photo : Daniel Fertin

Simon Lambert-Lemay, pas abattu veut rebondir

Daniel FERTIN

La première course 2009 de Simon Lambert-Lemay ne restera pas dans les meilleurs souvenirs du coureur de Longueuil. Pour cette épreuve espoirs, une inter-clubs, tout le gratin belge des moins de 23 ans était réuni à Meise, la ville où réside Eddy Merckx. Il y avait là 18 équipes du Royaume, dont certaines du calibre continentale (Josan Mercédes ou Profel), une équipe française (Eseg Douai et une néerlandaise B & E).

Pour beaucoup de ces jeunes il y avait un petit goût de rentrée scolaire après une trop longue période de vacances. Beaucoup s'étaient pourtant affrontés durant l'hiver sur le circuit belge des cyclo-cross, ce qui n'est pas le cas de notre québécois qui tint le choc jusqu'à l'amorce des 4 boucles finales sur le circuit de 6 kilomètres tracés autour d'Opwijk, dans la proche banlieue de Bruxelles.

Simon, lui, ne s'était préparé que lors de ses périodes d'entraînement en Caroline et à l'occasion du stage de Benidorm en Espagne, dès son retour en Europe. Cette semaine il avait roulé derrière moto mais il manque surtout de fond en ce début de saison. Dans ces conditions il est sûr qu'il ne put que subir la course.


Assis aux côtés de son directeur sportif Kurt Van De Wouver,
Simon semble très concentré en début de la réunion d’équipe
photo : Daniel Fertin

Très déçu, il déclarait une fois rhabillé, « j'ai été tellement surpris par le rythme très élevé, on est monté à 63 km/h sur le plat ». Effectivement, avant de revenir sur les circuits locaux, la course passait par quelques bosses et quelques secteurs pavés ce qui avait pour effet de durcir la course. C'est d'ailleurs que, pris dans une chûte, juste à l'entrée d'Opwijck, qu'il décida de mettre la flèche. p « Quelle différence avec l'an passé chez les juniors, j'ai tenu 130 bornes mais durant les deux premières heures j'étais toujours à plus de 185 puls ! » constatait-il en ajoutant « cela faisait longtemps que je n'avais pas été aussi loin dans la douleur ».


Roy Jans et Simon Lambert Lemay, les deux premiers du Tour de Condroz 2008
maintenant réunis au sein de la même équipe.
photo : Daniel Fertin

Réaliste tout de même sur sa contre performance, il est maintenant conscient qu'il va devoir continuer à apprendre le dur métier qu'il a choisi. « C'est ici que cela se passe » concluait-il alors qu'un de ses dirigeants lui proposait de s'aligner sur des kermesses pour poursuivre son apprentissage plutôt que sur la classique Bruxelles Zepperen de dimanche prochain. On se souvient aussi qu'en 2008, et Simon en est également conscient, il lui avait fallu 4 ou 5 courses pour s'adapter aux exigences des courses européennes.

Simon prendra sa décision cette semaine, mais malgré la déconvenue il veut continuer son apprentissage même si cela va être dur et long au pays où le cyclisme est roi.

Il est intéressant de noter que j'ai appris, auprès de l'équipe Prédictor Lotto VC Ardennes (un autre club de la pyramide Lotto comme Davo Lotto Davitamon), que Guillaume Boivin allait revenir au sein de la formation wallonne dès le 10 mars prochain. De même source, William Goodfellow serait lui aussi du voyage, pour rejoindre cette réserve de l'équipe Pro-Tour Silence Lotto.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?