Championnats du monde

Alex Harvey champion du monde du 50 km style libre

Montréal, 5 mars 2017 – Absent du podium depuis le début des mondiaux, Alex Harvey s’est offert une fin digne d’un conte de fées. Au terme d’une course chaudement disputée, il a été couronné champion du monde du 50 kilomètres style libre, la toute dernière épreuve de la compétition disputée à Lahti, en Finlande.

« C’est formidable! C’est la meilleure course de ma vie, c’est sûr. Je suis vraiment content », s’est exclamé Alex Harvey.

Il a devancé le Russe Sergey Ustiugov en fin de course et a été le premier à franchir l’arrivée en un temps de 1 h 46 min 28,9 s. Le Finlandais Matti Heikkinen (+1,4 seconde) est monté sur la troisième marche du podium.

« Après avoir franchi l’arrivée, j’étais sur un nuage. Je suis encore sur le même nuage, je dirais. C’est un rêve de p’tit cul qui se réalise aujourd’hui, d’être champion du monde. J’aurais pris n’importe quelle épreuve, mais de le faire au 50 kilomètres, c’est vraiment super! C’est notre épreuve marathon en ski de fond, donc c’est énorme », a confié Harvey.

Après les cinq premiers kilomètres, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges s’est installé dans le groupe de tête. La course a par la suite été assez stable. Le Norvégien Martin Johnsrud Sundby a attendu qu’il ne reste que 1,5 kilomètre à faire avant de tenter de se détacher.

« Je voulais vraiment rester prêt pour une attaque. Finalement, elle est venue vraiment tard dans la course. Sundby a décroché à 1,5 kilomètre de la fin pour essayer de casser tout le monde, mais j’étais vraiment dans ses skis et j’avais les jambes pour suivre, donc ç’a bien fonctionné », a raconté le Québécois.

Dans la descente juste avant la ligne d’arrivée, Harvey a usé de stratégie dans une courbe en épingle pour bloquer Ustigov et s’emparer du deuxième rang. Il a ensuite doublé Sundby et a pris la tête à 150 mètres de la fin.

« C’est un peu le plan que j’avais. Je savais qu’il fallait arriver deuxième dans cette courbe-là. J’ai vraiment été capable de la prendre en deuxième position. J’ai ensuite profité de l’aspiration de Sundby pour me donner un peu de vitesse et arriver premier dans les derniers mètres. Ç’a fonctionné et à ce moment-là, je savais que personne n’allait me battre. Je n’allais laisser personne me dépasser dans ce dernier droit. »

La dernière fois que le Canada avait remporté l’or aux Championnats du monde remonte à 2011, quand Harvey et son coéquipier Devon Kershaw avaient été couronnés au sprint par équipe.

Harvey avait annoncé sa forme plus tôt cette semaine, terminant cinquième du skiathlon et sixième au sprint par équipe de style classique. Il espérait cependant toujours se tailler une place sur le podium d’ici la fin de l’événement.

« Je savais que c’était possible de gagner, mais tellement d’éléments doivent être réunis pour que ça arrive que je ne pouvais pas m’y attendre. C’est la première fois de ma carrière que je gagne un 50 kilomètres. C’est incroyable », a dit le fondeur.

En 2015, Harvey était monté à deux reprises sur le podium des mondiaux, à Falun, en Suède. Il avait remporté l’argent au sprint et le bronze au skiathlon. La médaille du 50 kilomètres lui avait cependant glissé des mains en fin de course. Il s’était finalement classé cinquième de l’épreuve.

Maintenant que les Championnats du monde de Lahti sont terminés, les meilleurs fondeurs au monde mettent le cap sur Québec pour les finales de la Coupe du monde. Alex Harvey aura l’occasion de montrer sa médaille dorée à son entourage.

« L’an passé, durant le Tour de ski du Canada, il y avait vraiment beaucoup de monde et de super belles foules. J’espère que ce sera aussi populaire cette année, sinon plus. On devrait entendre parler de ski de fond cette semaine dans les médias, alors j’imagine que ça va peut-être mousser l’intérêt », a conclu le champion du jour.

Les finales de la Coupe du monde de ski de fond se dérouleront du 17 au 19 mars, sur les Plaines d’Abraham, à Québec.

Rédaction : Alexandra Piché

TOUTES les nouvelles de ski de fond de Sportcom
2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011
2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive