Coupe du monde

Une première expérience en Coupe du monde pour Dasha Gaïazova

Montréal, 19 octobre 2005 – La Montréalaise Dasha Gaïazova participera à la première Coupe du monde de sa carrière, samedi, dans les rues de Düsseldorf, en Allemagne. Dans les rues? Oui, car les Allemands font les choses en grand depuis les dernières années en organisant un festival de ski de fond en plein centre-ville, où des camions viennent déverser des tonnes de neiges dans les rues.

« Oui, c’est une Coupe du monde, mais l’accent est mis sur le côté spectaculaire. C’est au centre-ville et il y a des milliers de spectateurs. C’est tout un show! La piste ne fait que 700 mètres et il n’y a qu’une petite montée », souligne Gaïazova, qui participera à l’épreuve individuelle de sprint de samedi, ainsi qu’à celle du relais de dimanche en compagnie de Sara Renner.

« Je suis contente parce que ça va être une bonne expérience pour gérer le stress et voir comment je vais réagir. Juste de voir comment ça se passe, ça va m’aider dans ma préparation pour les sélections olympiques de décembre prochain », poursuit la fondeuse qui est âgée de 21 ans.

Même son de cloche du côté de son entraîneur personnel Luc Germain : « Je suis très heureux, mais cela aurait dû être fait depuis l’an dernier au moins », blague celui qui est également l’entraîneur de l’équipe du Québec. « C’est un plus pour elle et ça va lui donner la chance de pouvoir bien se préparer pour les sélections olympiques, surtout en ce qui concerne la préparation mentale. Vivre le stress d’une Coupe du monde, c’est un plus pour la préparation. »

Sélections controversées
Afin d’obtenir son billet pour l’Allemagne, la skieuse d’origine russe a dû participer à une course de sélection en ski à roulettes. En effet, après le désistement de Beckie Scott a fait en sorte que les entraîneurs canadiens et Ski de fond Canada ont dû organiser une épreuve de sélection en peu de temps.

« Quand on nous a proposé un sélection en ski à roulettes, tout le monde pensait que c’était une farce! » s’exclame la Québécoise. Les athlètes ont finalement accepté la proposition des entraîneurs, sauf que l’épreuve de sélection consistait en une montée de 3,5 kilomètres. En temps normal, les parcours des épreuves de sprint sont plats et les distances sont d’environ 1 kilomètre. Certaines athlètes on trouvé cette situation injuste.

Après avoir fait face à une levée de boucliers, Ski de fond Canada a finalement décidé de conserver la sélection de Gaïazova, gagnante de la course, et d’ajouter celle de Chandra Crawford, troisième de l‘épreuve, et qui est vue comme étant la sprinteuse d’avenir au pays.

« C’est dommage cette polémique autour de la sélection, mais mentalement, elle (Gaïazova) était prête. C’est la nouvelle Dasha ! » affirme Luc Germain.

« Ç’a commencé l’année dernière, aux championnats canadiens, où elle a été dominante. Elle l’a ensuite prouvé dans une série de courses aux États-Unis. Dasha n’est pas une sprinteuse qui a de la vitesse pure, mais si on regarde ses résultats, elle réussit toujours à se classer dans les premières parce qu’elle a de l’endurance. Plus il y a de vagues de qualifications, plus elle devient forte », a conclu l’entraîneur, qui ne s’attend toutefois pas à voir son athlète atteindre la ronde finale des 16.

Rédaction : Mathieu Laberge


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
vélo ski de fond plongeon
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive