Cyclisme sur route

Un nouveau départ pour Joëlle Numainville

Montréal, 20 août 2014 – Joëlle Numainville a annoncé mardi qu’elle quittait la formation américaine Optum-Kelly Benefit Strategies pour joindre immédiatement les rangs de l’équipe belge Lotto-Belisol.

« C’est un nouveau chapitre! Je m’en vais là pour performer et aider l’équipe à gagner aux plus grandes courses. J’arrive chez une équipe qui pourra m’encadrer jusqu’aux prochains Jeux olympiques », explique la Québécoise avec enthousiasme.

Le 1er août était la date à laquelle les coureurs cyclistes pouvaient entamer les négociations avec les formations professionnelles afin de parapher un contrat pour la saison 2015. Toutefois, il est plutôt rare qu’un athlète change immédiatement d’équipe pendant une saison en cours. Chez Lotto-Belisol, Numainville remplacera la Britannique Emma Pooley qui a annoncé sa retraite.

« L’équipe (NDLR Optum-Kelly Benefit Strategies) avait décidé de ne pas me faire courir pour le reste de la saison et les gens de Lotto-Belisol étaient prêts à m’accueillir, alors ça faisait mon affaire. Je suis vraiment contente et ça sauve ma saison! » avance la championne canadienne 2013 à la course en ligne et au contre-la-montre.

L’impact d’une commotion cérébrale
Une chute en compétition survenue au printemps 2013, mais surtout ses séquelles, a contrecarré les plans de l’athlète de Laval au cours de la dernière année et demie. Ce n’est que plusieurs mois après sa chute que le diagnostic de commotion cérébrale a été fait, soit à la fin de l’an dernier.

« Ça m’a pris tellement de temps à m’en remettre et jamais je n’aurais cru que ce serait aussi long! Je ne devais pas revenir à la compétition en étant à 95% de mes capacités, mais bien à 100%. J’ai réalisé que ma carrière ne tient qu’à un fil et ça m’a fait réfléchir. Si les médecins ne me donnaient pas le feu vert, c’est clair que je ne revenais pas », commente celle qui aura visera une carrière dans le monde de la finance après les Jeux olympiques de Rio et qui poursuivra des études à la maîtrise à temps partiel.

À la suite de ce long processus de réadaptation, la cycliste avait fait savoir publiquement qu’elle n’avait pas apprécié la façon dont ses anciens patrons avaient géré son retour à la compétition. Est-ce que ce franc-parler expliquerait son absence des listes de départ des épreuves à venir?

« Je ne le sais pas et je veux tourner la page, explique la principale intéressée. Oui, j’aurais cru avoir plus de soutien de leur part après ma commotion cérébrale. La fin de notre entente s’est tout de même faite de façon correcte. »

De retour sur le Vieux Continent
L’arrivée de Joëlle Numainville chez Lotto-Belisol marquera un retour en Europe pour celle qui avait déjà porté les couleurs de l’équipe française ESGL-GSD Gestion. Ce retour est plus que bienvenu pour l’athlète, car depuis deux ans, l’équipe nationale canadienne n’offre plus la possibilité aux meilleurs athlètes féminines de participer aux étapes de la Coupe du monde.

C’est notamment dans le cadre d’un projet de l’équipe nationale que Numainville avait terminé troisième au Tour des Flandres en 2012.

« Avant, je pouvais courir pour une équipe américaine et faire des projets européens avec l’équipe canadienne, alors que maintenant, ce n’était plus possible », avance celle qui projetait déjà un retour en Europe pour 2015.

Les premières compétitions européennes de Joëlle Numainville seront le Trophée d’Or et le Grand Prix de Plouay, une dernière épreuve de Coupe du monde de la saison.

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de vélo de Sportcom
2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive