondes) a imité son compatriote en étant la plus rapide à descendre le parcours. La descendeuse de 20 ans a devancé une autre Britannique, Tracy Mosely, de 11 centièmes de seconde.

« Je ne pensais pas décrocher la victoire car j’ai fait une grosse erreur dans le premier boisé en perdant complètement perdu ma ligne, a souligné Giffiths en entrevue. Ça m’a piquée au vif et ça m’a fait aller encore plus vite pour le reste du parcours. C’est ma première victoire en Coupe du monde et je suis contente de l’avoir fait ici ! »

Avec sa médaille d’argent, Moseley prend les commandes du classement cumulatif de la Coupe du monde avec encore deux étapes à faire au calendrier.

Cassidy Johnson (2 minutes 21,96 secondes) a été la meilleure Québécoise avec une 18e place. Originaire de Vancouver, la descendeuse de 28 ans a déménagé à Montréal il y a quelques années afin de poursuivre ses études au doctorat en urbanisme à l’Université de Montréal. « J’ai raté un mois d’entraînement afin de mieux me concentrer sur mon examen de synthèse, mais je suis quand même satisfaite de ma descente », a conclu celle qui a participé championnats du monde de l’an dernier.

De son côté, Caroline Milot a obtenu le deuxième résultat québécois grâce à une 20e place. « Ma chaîne a débarqué au premier tiers du parcours. C’est décevant car je m’attendais à plus. »

L’action reprendra dimanche avec la présentation des épreuves de cross-country.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive