Martin Gilbert signant des autographes avant le départ d'une étape
photo : Daniel Fertin

Bilan des Québécois en Beauce

Daniel FERTIN

Trois seules Québécois ont fini le 24ème Tour de Beauce mais ce seul constat ne résume pas à lui seul, comme le font certains, à l'analyse mathématique des classements. Déjà, si les décisions des commissaires avaient été comprises par tous, c'est certainement 6 autres coureurs qui auraient eu leurs noms inscrits au palmarès.

Charles Dionne (Fly V Australia) aura marqué la fin de l'épreuve de Denis Lévesque et Francis Rancourt en animant le critérium, battu simplement par un sprinter australien habitué à ces vitesses sur les routes de sa lointaine île, tout comme ses illustres compères que sont Stuart O'Grady ou Robbie Mc Ewen, ou encore le très prometteur Wesley Sulzberger de la Française des Jeux et frère de Berbard vainqueur ici en Beauce de la dernière étape.

Peut-être vexé, certainement déçu, il n'y avait qu'à voir son expression sur le podium protocolaire. Le Québécois allait tout faire ensuite pour se venger dès le lendemain. Vengeance il y eut et il était agréable de voi la joie du papa retrouvant sa petite fille sur le trottoir devant la terrasse d'un café où les consommateurs se demandaient ce qu'il se passait devant eux. Charles était là, trempé de sueur, reprenant difficilement sa respiration et surtout répétant sans cesse à sa petite fille « Papa il a gagné ! ». Cette joie était à l'inverse du calme de son père qui recevait à quelques mètres de là les félicitations de tous ses amis et de la famille toute entière venue voir gagner le champion sur les routes de ses premières courses. Maintenant bien lancé, l'ancien de la Saunier-Duval repassait à l'action dès le lendemain sur les routes de la dernière étape en étant présent souvent à l'avant et où, dans les ultimes kilomètres, il protégea efficacement la fuite d'un groupe de deux où Bernard Sulzberger allait aligner la deuxième victoire consécutive pour une équipe qui commence à se poser des interrogations quant à son avenir. En terminant 4ème, Charles a aussi participé à la victoire finale au classement par équipes.


Le père de Charles Dionne recevait les félicitations de tous ses amis
et de la famille toute entière venue voir gagner le champion
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.

Une autre grosse satisfaction, peut-être pas assez remarquée car l'homme est discret et ne se met pas à l'avant. La performance de Raphaël Gagné au sommet du Mont Mégantic, alors qu'il n'était pas le leader désigné le matin, donne une idée des capacités de l'homme qui nous vient du vélo de montagne où cela grimpe aussi. Premier « fleur de lys » au sommet, il est ensuite encore, mais c'est son habitude, resté discret mais a finalement bouclé le dernier tour pour faire partie des 37 qui resteront dans l'histoire de l'édition 2009. Aurait-il, sur les rives de la Chaudière, une autre orientation à donner à sa carrière, il nous a mis l'au à la bouche et peut-être le reverrons-nous à nouveau sur la route.

Le troisième à avoir bouclé les 6 étapes est Aaroussen Laflamme de chez Garneau. On ne sait pas grand chose de lui, il est revenu dans son Québec natal après un séjour en Californie où il a perfectionné ses études de chiropractie. Le retour près de ces bases sera certainement pour lui un nouveau départ dans sa carrière.

Tous les autres Québécois ont mis la flèche. Beaucoup ont bâché ou ont été arrêtés par des commissaires un peu trop stricts, mais répétons le, tous ont marqué à leur manière cette épreuve. Prenons l'exemple de David Veilleux qui, à la veille du contre-la-montre, dont c'est la spécialiste, s'est immiscé dans des groupes d'échappée sur la route de Mégantic bien que ce jour là ce soit bien François Parisien qui avait fait voeu de faire « péter la barraque » . Le coureur de Repentigny, qui comme la plupart de ces coéquipiers revenaient de Philadelphie avec des intentions aussi égales que celles de l'an passé où il effectuait sa 3ème course chez Steve Bauer. En vue les premiers jours et surtout sur les approches de Mégantic, François doit maintenant comprendre ce qui ne va pas et dès son retour sur Montéal il doit consulter pour savoir. Pour les autres Planet Energy, en l'absence de grimpeurs, l'objectif était la victoire d'étape, mais on peut être certain que la formation ontarienne (à très forte consonance québécoise) sera présente sur ces mêmes routes beauceronnes pour les Canadiens prochainement.

Terminos maintenant par la sélection québécoise, dirigée par Mathieu Thoulouse, un Québécois qui est monté sur le podium grâce à sa superbe victoire lors du critérium des Directeurs Sportifs disputé sur 3 tours en marge du critérium. La formation était jeune et hétérogène, certains venaient de leurs équipes, d'autres de la Coupe des Nations au Saguenay mais le maillot bleu n'a jamais été oublié des communiqués. Les deux « Belges » Guillaume Boivin et Simon Lambert-Lemay ont tenté quelques fois la fuite, Guillaume passant même en tête lors du premier tour du critérium. Ne voulant pas être en reste, Simon n'a dû rendre les armes lors du dernier tour que sur décision des commissaires mais il avait auparavant tenté sa chance dans une des premières échappée de dimanche, tout à l'honneur du plus jeune coureur de l'épreuve.

Enfin Jean-Sébastien Perron il aura eu quelques jours le rôle de meneur au sein de son équipe et n'oublions pas Jean-François Racine qui très courageusement avait fait le dernier déplacement à Saint-Georges pour se faire lui aussi stopper par les commissaires. Quelle frustration pour les coureurs mais aussi pour les organisateurs.

Le Québec est toutefois monté sur le podium pour un maillot jaune, un maillot de meneur signé par tous les vainqueurs 2009 et qui fut remis, juste avant le protocole à Réal Labbé pour son dernier Tour avec son carnet de notes et son crayon. Pour le 25ème anniversaire il ne sera plus là pour le Soleil mais gageons sera encore présent, ne serait-ce que pour la fête des 25 ans. Bravo Réal et bonne retraite.


L’équipe Kelly Benefit Strategies lors du gala de présentation
photo : Daniel Fertin


L’équipe du Québec lors du gala de présentation. De. g. à dr. Guillaume Boivin, William Goodfellow,
Simon Lambert Lemay, Raphaël Gagné, Jean-Sébastien Perron, André Tremblay et Ugo Lapierre.
Semble-t-il que François Parisien connaîtrait les noms des deux jolies hôtesses…
photo : Daniel Fertin


Simon Lambert Lemay et Guillaume Boivin
photo : Daniel Fertin


Réal Labbé recevant le maillot jaune des mains de Denis Levesque
photo : Daniel Fertin Tous droits réservés.


Page mise en ligne par

Consultez notre ENCYCLOPÉDIE sportive

nouvelles achat & entretien rouler au Québec hors Québec sécurité course cyclos montagne industrie quoi d´autre ?