Championnats du monde de vélo de montagne

Un mauvais choix de pneus joue un tour à Marie-Hélène Prémont

Raphaël Gagné 43e

Mont Sainte-Anne, 4 septembre 2010 – La Polonaise et vice-championne olympique, Maja Wloszczowska, a dépossédé la Russe Irina Kalientieva de son maillot arc-en-ciel de championne du monde de cross-country, samedi, aux mondiaux de vélo de montagne disputés au Mont Sainte-Anne. La favorite locale, Marie-Hélène Prémont (à 2 min 43 s) a terminé au neuvième rang, tandis que la Britanno-Colombienne Catharine Pendrel (à 54 s) a fini quatrième, ratant le podium de deux secondes. Kalentieva (à 48 secondes) est médaillée d’argent et l’Américaine Willow Koerber (à 52 s) est médaillée de bronze.

La pluie diluvienne qui s’est abattue sur la montagne avant le début de l’épreuve a rendu le parcours détrempé, ce qui est tout un contraste avec les derniers jours. Conséquemment, Prémont avait sélectionné des pneus de pluie, ce qui ne s’est pas avéré être le meilleur choix.

« J’ai connu un départ so-so et j’aurais aimé partir plus vite pour être mieux positionnée. Dès le début de la course, je me suis aperçue que c’était vraiment glissant. Sur les roches et les racines, je manquais de traction. Pendant la course, je rageais contre mon choix de pneus, mais bon, ça fait partie de la game. C’est ça le vélo de montagne », a-t-elle expliqué avec philosophie.

Sentant qu’elle se faisait distancer de la tête de course, la Québécoise a mis les gaz au troisième tour, où elle est passée de la septième à la cinquième place. Toutefois, cela n’a pas donné l’effet escompté.

« Je sentais que les jambes étaient là, mais il me manquait le petit plus. C’était une chance que la foule soit là pour m’encourager, sauf que plus j’essayais d’aller vite, plus je faisais des erreurs techniques. J’étais moins à l’aise que d’habitude », a ajouté celle qui était tout de même fière d’avoir été au sommet de sa forme au bon moment.

Par ailleurs, l’athlète de Château-Richer n’a pas parlé de retraite. « J’hésite encore et je veux en parler avec mon chum. J’ai encore la passion du vélo et je sais que mes feelings peuvent être encore meilleurs comme le démontre ma deuxième place à la Coupe du monde de la semaine dernière. Si je n’aimais plus ce que je faisais, je n’aurais pas continué à courir après les Jeux de Pékin », a conclu celle qui participera au triathlon X-terrain (hors route), cet automne à Hawaï.

De son côté, Catharine Pendrel a été dans une lutte à trois pour la deuxième place avec Kalentieva et Koerber en fin d’épreuve. Même si la Canadienne était beaucoup plus agile dans la boue, cela ne fut pas suffisant.

« Ça me rappelle des souvenirs de la course aux Jeux olympiques (ndlr : où elle avait terminé quatrième de la même façon) », a commenté la championne de la Coupe du monde 2010. « Dans le dernier tour, j’espérais que Koerber ne me rattrape pas. La foule était incroyable, mais dans le dernier tour, je n’étais pas aussi agile dans les sections techniques. Ça reste quand même mon meilleur résultat aux Championnats du monde. »

Premier sacre d’Hermida Ramos, baptême de Gagné chez les seniors
On attendait un duel Nino Schurter (Suisse) et Julien Absalon (France), mais on a eu droit à un duel José Hermida Ramos (Espagne) et Jaroslav Kulhavy (République tchèque). Et c’est le sympathique Espagnol qui s’est imposé avec une avance de 29 secondes devant l’étoile montante du circuit international. Le Sud-Africain Burry Stander (à 1 min 10 s) a complété le podium. Meilleur Canadien, Geoff Kabush (à 3 min 58 s) prend le 8e rang, tandis que Raphaël Gagné, seul Québécois en lice, termine 43e (à 14 min 39 s).

La course est partie sur les chapeaux de roue dans les deux boucles de départ, où le peloton passait dans la périlleuse descente « Béatrice », rendue encore plus glissante par la pluie qui a ponctué l’épreuve. Et c’était sans parler de la congestion provoquée par les participants qui posaient pied au sommet de la descente.

D’ailleurs, Gagné au dû faire du surplace de façon spectaculaire afin que le Néerlandais devant lui finisse de descendre à pied. Quelques secondes plus tard, le Québécois dévalait la section rocailleuse sur son vélo, au grand plaisir de la foule qui a apprécié le spectacle.

« Ce n’était pas l’idéal, mais j’ai géré ça de façon prudente et intelligente. J’ai fait un demi-tour rapide et ensuite, j’ai pris mon rythme de course basé sur cinq tours au lieu de six. Les commissaires sortent les retardataires tôt aux Championnats du monde, alors c’est ce que je devais faire », a commenté l’athlète de Lac-Beauport qui a été ennuyé par des douleurs aux muscles intercostaux, ce qui a limité sa respiration au dernier tour.

Si la pluie a contrecarré les plans de Marie-Hélène Prémont, Gagné, lui, était loin de s’en plaindre, même si elle a cessé à la mi-course.

« Cette pluie était comme une bénédiction pour moi, ce qui rendait le parcours encore plus technique et plus relevé. Ce sont mes premiers mondiaux seniors et je suis super content du résultat. C’était ma plus grosse course à vie et la foule était vraiment quelque chose ! »

Geoff Kabush, était lui aussi satisfait : « Je suis assez content. J’étais environ 15e au début et j’ai donné tout ce que j’avais. C’est mon meilleur résultat cette saison. J’espérais que quelque chose de spécial survienne, mais je ne peux pas me plaindre de finir dans les huit premiers », a soutenu celui qui excelle dans les conditions boueuses et qui avait fini troisième à la Coupe du monde de Mont Sainte-Anne de l’an dernier.

Les finales des épreuves de descente auront lieu dimanche.

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de vélo de Sportcom
2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive