Ski Tour Canada

La fierté d’un père et d’un entraîneur

Québec, 4 mars 2016 – La fierté sans pavoiser. Rencontré quelques instants avant la cérémonie protocolaire de la troisième étape du Ski Tour Canada, Pierre Harvey connaissait bien le chemin par où était passé son fils Alex au cours de la dernière saison.

Soudainement, les résultats qui n’avaient pas toujours été à la hauteur des attentes de l’athlète ont fait place à un sentiment de satisfaction.

« C’est extraordinaire! Il a eu une saison un peu difficile et de bien performer comme ça devant les siens, ça va le motiver au maximum pour la fin du Tour », a expliqué le multiple olympien, visiblement ému.

« Le Tour, il a pris ça au sérieux et il est allé se préparer dans l’Ouest à 1500 mètres d’altitude. Une fois qu’il sera aux courses dans les Rocheuses, il aura encore plus de jus que les autres aux trois courses de distance. Finir la saison sur une bonne note, ça aide beaucoup », poursuit celui qui n’a jamais eu la chance de participer à une Coupe du monde sur ses terres.

Pierre Harvey a craint le pire au cours de la dernière campagne. « Il a eu des hauts et des bas. Pendant le Tour de ski, il y avait des moments où je me demandais s’il appellerait pour demander de revenir à la maison. Quand tu finis sur une bonne note, l’entraînement est pas mal plus facile pendant l’été et tu ne te poses pas des questions à savoir si tu es encore bon. »

L’entraîneur d’Alex Harvey, Louis Bouchard, voit en cette deuxième place un scénario idéal pour son protégé.

« Ça fait du bien en tabarnouche! Avec la saison en dents de scie qu’il a eue, le timing est parfait à Québec et ça fait vraiment du bien! C’est incroyable! » a-t-il lancé alors qu’il recevait les félicitations d’un entraîneur norvégien.

Bouchard a surtout aimé voir Harvey skier de façon détendue alors que la pression sur son protégé était aussi forte qu’à des Championnats du monde étant donné qu’il skiait dans sa ville natale.

« Tous les mondiaux qu’il a faits, des rangs juniors à seniors, il a fait un podium à chaque fois. C’est là qu’il a la plus grosse pression et qu’il réagit vraiment bien. »

En ce beau vendredi d’hiver dans la Vieille Capitale, les problèmes de fartage de l’équipe canadienne était oubliés. Les techniciens étaient tout sourire et ont reçu des félicitations et accolades des entraîneurs.

« Peu importe ce qui arrive après aujourd’hui, je suis déjà satisfait. C’est un beau podium ! » a conclu l’entraîneur.

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de ski de fond de Sportcom
2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive