Selon Guillaume Boivin, les meilleurs sortiront du Tour de l´Avenir

Daniel FERTIN

Quelques minutes après la fin du meeting dans lequel l'entraîneur national donnait ses derniers conseils, Véloptimum a réussi à entrer en contact avec Vincent Jourdain.

Il nous indique que l'état d'esprit au sein de l'équipe à la feuille d'érable est au beau-fixe après la bonne dixième place de David Veilleux lors du chrono U23. « Il est très motivé pour sa dernière année dans cette catégorie » nous annonce celui qui a sélectionné trois Québécois au sein de sa formation. Pourtant, immédiatement après, il nuance ses propos en nous parlant du parcours. « Il faut rester réaliste, le tracé est très difficile ». Pour l'entraîneur la première partie de la course sera très importante, il faudra penser à bien se positionner, à bien se nourrir pour penser rester avec les meilleurs qui selon Guillaume Boivin sortent du récent Tour de l'Avenir.

Il n'y aura pas de leader désigné dans l'équipe, chacun aura sa chance en fonction de l'évolution de la compétition pourtant « il serait bien de se préserver pour avoir le maximum de gars dans le dernier coup » continue l'ancien Président du centre national de cyclisme de Bromont, en souhaitant ainsi que David Veilleux soit épaulé le plus loin possible.


David Veilleux au Tour de Beauce 2009
photo : Daniel Fertin

David Boily, le petit jeune de la gang et récent 6ème au général du GP Univest, grimpe bien selon Vincent Jourdain mais malheureusement, comme les autres de sa formation, il n'a pas bénéficié de la préparation idéale. « Il aurait été intéressant de venir en Europe avec les espoirs mais nous ne disposons malheureusement pas du budget » regrette-t-il, en nous indiquant qu'il est prêt à travailler en profondeur pour former les meilleurs éléments du pays à rivaliser efficacement dans les différents pelotons mondiaux.

Guillaume Boivin n'a pas attendu les programmes nationaux pour se frotter aux coursiers européens et ses sacrifices commencent à payer. Lui, comme d'autres, ont financé eux mêmes leurs voyages outre-Atlantique en n'hésitant pas de se couper de leur famille et de leurs amis. Vincent Jourdain admet bien volontiers qu'une base en Europe permettrait aux coureurs canadiens de se retrouver et de parler du pays, qu'importe la langue. « Un peu comme le font les Australiens du côté de Varese en Italie, car je suis persuadé que ceux qui veulent percer dans notre sport doivent venir en Europe même si les cyclismes nord-américain et européen sont complémentaires ».


Guillaume Boivin au Tour de Beauce 2009
photo : Daniel Fertin

En attendant, Guillaume Boivin reconnaît que cela se jouera à la pédale sur un parcours tout à fait différent de celui de Saint-Georges où il avait conquis son titre de champion national. Une échappée dès le départ ? « Non, ça ne sera pas possible, les gars qui reviennent du Tour de l'Avenir seront les grands favoris, ils vont peser sur la course » de conclure le stagiaire de Planet Energy. Alors à quand un retour d'une sélection canadienne au Tour de l'Avenir ?


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?