Très bon travail d'équipe pour Simon Lambert-Lemay dans le Hainaut

Daniel FERTIN

Les places d'un coureur dans les profondeurs d'un classement ne donnent pas toujours un excellent reflet de la course. Il en est ainsi pour Simon Lambert Lemay exilé dans les « etc. » du très récent triptyque des monts et châteaux, une très belle épreuve 2.2 disputée dans le Hainaut.

Dès le départ l'équipe avait la pression car l'an passé un ancien de chez Davo Lotto Davitamon, et maintenant professionnel, l'avait emporté en 2008. De plus la première étape, celle du vendredi, était partie très très vite. Devant, Kris Boeckmans représentait l'équipe dans « une échappée qui faisait le yoyo » selon Simon Lambert-Lemay, 1 min 15 sec, puis 15 sec, à nouveau 45 sec... Dans le peloton Simon, aidé d'Adam Blyte, veillaient au grain. Finalement les fuyards auront gain de cause, Kris Boeckmans prenant la seconde place. 14 secondes plus tard dans le peloton arrive Simon qui s'est relevé quand il a entendu le bruit d'une chute.

Le lendemain, c'est l'épreuve de vérité contre-la-montre et l'on sait que Simon n'a jamais été un grand spécialiste en ce domaine. « L'après-midi c'était attaque sur attaque entre Frasnes et Soignies. Avec d'autres équipiers nous étions devant pour travailler pour l'équipe et nos sprinters » continue Simon tout heureux de nous rappeler que son travail a fini par payer avec la victoire de Kris Boeckmans et la seconde place d'Adam Blyte. Pourtant, à 2 bornes de la ligne, il s'est relevé. « C'était la guerre, j'ai eu un peu la chienne ». Dans ce final d'ailleurs un grand nombre de chutes ont été évitées de justesse.

Avant la dernière étape, avec la traditionnelle ascension à plusieurs reprise du seul col de la Belgique, la Croix de Jubaru, Kris Boeckmans était à deux secondes du maillot jaune. Sur le papier la tactique était donc simple : prendre les bonifications au km 113, 130 et à l'arrivée à Tournai. D'un seul coup l'équipe est piégée, le maillot s'est enfui aux alentours du centième kilomètres. Tom David et Simon sont appelés devant pour faire échouer l'échappée. A deux le travail est titanesque, Kurt Van de Wouwer appelle toute l'équipe à la rescousse, l'alerte a été chaude, le maillot jaune ne prend aucune bonification, tout se jouera donc sur la ligne en pavés au pied de la cathédrale de Tournai.

Kris Boeckmans, sprinter mais pas grimpeur, est parfois lâché dans les montées successives, à chaque fois Tom ou Simon le replace dans le peloton. Pourtant plusieurs fois le coureur de Longueuil s'était fait piéger dans un second, voire troisième groupe au fil des montées successives. Afin d'aider son chef de file, Simon a eu à chaque fois la force et le courage de revenir en profitant pour remonter des bidons à son leader. La dernière montée aura été cependant trop longue de 200 mètres pour Simon qui, son travail de leader accompli, n'a plus qu'à rejoindre l'arrivée pour apprendre que Kris Boeckmans, en prenant les bonifications de la troisième place qui lui permettent de s'emparer du maillot jaune, et du maillot vert définitivement.

Davo Lotto Davitamon l'emporte donc comme en 2008, une victoire belge avec un petit accent de la Belle Province.

Au programme de Simon maintenant... une quinzaine de jours de repos, mais attention en cyclisme cela ne veut pas dire sans rouler...


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?