Coupe du monde

L’altitude : un adversaire de taille pour Alex Harvey

Montréal, 12 décembre 2015 – Les hauteurs n’ont jamais été la force d’Alex Harvey, il en convient. C’est pourquoi sa 22e place à l’épreuve de style libre de 30 kilomètres comptant pour la Coupe du monde de ski de fond, présentée à 1600 mètres d’altitude, à Davos en Suisse, est plutôt satisfaisante.

« Pendant la course, j’avais de la difficulté. J’étais bloqué à une seule vitesse et je ne pouvais pas pousser de la même façon que je le fais dans une course normale », a indiqué l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges.

Cette vitesse unique a permis au fondeur québécois de franchir l’arrivée en un temps de 1 h 08 min 27,6 s, soit 1 minute 59,7 secondes de plus que le grand gagnant, le Norvégien Martin Johnsrud Sundby. Le Français Maurice Manificat (1 h 06 min 48,6 s) et le Norvégien Anders Gloeerson (1 h 06 min 56,5 s) ont complété le podium.

L’Ontarien Devon Kershaw (20e), les Albertains Ivan Babikov (36e) et Graeme Killick (46e), ainsi que Michael Somppi (68e), de l’Ontario, ont aussi pris le départ de l’épreuve.

Même si son résultat n’est pas celui dont il aurait rêvé, ça reste le meilleur classement d’Harvey sur ce parcours. « C’est la première fois que je figure dans les 30 premiers en style libre à Davos. C’est du positif, même si un 22e rang n’est pas excellent », a-t-il commenté.

Il tente chaque année d’améliorer sa tolérance à l’altitude, mais c’est une longue bataille sans fin. « J’ai pas mal redouté l’altitude tout au long de ma carrière. C’est un élément que je travaille beaucoup à l’entraînement. L’été dernier, les trois camps que nous avons faits étaient en altitude. Je vois de petites améliorations, quelques rangs, mais c’est dur de changer complètement ma physiologie. »

« Les Norvégiens et les Français ont été très forts aujourd’hui. Ils s’entrainent toujours en altitude, ils sont même nés en altitude, donc c’est un bon endroit pour eux. »

Le week-end n’est pas terminé pour le Québécois. Il sera en action au sprint dimanche. « Je verrai l’énergie que j’ai demain. Après un 30 kilomètres, ce n’est pas évident et les meilleurs sprinteurs n’étaient pas là aujourd’hui, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver ! C’est une épreuve très courte et remplie de surprises. »

Rédaction : Alexandra Piché

TOUTES les nouvelles de ski de fond de Sportcom
2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive