Les dimanches se suivent et ne se ressemblent pas

Daniel FERTIN

Dimanche dernier, sous un soleil revenu, Simon Lambert-Lemay n'avait pas terminé sa course de rentrée en Belgique entre Bruxelles et Opwijck. Il n'avait pas trop le moral et se demandait ce qu'il allait devenir sur le sol européen.

Depuis une semaine le temps n'est plus des plus printaniers en Belgique. Mercredi dernier pourtant, en Wallonie, entre Frameries et Dour, Simon s'alignait au départ d'une épreuve servant de course d'attente au Samyn. Il était au départ avec un seul équipier de la Davo. Un départ sous la pluie et le froid, sans massage, sans application de crème chauffante. Dans ces conditions il prenait tout de même un bon départ, passant la première bosse pavée avec les meilleurs. Malheureusement pour lui, une crevaison dès le sommet de la bosse vient faire envoler tous ses espoirs. Sans assistance, il doit attendre de longues minutes dans le froid pour être dépanné. Il repart mais est transi de froid. Il abandonne, complètement frigorifié, dès le premier passage sur la ligne. « Ma pire journée depuis que je cours icitte » nous narre le coureur de Longueuil.

Ce dimanche le temps n'a pas changé, à part le vent qui s'est invité entre Bruxelles et Zepperen. Le vent provoque des bordures. Simon veille, il réussit à garder sa place. L'équipe Beveren (la réserve de Quick Step) réussit finalement à mettre tout le monde dans le vent. Pourtant bien placé depuis le départ, il est maintenant dans un second groupe qui attend un changement de direction (donc de vent) pour revenir sur les échappées.

Alors que le peloton est enfin reformé, une nouvelle échappée se forme avec Kris Boeckmans, un équipier Davo Lotto Davitamon. Cette fois c'est Beveren qui doit rouler pour revenir. Le peloton se regroupe et sur les circuits finaux il rattrape même des attardés qui sont arrêtés par les commissaires. Cela roule très vite. Un petit groupe se reforme, vite repris par le peloton. Cela repart de nouveau, la course est très rapide quand un petit groupe se fait finalement la belle à quelques coups de pédales de la ligne. « J'avais les jambes mais je me suis fait piéger par manque d'attention » conclue Simon, avant de nous donner rendez-vous le 22 mars à Mol. Quatorzième, il termine second du sprint du peloton, les dimanches se suivent mais ne se ressemblent pas, heureusement...

D'ici là il va continuer à s'entraîner et à participer à quelques kermesses qui font la force et la popularité du cyclisme en Belgique.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?