Saison 2012-2013

Les grands rendez-vous d’Alex Harvey

Montréal, 21 novembre 2012 – Championnats du monde, deux Coupes du monde disputées à Québec, Tour de ski, épreuves tests à Sotchi, ce ne sont pas les grands rendez-vous qui manquent cette saison pour les meilleurs fondeurs de la planète en cette année pré-olympique. Et parmi toutes ces épreuves, Alex Harvey a fait ses choix.

« Dans l’ordre, mes objectifs seront les Championnats du monde et les Coupes du monde de Québec et Canmore », explique-t-il, quelques jours à l’aube de la nouvelle saison de Coupe du monde qui se mettra en branle samedi, à Gällivare, en Suède.

Un peu moins de deux semaines plus tard, le circuit se déplacera dans la Vieille Capitale pour la présentation de deux courses en style libre devant le Parlement, soit le sprint et le sprint par équipe.

« J’ai vraiment hâte! Des amis pourront me voir en action pour une première fois. Je ne m’attends pas à être au sommet de ma forme étant donné que les Championnats du monde auront lieu à la fin février, mais il y aura moyen d’obtenir un bon résultat », soutient celui qui sera assurément le favori de la foule et qui devrait être rejoint par d’autres athlètes québécois qui tenteront de se qualifier au cours des prochaines semaines.

La seule ombre au tableau des épreuves canadiennes est le forfait de grosses pointures comme le Suisse Dario Cologna et le Norvégien Petter Northug, qui préfèrent se concentrer sur le prochain Tour de ski.

Une croix sur le classement général du Tour de ski
Harvey sera lui aussi du Tour de ski, sauf que ses objectifs seront revus à la baisse comparativement aux années précédentes. En fait, il ne prévoit même pas le terminer.

« Nous repartirons en Europe le lendemain de la dernière course à Canmore. Avec le décalage horaire, ce ne sera pas la préparation idéale pour le Tour. De toute façon, je ne prévois pas faire la dernière étape du Tour. »

On se souviendra qu’à l’épreuve de l’an dernier, l’athlète de 24 ans avait peiné dans l’ascension de l’Alpe Cermis, une abrupte montée de 3,7 kilomètres. Sixième à prendre le départ de l’étape disputée en format poursuite, il avait conclu l’étape et le Tour au 12e rang. Ennuyé par une mauvaise circulation sanguine à une jambe, le Québécois a passé une batterie de tests le printemps dernier pour trouver une façon de régler de ce problème. Sans succès.

« Je ne suis pas capable de faire cette côte à fond. J’ai rencontré plusieurs spécialistes, dont ma mère, et le verdict est que dans cette montée, les psoas travaillent trop et ils viennent compresser l’artère à cause de l’angle du haut du corps et des jambes. C’est juste cette montée qui me cause des problèmes. »

Un titre mondial à défendre
La montée du parcours de Val di Fiemme, site des prochains Championnats du monde, ne causera toutefois pas de problème à Harvey. La preuve, il avait pris le deuxième rang de la septième étape du dernier Tour de ski qui avait été disputée à cet endroit.

À la fin février, l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges et Devon Kershaw tenteront de défendre leur titre mondial au sprint par équipe qu’ils avaient décroché il y a deux ans, à Oslo, après avoir fait la barbe aux Norvégiens.

« C’est un parcours qui me convient bien. Il est très difficile, sauf qu’il y a des sections de récupération. Si j’arrive là en bonne forme, il y aura des chances de médaille à presque chaque compétition. Depuis les Jeux olympiques de Vancouver, nous faisons partie d’un groupe sélect qui peut prétendre au podium. En ce moment, les trois meilleurs au monde sont Petter Northug, Dario Cologna et Marcus Hellner (Suède). Après, nous sommes une quinzaine de gars, dont des Canadiens, à les talonner. »

Les Canadiens ont effectivement connu une remarquable saison l’an dernier. Kershaw est monté cinq fois sur le podium, incluant deux victoires, en plus d’une quatrième place au classement général du Tour de ski. Harvey a remporté le prologue de la Finale de la Coupe du monde et a terminé troisième au skiathlon de Lahti, tandis que le nouveau venu, Lenny Valjas, a terminé la saison en force en obtenant l’argent au sprint classique de Drammen, en Norvège.

Selon Harvey, ces résultats ont un impact positif sur l’esprit d’équipe. « Nous avons vraiment du fun! Entre les athlètes, ça va vraiment bien et nous sommes plus que des coéquipiers : nous sommes de bons amis », a commenté le Québécois qui revenait justement d’une sortie au cinéma avec ses coéquipiers au moment de l’entrevue.

« Notre routine des camps d’entraînement est la même depuis quelques années. Nous connaissons les sites et les hôtels, alors nous nous sentons presque comme à la maison. Sur la route, nous pouvons parler d’autres choses que de l’entraînement. L’ambiance est très positive. Si les quatre gars peuvent bien skier au relais dimanche, nous pourrions surprendre, » a-t-il conclu.

Rédaction : Mathieu Laberge

TOUTES les nouvelles de ski de fond de Sportcom
2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002


page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive