« On s'en va au Tour du Missouri
pour être sur le podium » - Josée Larocque

propos recueillis par Daniel FERTIN

Q : Une participation au Tour du Missouri, cela doit être une des grandes dates du calendrier Planet Energy ?
JL : Oui, principalement car notre commanditaire Spider Tech est 100% derrière nous pour ce Tour. Notre participation au Tour du Missouri sera aussi la chance pour Planet Energy de se faire remarquer et de s’aligner aux côtés d’équipes du Pro Tour, un an jour pour jour avant les deux épreuves du Pro Tour de Montréal et Québec, auxquelles nous participerons. Ce sera une bonne occasion de performer et pouvoir obtenir une place pour participer au Tour de Californie au printemps prochain, également organisé par le même promoteur – Medalist Sports.

Par contre, il ne faut pas oublier qu’il y a une autre épreuve UCI en sol nord-américain le week-end du 11 au 13 septembre, le Grand Prix Univest, à laquelle 6 coureurs de l’équipe participeront. Il est difficile d’avoir des épreuves sanctionnées UCI en Amérique du Nord, donc il est très important pour notre équipe de bien courir là-bas.

Q : Quelles seront les ambitions de l'équipe sur ce Tour ?
JL : Placement sur le podium et même de gagner une étape.

Q : En Europe, que cela soit sur le Giro, la Vuelta ou le Tour, on a l'habitude de voir les équipes invitées faire le spectacle et justifier leur place. Irez-vous dans ce sens avec des coureurs verts dans chaque échappée ?
JL : On tentera d’utiliser notre énergie en accord avec la course. Les meilleurs coureurs suivent la course avec intelligence et partent en échappée pour gagner et non pour passer à la télé. On va rouler en vainqueur, car sinon jamais on n'atteindra les résultats désirés.

Q : Sinon, un leader sera-t-il protégé ?
JL : La plupart des étapes du Tour du Missouri se terminent au sprint et nous avons quelques excellents sprinters dans l’équipe. Si l’un de nos coureurs se démarque au classement général, nous le protégerons.

Q : Quelques grandes équipes du Pro-Tour seront au départ, effraient-elles les coureurs de Planet Energy ?
JL : Oui et non. Oui c’est toujours un peu impressionnant de rivaliser contres des Contador et Cavendish qui ont dominé Le Tour. Mais, à la fois non, car certain de nos coureurs ont déjà fait face à ces coureurs ProTour et se sont très bien positionnés. Keven Lacombe a terminé 3e devant Cavendish lors d’une étape du Tour de Missouri l’an dernier tandis que Andrew Randell y a terminé 8e au classement général en 2007.

Q : À quelques jours du départ, peut-on déjà avoir une idée de la composition de l'équipe ? Des Québécois ?
JL : C’est difficile pour nous de devoir choisir parmi nos 14 coureurs car il y en a qui seront déçus, forcément. On se doit de faire une sélection sévère. Comme mentionné plutôt, notre participation au Tour du Missouri est un point tournant pour nous et nous avons des enjeux importants. Courir contre des équipes Pro Tour ce n’est pas comme courir une épreuve NRC ou même UCI auxquelles nous sommes habitués en Amérique du Nord. C’est une autre « game ». On ne le réalise pas jusqu’au moment d’y participer et de devoir se battre du début jusqu’à la fin pour sa place, parce que le peloton est sectionné en 5 car les Pro Tour viennent d’ouvrir la machine pour rattraper l’échappée, et qu’on est sur le bord de se faire lâcher à la première étape, en se demandant si on fera le « time cut »… Donc au départ du Tour on s’enligne avec Martin Gilbert, Ryan Roth, François Parisien, Andrew Randell, Keven Lacombe, Bruno Langlois, Éric Boily, malade sera remplacé par Charly Vivès, et Guillaume Boivin.

Q : Pour ce Tour, comment les coureurs se sont-ils préparés ?
JL : Pour la sélection nous avons organisé un petit camp d’entraînement suivant la finale des Mardis cyclistes de Lachine, en terminant avec le GP de St-Basile. Pour la finale à Lachine tous devaient démontrer leur travail d’équipe et se mettre à la tâche pour conserver la première place de Martin Gilbert et de briser le record, ce qui fût réalisé largement (sans le titre). Puis durant trois jours à Bromont on a travaillé le contre-la-montre individuel, les « lead-out » après efforts, les échelons, mais principalement le travail d’équipe. Puis au Grand Prix de St-Basile ils devaient tous courir du début jusqu’à la fin, chacun pour soi, en tirer le maximum d’effort et gagner. Dimanche dernier nous avons remporté l’épreuve Chris Thater dans l’état de New York avec les 8 coureurs sélectionnés pour le Tour du Missouri. Le leadout de Gilbert et Boivin pour Lacombe a porté fruit en passant Lucas-Sebastian Haedo (Colavita). Puis l’équipe s’est entraînée toute la semaine dans la région de Niagara.

Q : Quels sont les hommes en fort dans l'équipe ?
JL : On compte sur Keven pour les sprints de fin de course. S’il y a un « GC split » et qu'un groupe de coureurs solides partent en échappée, on veut que Parisien et Roth y soient présents vu leur force au contre-la-montre. Cela étant dit, on attend de voir comment notre stagiaire Guillaume Boivin se comportera à ce niveau.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?