Championnats du monde juniors et U23

Une cinquième place inespérée pour Dasha Gaïazova

Montréal, 31 janvier 2006 – L’épreuve des sprints ne devait être qu’une préparation en vue des autres courses pour la Montréalaise Dasha Gaïazova. Sa préparation semble s’être mieux déroulée que prévu, puisque la fondeuse de 22 ans a terminé cinquième aux championnats du monde pour les moins de 23 ans mardi.

Onzième à l’issue des qualifications, Gaïazova a remporté la finale B disputée à Kranj, en Slovénie, dans des conditions que l’on pourrait qualifier de printanières. Le titre mondial a été remporté par la Norvégienne Guro Ström Solli, tandis que la Russe Valentina Novikova et l’Allemande Nicole Fessel ont respectivement mérité l’argent et le bronze.

« C’est toute une surprise, même pour moi! » a lancé Gaïazova en début d’entrevue à Sportcom. « Je ne m’attendais pas du tout à cela! Il faut croire que les conditions (difficiles) étaient faites pour moi, a-t-elle ajouté en riant. Il faisait cinq degrés Celsius et la neige était extrêmement molle. Vous n’avez pas idée à quel point le rythme était lent. La course n’était que de 900 m, mais je pense que ce sont les 900 mètres les plus lents que j’ai faits de toute ma vie. Je pense que ma technique était à point dans ces conditions, et cela m’a permis de devancer des personnes que je n’aurais jamais cru pouvoir battre en sprint.

« Depuis quelques semaines, cela va très bien pour moi en sprint et dans les autres épreuves en pas de patin. Je dirais même que cela va mieux qu’en classique, qui est pourtant ma spécialité. Je pense que j’ai enfin saisi la bonne technique en pas de patin », a-t-elle mentionné à la blague.

« La veille, j’avais discuté de la course (sprint) avec les entraîneurs de l’équipe canadienne et ils m’avaient suggéré de m’en servir pour faire un entraînement en intensité dans le but de préparer les courses de longue distance prévues plus tard cette semaine. Je voulais donc skier le mieux possible, tout en faisant monter mon rythme cardiaque. En plus de faire cela, je me suis retrouvée en super bonne place au classement! J’essaie de ne pas être trop excitée de mon résultat d’aujourd’hui (mardi) et de me concentrer sur les épreuves qui s’en viennent », a indiqué celle qui prendra part au 10 km classique jeudi et au duathlon de 15 km (7,5 km dans chaque style) samedi.

Gaïazova admet par contre que cette performance n’est pas assez pour lui faire oublier le fait qu’elle ne se soit pas qualifiée pour les Jeux olympiques. « C’est difficile d’être en Europe en ce moment. On voit des anneaux olympiques partout et, à la télé, il y a des annonces des Jeux à toutes les cinq minutes. C’est difficile de penser que je devrai rentrer à Montréal et regarder les Jeux à la télévision », a conclu la fondeuse d’origine russe.

Deux autres Canadiennes ont réussi à atteindre les quarts de finale. Chandra Crawford et Perianne Jones ont respectivement obtenu les 11e et 16e rangs.

Malgré une chute, Harvey obtient son meilleur résultat
Un autre Québécois a connu une bonne journée mardi. Alex Harvey, de Saint-Férréol-les-Neiges, a terminé au 16e rang des sprints chez les juniors (moins de 20 ans). Le fils de l’illustre fondeur et cycliste Pierre Harvey a fait une chute dans sa vague quart de finale, qui l’a privé d’une place en demi-finale un d’un classement parmi les 10 premiers. L’épreuve a été remportée par le Norvégien Petter Northug, tandis que L’Allemand Daniel Heun (argent) et le Russe Anton Smirnov (bronze) l’ont accompagné sur le podium.

« Cela s’est très bien déroulé pour moi en qualification, a indiqué Harvey. Mon objectif était de terminer parmi les 30 premiers pour prendre part aux quarts de finale et j’ai réussi à finir au 16e rang des qualifications. C’était déjà au-delà de mes attentes. En quart de finale, je dois dire que cela a été encore mieux, car j’étais deuxième de ma vague, jusqu’à ma chute au bas de la dernière descente. Cela me prouve que je peux rester avec les meilleurs en sprint », a ajouté l’athlète de 17 ans, qui a effectué une belle progression comparativement à sa 39e place obtenue l’an dernier. Il faut aussi souligner que Harvey a encore deux années d’admissibilité chez les juniors et qu’il était l’un des trois seuls fondeurs nés en 1988 à s’être qualifiés parmi les 30 meilleurs, les autres étant tous nés en 1986 ou 1987. Les autres athlètes nés en 1988 étaient le Canadien Haakon James Lenes (29e) et le Norvégien Sindre Wiig Nordby (26e).

Contrairement à sa compatriote Gaïazova, Harvey n’a pas bénéficié des conditions printanières. « On enfonçait d’environ six pouces dans la neige. C’était comme skier dans du sel aujourd’hui (mardi). J’avais réussi à dépasser deux compétiteurs dans la dernière montée, pour me retrouver deuxième dans la dernière descente, alors que les deux premiers passaient en demi-finale. En bas de cette descente, mon ski a collé dans la neige et je me suis retrouvé à plat ventre sur la piste, comme un chevreuil sur un lac glacé, a-t-il lancé dans un style imagé. Je me suis relevé, mais il était trop tard. Les deux autres gars m’avaient dépassé. »

Frédéric Touchette, de Sainte-Anne-de-Beaupré, a fini au 50e rang parmi les 91 compétiteurs présents.

Ces championnats du monde se poursuivent jusqu’au 5 février.

Rédaction : Christian Jutras


une page mise en ligne par

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net