David Veilleux, tout sourire après le Grand Prix de Montréal.
photo : Guy Maguire. Tous droits réservés. ©

David Veilleux Athlète Sportcom de la semaine

Un apprentissage méthodique

Montréal, 29 septembre 2011 - En décrochant le 19e rang à la course en ligne des Championnats du monde sur route dimanche dernier, David Veilleux a été le meilleur Canadien de l’épreuve disputée à Copenhague. L’athlète originaire de Cap-Rouge a du même coup démontré que ses 22es places obtenues aux Grands Prix de Québec et de Montréal n’étaient pas le fruit du hasard. L’équipe de Sportcom a donc arrêté son choix sur le cycliste qui est nommé l’Athlète de la semaine du 26 septembre.

Dimanche, David participait pour une première fois à l’épreuve Élite des mondiaux, lui qui a quitté la catégorie des moins de 23 ans cette année. « Il y a une très grande différence entre les deux catégories. En fait, ce sont deux courses totalement différentes. Pour ma part, je n’ai pas fait la même préparation que dans le passé. J’étais mieux préparé à encaisser la distance (ndlr : 266 kilomètres). »

Une étape à la fois
Avant le début de la présente saison, David Veilleux savait pertinemment que 2011 serait une année marquante pour lui. Repêché par la formation française Europcar, qui est de niveau Pro continental, il quittait le circuit nord-américain pour celui des épreuves européennes. Même s’il savait qu’il n’aurait pas un rôle de premier plan au sein de sa nouvelle équipe, le jeune Québécois arrivait sur le vieux continent avec l’objectif d’apprendre.

Et si l’on se fie à la saison qu’il connaît, force est de constater que David est un élève doué.

« J’étais motivé à faire mes preuves et à apprendre. J’ai eu la chance de participer à Paris-Roubaix et au Tour des Flandres à ma première saison. Là, je viens de faire les Championnats du monde et je terminerai la saison avec le Tour de Lombardie. Je pense que j’ai réussi à faire ma place, mais mon principal objectif cette saison était d’apprendre », soutien celui qui a mis en veilleuse ses études à l’École Polytechnique de Montréal afin de tenter sa chance chez les professionnels.

L’adaptation aux épreuves européennes, où les courses sont plus longues en moyenne de 50 à 70 kilomètres, s’est bien faite selon le principal intéressé. « L’an prochain, je vais continuer d’appendre, mais je pourrai déjà mieux cibler mes objectifs étant donné que je connaîtrai mieux les parcours, surtout ceux en Belgique. Je serai encore mieux préparé. »

Avoir un plan bien défini ne se traduit pas nécessairement pas un succès instantané. C’est toutefois ce qu’a réussi David, en collaboration avec son entraîneur de longue date, Pierre Hutsebaut.

« Nous avons bien ciblé trois blocs de courses où je voulais obtenir de bons résultats et ç’a bien fonctionné. Les dirigeants de l’équipe m’ont également donné un calendrier de courses pas trop chargé. Ils savaient que j’étais jeune et ils voulaient me donner des chances de faire mes preuves sans participer à trop d’épreuves. Et ç’a été payant, car je ne suis pas brûlé et mes derniers résultats m’ont donné assez de pep pour les dernières courses de la saison », précise celui qui course depuis la fin janvier.

Le bulletin de saison
Invité à commenter sa saison, David Veilleux retient quatre moments forts : les Championnats du monde, les Grands Prix de Québec et de Montréal, ainsi que Paris-Roubaix.

« Toutes ces courses ont leurs particularités. Le plateau de coureurs était très relevé aux mondiaux et j’ai fait la sélection dans le premier gros groupe à Montréal, alors que le parcours ne me convenait pas. »

Et pour Paris-Roubaix, il faut rappeler que David a fait partie de l’échappée du jour pour ensuite terminer avec une plus que respectable 25e place. Surnommé l’Enfer du Nord, Paris-Roubaix est un impitoyable parcours qui compte une cinquantaine de kilomètres de pavés.

« Des fois, c’est long d’être en Europe et de faire des courses difficiles sans toujours voir ce qui nous attend au bout du compte. Sauf que ça paye en fin de saison. »

Meilleur Canadien aux mondiaux, David fait maintenant partie des favoris pour représenter le Canada aux Jeux olympiques de Londres.

« Ça sera mon objectif pour l’an prochain. Les places pour y aller sont rares et pour l’instant, ce sera deux ou trois places pour le Canada. Ce sera difficile, mais j’espère faire la mienne. »

Cette semaine, David est en action au Circuit Franco-Belge avant de mettre un terme à sa saison au Tour de Lombardie, le 15 octobre. L’athlète sera en vacances de la mi-octobre à la mi-novembre pour ensuite remonter en selle afin de participer à un stage avec l’équipe Europcar, formation avec laquelle il sera de retour en 2012.

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de vélo de Sportcom
2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive