Championnats du monde de vélo de montagne

Antoine Caron : une crevaison dans une course crève-cœur

Francis Morin, meilleur Canadien chez les espoirs

Mont Sainte-Anne, 3 septembre 2010 – Antoine Caron a obtenu le meilleur résultat québécois, vendredi, aux épreuves de cross-country des Championnats du monde de vélo de montagne disputés au Mont Sainte-Anne. Après un lent départ, l’athlète de Stoneham a retrouvé sa place dans les dix premiers, grimpant même jusqu’au septième rang avant de voir ses espoirs entachés par une crevaison survenue au début du dernier tour. Caron a terminé dixième (à 4 min 10 s), tout juste derrière son compatriote Evan McNeely (4 min 07 s).

Le Néerlandais Michiel Van der Heijden a mené la course presque de bout en bout pour s’imposer par près de deux minutes sur son plus proche poursuivant, le Français Julien Trarieux. Julian Schelb, de l’Allemagne, a complété le podium. Jerémy Martin (Boischatel, à 7 min 48 s) et Léandre Bouchard (Alma, à 8 min 15 s) ont respectivement terminé 24e et 28e.

Caron connaissait une très bonne deuxième moitié de course en grugeant les places une à une. Provisoirement septième au début du dernier des cinq tours, l’athlète a été victime d’une crevaison à retardement quelques instants plus tard. Le troisième relayeur canadien du relais de mercredi a dû jouer de prudence durant une dizaine de minutes avant de rejoindre la zone de réparation technique, où on a changé sa roue.

« Mon résultat est pas mal, mais de savoir que j’aurais pu faire un top-5, ça me crève le cœur. Je connaissais vraiment une bonne course… (silence) Ah... c’est comme un mélange d’émotions. Je suis heureux, mais le top-5 était à ma portée. Disons que j’ai été chanceux dans ma malchance, car j’ai pu continuer à rouler », a expliqué celui qui en est à sa dernière année junior.

Fort d’une quatrième place à la Coupe du monde de Val di Sole (Italie), à la fin juillet, Caron savait qu’il avait le potentiel de se frotter aux meilleurs. Toutefois, la course a mal commencé pour lui lorsqu’il a eu de la difficulté à clipper un pied sur une pédale, ce qui l’a relégué en milieu de peloton.

Si le pneu d’Antoine Caron s’est dégonflé, on ne peut pas en dire autant de l’attitude du jeune cycliste. « Je n’ai pas paniqué et j’étais confiant de pouvoir remonter. Par contre, ça m’a fait perdre du temps, car il y a des gars qui ont chuté devant moi, ce qui a causé des bouchons dans le parcours », a poursuivi celui dont les amis, torses nus avec le nom « Caron » peint bien en évidence, l’encourageaient bruyamment le long du parcours.

« Je suis vraiment fier d’Antoine. Il a fait une belle performance avec Evan, ils se sont bien battus. Je crois que c’est du jamais vu d’avoir deux Canadiens dans le top-10, ce qui prouve que notre modèle de développement est sur la bonne voie », a expliqué Ian Hughes, entraîneur de l’équipe du Québec, et qui fait partie de la délégation canadienne à Mont Sainte-Anne. « Nous avons une belle cohorte et présentement les athlètes seniors regardent un peu derrière pour voir ces jeunes qui montent. »

Pour sa part, Léandre Bouchard a terminé la course avec une satisfaction qui n’était pas complète. « J’aurais aimé finir dans les 25 premiers et de terminer 28e, c’est pas mal ce que je valais aujourd’hui (vendredi). Ce n’était pas une excellente performance, mais c’était une bonne performance », a commenté le membre des Cyclones d’Alma, un club qui compte un total de quatre représentants au sein de l’équipe canadienne présente à ces mondiaux.

La Suisse une fois, deux fois, trois fois
À l’épreuve masculine des moins de 23 ans, le Suisse Mathias Flückiger a confirmé son statut de grand favori, pour ne pas dire d’über favori, en remportant l’épreuve espoirs devant ses compatriotes Thomas Litscher (à 30 s) et Patrick Gallati (à 1 min 04 s). Flückiger, habitué à côtoyer les meilleurs seniors aux épreuves de Coupe du monde, a mené la charge de l’équipe suisse qui a classé cinq de ses représentants dans les dix premiers, prouvant une fois de plus que ce pays était la puissance mondiale en cross-country.

Le vainqueur a pris la tête de l’épreuve de façon définitive au troisième des six tours et a su conserver son avance en étant régulier comme une horloge.

Pendant ce temps derrière, les quatre Québécois ont puisé dans leurs réserves pour éviter de tomber sous les 80% du temps du premier et ainsi éviter le couperet des commissaires. Francis Morin (Magog) a été le dernier compétiteur à rallier l’arrivée, terminant ainsi 44e à 15 min 58 s. Simon Lalancette (à un tour, Saguenay) et Sébastien Cadieux-Duval (à deux tours, Prévost) ont terminé 48e et 54e. Félix Côté (Sainte-Adèle) a dû poser pied au deuxième tour après avoir été notamment incommodé par la chaleur.

« Le rythme de course est beaucoup plus élevé qu’en Coupe Canada et cela a joué, surtout au dernier tour, a commenté Morin. Ma stratégie était de partir assez vite pour faire quatre tours et ne pas me faire sortir par les commissaires, sauf qu’après, il y en avait un cinquième et un sixième et cela a fait mal à souhait. Je voulais finir ma course, car les meilleurs de ma catégorie finissent dans les cinq meilleurs en Coupe du monde. »

Morin, qui avait pris part au relais canadien deux jours plus tôt, n’est pas étonné de la domination helvète : « Je ne suis pas surpris, car à ma première année aux Championnats du monde juniors, les trois premiers étaient aussi des Suisses. Peut-être que notre développement est plus tardif, un peu à l’image de Geoff Kabush, qui a commencé à être dominant vers 28-29 ans. Pour ma part, j’ai 21 ans, je suis à l’université et je ne roule pas à plein temps, alors ça ne m’inquiète pas trop », a poursuivi celui qui étudie en marketing à l’Université de Sherbrooke.

Samedi, Marie-Hélène Prémont et Raphaël Gagné seront des épreuves élites féminine et masculin.

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de vélo de Sportcom
2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive