11 juillet 2000

Bilan d'une démarche olympique infructueuse

Éric Tourville : « Je n'ai que moi-même à blâmer »

Éric Tourville a connu une immense déception lors de la Coupe du monde de vélo de montagne au mont Sainte-Anne, le premier week-end de juillet. «Quand tu connais ta pire course de l'été devant des milliers de personnes qui crient ton nom à chaque virage, t'as juste le goût d'aller te cacher sous une table !»

Des articles de Martin Smith

Aux deux tiers d'une année sabbatique qu'il a prise de sa résidence en médecine, le champion canadien en titre a vu ses derniers minces espoirs de qualification olympique disparaître en même temps que se brisait le ressort de son dérailleur. Résultat : une 48e place à des années-lumière du standard des Top 16 !

«Bien sûr que j'ai connu des ennuis mécaniques, mais en fait, je n'ai que moi-même à blâmer car je ne serais pas parvenu à finir parmi les seize premiers même avec un vélo en parfait état», a soutenu Tourville après avoir mis un peu de baume sur ses plaies avec un 29e rang à la Coupe du monde de Canmore, dimanche.

«J'ai progressé d'un bon 10 % au cours de la dernière année, mais des rivaux canadiens comme Ryder Hesjedal, Roland Green et Geoff Kabush se sont améliorés de 30 % à 40 % pendant la même période, a-t-il ajouté. Ils sont donc parvenus à se préqualifier, mais pas moi.»

Trop... de tout !
Avec un peu de recul, Tourville croit en avoir trop fait. Trop de voyages : long séjour en Australie pendant l'hiver, compétitions en Europe au début de l'été, entre autres. Trop de compétitions : 39 jusqu'à présent, cette année. Trop de malchance, avec une blessure idiote à un genou au Mexique, et pas assez de chance puisqu'il n'a pas connu une année où «çà débloque sans qu'on puisse vraiment expliquer pourquoi», a-t-il mentionné.

Sacrifices et... déception
Ne pas participer aux Jeux olympiques demeure une cruelle déception étant donné les nombreux sacrifices qu'il s'est imposés pour y parvenir, mais le cycliste de 26 ans affirme qu'il recommencerait même en sachant d'avance que le dénouement serait un échec.

«J'ai quand même atteint quelques objectifs importants comme de signer ma meilleure performance à vie aux Mondiaux et en Coupe du monde, a-t-il indiqué. Et puis, il me reste encore le championnat canadien à Camp Fortune, dans dix jours. Je vais tout donner pour défendre mon titre national ...»


page mise en ligne par SVP

Guy Maguire, webmestre, info@veloptimum.net
Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

veloptimum.net